3 étapes essentielles pour repartir sur de bonnes bases après une rupture

Lorsqu’une relation se termine, que nous en soyons l’initiateur ou non, un certain nombre de mécanismes mentaux (mécanisme de défense) se mettent en route sous la forme de manifestations intérieures ou extérieures.

On assiste alors parfois à des comportements d’isolement, de dépression, de victimisation, de culpabilité, d’agressivité, de violence, d’étourdissement pour ne pas ressentir, de vengeance, de généralisation…etc

Ce constat amène un premier point important à relever : Vous ne pouvez pas être en paix avec vous-même et encore moins avec l’autre, si vous êtes en lutte en même temps.

Pour que cette relation et cette expérience ne soient pas veines, pour que vous puissiez apprendre de celle-ci, et surtout pour ne pas répéter dans votre prochaine relation le même genre de scénario, vous devez être en paix avec cette expérience finie. Vous devez comprendre et mettre le plus de sens possible sur ce qui s’est produit.

Tant que règnera en vous un sentiment autre que celui d’amour, tant que le deuil ne sera pas fait, tant que vous vous raccrocherez à cette relation passée, vous ne serez pas en paix avec vous-même et donc pas non plus avec les autres.

Je parle ici des principaux cas de fin de relation tout en ayant conscience que certaines situations sont particulières et se traitent donc de manière également particulière. Mais c’est loin d’être la majorité.

La plupart du temps, le problème n’est effectivement pas l’autre !

Alors, aimer la personne qui visiblement est à la source de votre souffrance paraît bien compliqué. Et c’est le cas. Nous y reviendrons plus bas.

I. Comprendre la responsabilité de chacun

Dans un premier temps, l’idée n’est donc pas d’aimer son ex-relation mais bien de reconnaître et d’accepter que l’autre n’est pas l’unique responsable de ce qui est en train de se produire.

Si vous étiez en couple ou en relation amoureuse, le moins que l’on puisse dire c’est que vous étiez deux !? Initialement, vous avez souhaité cette relation autant que l’autre, et même, très probablement, vous avez aimé la personne. Non ?

Vous avez peut-être déjà fait un certain chemin sur ce qui s’est passé et peut-être avez vous déjà décelé certains schémas propre à vous-même comme par exemple la dépendance affective ou le manque d’estime de soi qui pourraient expliquer pourquoi vous en êtes ici à ce jour.

Il est donc impossible de nier que vous êtes en présence d’un 50/50 !!

Ce simple constat, cette simple reconnaissance devrait à elle seule changer votre point de vue et vous obliger à une certaine remise en question.

Demandez vous, avec la plus grande honnêteté possible : En quoi pourriez-vous être à 50% responsable de ce qui se produit aujourd’hui dans votre vie ? Selon vous, quelle pourrait être votre part de responsabilité ?… Franchement ? Sincèrement ?

Si vous êtes véritablement engagé dans un travail de croissance sur vous même, vous allez trouver des réponses. Et ce simple fait est une gigantesque victoire sur vous-même.

En effet, vous allez peut être vous apercevoir  de certaines pensées récurrentes, vous allez peut être vous apercevoir que des peurs sont présententes, que pour vous protéger, vous appliquez une sorte de stratégie. Cette stratégie elle-même, peut être la source de schémas de répétition. Vous allez peut être vous apercevoir un manque flagrant de respect de vous-même. Peut être aviez vous trop d’attente. L’autre n’étant pas là pour combler un vide en vous, la relation finit inexorablement par devenir bancale.

Peut-être étiez vous entré en relation pour de mauvaises raisons comme la solitude pesante par exemple ou la croyance (fausse) que vos problèmes s’arrangeraient par la naissance d’un couple…. Ainsi, ces relations fondées sur l’autre peuvent générer des relations de dépendance et de « compensation » multiple.

Quoi qu’il en soit, par cette honnêteté et cette intégrité envers vous-même, certaines révélations vont apparaître et c’est là que la magie opère.

Tout ce que vous observez, tout ce que vous rendez conscient, ne peut plus se reproduire de la même manière. Les scénarios s’arrêtent à la lumière de votre conscience. Et vous ne répétez plus !

Vous ne vous prendrez plus les pieds dans le tapis à partir du moment où vous aurez vu le tapis. Lorsque vous voyez la marche devant vous, il est difficile de volontairement taper dedans.

En revanche, si vous ne voyez vraiment aucune raison à ce que vous vivez, que l’autre semble être le seul et unique responsable de votre malheur, que vous ne voyez vraiment aucun sens à ce qui vous arrive, que l’injustice semble être la seule explication valable, alors prenez un peu de temps. C’est peut être trop frais pour faire ce travail, ou peut être que vous ne le voulez pas vraiment le faire, consciemment ou inconsciemment.

Que l’âne soit conscient ou pas, vous ne le ferez pas boire s’il n’a pas soif. Alors attendez qu’il ait soif 😉

Et si malgré tout, la prise de conscience ne suffit pas pour générer le changement, ne perdez pas de temps et faites vous accompagner par un thérapeute qui a travaillé mais surtout « intégré » lui-même cette problématique et qui pourra donc vous aider à en sortir.

Cette remise en question et cette reconnaissance du 50/50 est donc une formidable opportunité de comprendre comment vous en êtes arrivé là. De mettre le doigt sur une partie inconsciente de vous-même qui, étant inconsciente, vous faisait répéter des schémas.

Vous en voilà libéré ! Et bravo pour cela ! Vos relations ne seront plus jamais comme avant.

II. Comprendre la valeur et l’utilité de nos relations

Apres cette première étape, en voici une seconde tout aussi importante.

Elle consiste à reconnaître et à accepter la valeur et l’utilité de cette ex relation.

Nous sommes à présent d’accord pour reconnaître la présence du 50/50. Vous savez donc également que cette interaction, cette relation vous a permis de comprendre certaines choses, de mettre plus de conscience là où il en manquait. Vous bénéficiez donc à présent d’un nouvel éclairage.

Ne serait-ce pas juste de dire que cette relation a générée en moi une prise de conscience ?

Ne serait-ce pas exact de dire que depuis cette relation, j’aborde les autres relations d’une manière différente ?

Ne serait-ce pas logique de dire que cette expérience m’a permise de savoir ce que je NE veux PAS. Et par conséquent ce que je veux ?

Qu’en pensez-vous ? Vrai ou pas ? Personnellement, je dirai même « indéniable ».

Nous avons tous de très bonnes raisons d’en vouloir à l’autre de nous faire souffrir. Oui, cette souffrance quelque soit son intensité est difficile à vivre, à ressentir. Mais ne nous fait-elle pas grandir malgré tout ?

Oui, toutes ces relations sont des opportunités de croissance. Si l’on s’en donne la peine, si nous cherchons à comprendre le sens et à se remettre en question, nous grandissons très vite.

Alors, d’un certain point de vue, GRÂCE à l’autre, je suis plus heureux(se). Je suis plus heureux(se) car je me rapproche de plus en plus de ce qui est essentiel pour moi. Je me rapproche de plus en plus de ce que je ne veux pas et donc de ce que je veux.

Alors d’expérience en expérience, la qualité de la relation me convient de mieux en mieux. Elle est de plus en plus prête de mes essences nécessaires à mon bonheur. N’oubliez jamais que la vie est bien faite et que le bonheur est également prévu pour vous !

De plus, si nous partons du principe qu’il n’y a pas de hasard, nous rencontrons, toujours les bonnes personnes. Les personnes les plus adaptées à notre croissance. Celles qu’il nous faut pour grandir en fonction de là ou nous en sommes.

Personne n’a dis que la vie serait rose tout le temps, ce serait même une belle illusion de penser cela. Je pense que ce que la vie nous propose, c’est de nous rapprocher de plus en plus de nous-mêmes pour être de plus en plus heureux et épanouis.

Moins on se connaît, plus on essaie. Et plus on fait des expériences pour justement savoir ce qui convient à notre épanouissement. Et plus on a de chance de vivre des expériences qui vont nous faire grandir. C’est bien cette croissance qui est parfois douloureuse.

Plus on se connaît, plus on possède un éclairage de meilleure qualité. Et plus nos relations se rapprochent de l’épanouissement. Plus on voit le tapis, moins on se prend les pieds dedans 😉

Qu’on le veuille ou non, les relations sont donc porteuses d’enseignements. Nier cette affirmation serait passer à côté de la croissance et de votre bonheur. Et bien évidemment, tant que vous n’avez pas compris ces enseignements, ils se répètent sous différentes formes… car la vie nous veut pleinement heureux(se).

Ainsi donc, la paix c’est l’acceptation avec sagesse de reconnaitre que l’autre n’est pas l’unique responsable de sa souffrance.

La paix, c’est aussi l’acceptation avec sagesse de reconnaitre l’utilité voire même de la nécessité de cette relation pour sa propre croissance.

L’autre, par effet miroir et par résonance ne fait que révéler une partie inconsciente de moi-même, la mise en lumière d’une de nos blessures, d’un de nos automatismes, ou d’une de nos failles. En nous permettant de rendre conscient une chose qui ne l’était pas, nous grandissons et devenons plus heureux.

Plus vous grandissez spirituellement parlant, en conscience, et plus vous accédez au bonheur car plus vous vous éloignez des sources de souffrance en y mettant de la lumière.

L’ombre ne résiste pas à la lumière. Cette lumière est votre conscience éveillée par vos relations et notamment par vos relations amoureuses. Celles-ci vous permettent d’être de plus en plus conscient, présent, et épanoui.

Ainsi, quelque soit l’issue de vos relations amoureuses, celles-ci vous font progresser et devenir de plus en plus heureux.

Faire la paix avec l’autre reste accessoire bien que recommandé, mais le plus important est de faire la paix avec soi-même. De comprendre avec indulgence ce qui nous a poussé dans de tels schémas. Nous devons prendre de la hauteur sur ces mécanismes afin de les rendre conscients. Ainsi, ils ne « piloteront » plus notre vie et nous en serons libéré. Il ne nous restera plus qu’à en rire !!!!! 😉 Ce principe est puissamment libérateur.. !!!!

L’autre finalement, nous aura permis de grandir et lui en vouloir est bien vain et profondément inutile voir hors sujet.

Ce travail nécessite une véritable remise en question bien entendu et une véritable intention de vouloir grandir et être heureux.

Pour finir, nous avons le choix d’être en colère pour ce que l’on n’a pas ou être reconnaissant pour ce que l’on a. Car souffrir, en vouloir à quelqu’un, ressasser le passé, culpabiliser, pester…, ne vous aide pas à être heureux et à aimer de nouveau.

III. Savoir faire « reset » pour repartir sur de bonnes bases !

La 3ème étape, est une étape de remise à zéro. Le « reset ».

J’entends par là le fait de repartir sur de bonnes bases.

Votre prochaine relation n’est pas là pour essuyer les plâtres de la précédente. Cette nouvelle personne que vous rencontrez est justement nouvelle. Vous êtes vous-même une nouvelle personne dotée d’un nouvel éclairage sur vous-même et sur les relations en général.

Il est impossible de revivre deux fois la même chose. Mise à part peut être si vous refusez la remise en question et que vous campez sur vos positions en rejetant toujours la faute sur l’autre.

Dans tous les autres cas, c’est avec affirmation que je vous garantis que votre relation « nouvelle » sera plus heureuse que la précédente. Et pour cela, il faut laisser à cette nouvelle relation la possibilité qu’elle soit vécue pleinement. Sans peur de quoi que ce soit.

De toute façon, vous le savez à présent, il vous arrivera le meilleur pour vous. C’est à dire que la relation vous fera grandir. Inutile donc de lutter.

Si vous entamez une nouvelle relation « chargée » de la précédente, vous n’êtes donc pas en paix. Cette nouvelle relation n’a pas pleinement sa chance. Faire cela est probablement un bon indicateur pour vous de mesurer la compréhension et l’intégration de ce qui viens de vous arriver. Autrement dis, avez-vous mis du sens et de la conscience sur ce que vous à appris cette dernière relation ? Sans cela, c’est tout simplement perdue d’avance.

Vous répéterez tant que vous ne chercherez pas à comprendre le pourquoi et vous serez d’autant plus persuadé que les relations amoureuses sont difficiles.

Je ne dis pas non plus que c’est facile, je dis que c’est initiatique et que c’est possible. Je dis aussi que c’est du travail et enfin que c’est selon moi, le prix de son bonheur.

Apres, si vous voulez seulement être « un peu » heureux(se), c’est effectivement plus simple, il suffit de ne rien changer. Mais je sais que ce n’est pas ce que vous voulez. Personne apriori ne veut cela.

Alors commencez vos nouvelles relations de manière neutre. L’autre n’est pas responsable de ce que vous avez vécu avant ni de ce que vous vivez maintenant !

L’autre est différent également. Personne n’est pareil, si vous généralisez, vous vous enfermer dans une sorte de croyance, bien évidemment fausse, ou tout le monde se retrouve dans le même panier. Pourtant, si l’on disait cela de vous-même, vous ne seriez pas d’accord ! N’est-ce pas ?

En conclusion :

  • Je suis responsable de ce qui m’arrive, le 50/50.
  • Toutes mes relations me permettent de comprendre, d’intégrer et donc d’être de plus en plus heureux si je me donne la peine de mettre du sens sur ce que je vis.
  • Chacun et chaque relation est différente, je ne « ramène » pas mon passé dans mon présent. Je suis responsable de mon bonheur et je m’occupe de faire« reset »

Tout n’est pas simple et vous pouvez avoir besoin d’aide. N’hésitez pas et faites-vous accompagner par une personne qui a vécu, puis travaillé mais surtout « intégré » ces problèmes et qui saura vous aider.

Et vous ?

  • En quoi vos ex relations vous ont-elles permis de « grandir » ?
  • Le 50/50 vous semble t-il être une « juste » proportion ?
  • Comment avez-vous réussi à faire « reset » et repartir dans une nouvelle relation ?

A lire également

  1. Qu’est-ce-que je veux vraiment ? Reconnaitre mes Essences
  2. Comment bien commencer sa relation amoureuse ?
  3. Le prince et la princesse charmante, une question de point de vue !
  4. En quoi l’estime de soi est fondamentale dans nos relations amoureuses
  5. Comment mettre fin à sa relation amoureuse et bien le vivre
  6. Comment en finir avec la dépendance affective et émotionnelle

Cliquez sur « j’aime » pour partager cet article 😉


36 Comments to 3 étapes essentielles pour repartir sur de bonnes bases après une rupture

  1. Rima dit :

    Bonsoir Maxime,
    je vous félicite d’abord pour vos articles, ils sont pleins de sagesse et de logique.
    Moi je n’en suis pas encore au stade de maturité que vous décrivez. Mes relations d’avant (il y’en a eu très peu, deux) ne m’ont pas permis de grandir. je suis arrivée à une seule conclusion, celle que je ne suis pas faite pour vivre en couple, je me sens mieux quand je suis seule. Ceci dit, je ne rends pas les autres responsables de mes ruptures (je suis larguées dans les deux cas), je ne leur en veux pas de l’avoir fait, la seule personne à qui j’en veux c’est moi(je suis responsable de ce qui m’arrive), je m’en veux de ne pas avoir fait confiance à mon intuition à chaque fois (mon intuition me soufflait ironiquement que ces personnes ne correspondaient pas à ce dont je rêvais). Comme tu l’as dit, même si je ne me prends pas pour une victime, que je me sens responsable de ce qui m’était arrivé, cela me fait ressentir de la « culpabilité ». je suis en colère contre moi.
    je n’ai pas encore fait le »reset » pour repartir dans une nouvelle relation, parce que je ne crois pas à l’amour (plus maintenant). je suis plus heureuse avec moi même.
    les avantages en sont multiples : je n’aurais pas à penser à l’autre personne tout le temps, je n’aurai pas à me demander pourquoi elle ne m’a pas contactée, pourquoi elle ne répond pas à mes appels, je ne vais pas être déçue si la personne oublie mon anniversaire, etc…
    ma tête (et mon coeur) n’accepte plus intégrer d’autres personnes (en dehors ma famille) dans mon cercle d’intérêt. inutile de vous dire donc que mes anciennes relations ne m’ont pas grandi. je suis loin de la prise de conscience dont vous parlez, peut être parce je suis focalisée sur mes blessures, « je n’ai pas fait la paix avec moi même » (tu l’as bien dit ).
    ce sont des blessures qui viennent du manque de confiance en moi.
    et au fond, je n’ai pas gagné en confiance en moi. comment voulez vous que j’aborde d’autres relation avec ce manque de confiance en moi, et le fait de le reconnaitre, de mettre le doigt sur les causes ne m’avance pas à grand chose.

    • Maxime dit :

      Et bien si, justement, cela t’avance à plein de chose. Disons que pour le moment tu ne veux pas le voir parce que, comme tu le dis, tu n’es pas en paix. Donc pour le moment, tu restes seule et tu travailles sur toi pour être en paix. Point.

      Ensuite, plus tard, tu constateras que tu as grandi. Tu sais que tu dois faire confiance en ton intuition et tu sais que tu dois te respecter plus que ce que tu ne le fais pour le moment. Et tu sais que tu dois apprendre à ressentir tes émotions, notamment la culpabilité et la colère…

      Tout ce que tu vis est donc très utile. Attend un peu, là tu es encore trop chargée de sentiments négatifs.. soit patiente et travailles sur toi.

      Continue comme ça… c’est bien…

      Bon courage
      Maxime

  2. Fanny dit :

    Merci vivement pour vos articles.

  3. Clara dit :

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour vos articles très clairs et simples à comprendre et très justes.
    C’est une autre vision de la vie et des relations qui est très libérateur. Il est seulement difficile de l’intégrer vraiment et d’en prendre conscience.
    Pour cela il faut le vouloi vraiment et ne pas se raccrocher à sa souffrance qui parfois rassure, car on on peut au moins s’accrocher quelque chose. Le vide émotionnel fait peur.
    Pour en venir à ce sujet, et notamment au 50/50, il est libérateur mais aussi amène de la culpabilité. Je suis restée 8 ans avec une personne, et après 2 ans de séparation et tout ce que j’ai compris il m’est encore difficile d’accepter et de ne pas regretter.
    Merci encore pour votre site qui m’apaise beaucoup.

  4. DELORME dit :

    Bonjour,

    J’ai lu plusieurs de vos articles qui ont beaucoup éclairé ma lanterne (dont celui au sujet de la dépendance affective, qui semble écrit pour moi !!). Justement je suis actuellement en thérapie de couple puisque ma relation avec mon mari est en faillite. Je suis sur ce chemin, celui qui libère des fardeaux qui ont mis à mal le couple. Je commence à me rendre compte que ce qui nous arrive peut être paradoxalement une véritable chance. Pensez vous qu’au bout de la route, une reconstruction avec le même homme, ou la même femme soit possible et souhaitable ? Peut-on retrouver de l’amour pour la personne qui a vécu un tel « handicap » de l’amour, en se faisant à nouveau confiance, et sans gêne, puisque chacun connaît les anciens travers de l’autre. Le point positif d’une relation nouvelle, c’est d’ouvrir une autre page, et la nouvelle personne que l’on peut aimer ne connaît rien de notre « je » d’avant.
    Personnellement, je souhaiterais pouvoir redémarrer avec mon mari, s’il retrouve des sentiments pour moi, après le long travail de sape que nous avons mutuellement réalisé. Mais est-ce quelque chose de sain d’après vous ?

    Merci à l’avance pour votre point de vue enrichissant.

    Cordialement,

    Chrystel

  5. Maxime dit :

    Bonjour Chrystel,

    C’est en effet une véritable chance, vous avez tout à fait raison !

    Pour répondre à votre question, je pense que oui, il est possible de faire ce travail auprès de quelqu’un et de rester avec.

    En fait cela ne pose aucun problème dans la mesure ou ce couple à conscience du « sens » de ce qui leur arrive :

    La raison d’être de ces difficultés est de Grandir sur soi-même, de ce construire intérieurement. Et dans votre cas, vous faites ce travail grâce et au travers de votre couple.

    Ce n’est donc la faute de personne et cette construction serait de toute façon intervenue un jour ou l’autre, quelque-soit la personne avec qui vous auriez été.

    Aimer une personne c’est justement aimer ce qu’il est dans sa globalité, dans sa totalité, ses failles y compris. De ce point de vue, c’est donc une force et une nécessité de connaître les travers de l’autre.

    . Comment prétendre aimer si l’on aime que les aspects positifs de l’autre ?
    . Comment aimer si l’on ne connaît pas l’autre ?

    En revanche, si ces travers sont utilisés pour nuire, alors ce n’est pas de l’amour et cette relation peut prendre fin sans aucun regret.

    Je T’aime, je M’aime et je NOUS aime. J’aime ce que nous devenons ensemble, j’aime le chemin que nous parcourons ensemble. Notre couple nous permet de grandir, merci à moi, merci à toi, merci à notre couple !

    Chacun de vous grandissez, c’est le sens même des relations, c’est la raison d’être d’une relation, avec lui ou avec un autre, c’est presque secondaire…

    Bien cordialement
    Maxime

  6. Nathalie dit :

    Bonjour
    Étant en thérapie depuis bientôt 4 ans, bien évidemment que tt cela me parle. Cette thérapie m’a permis de savoir qui j’etais vraiment, et cette estime de soi est née, et m’a fait grandir, le problème c’est que ds un couple on est 2 et que si l’un prend un chemin qui bifurque totalement mais que l’autre reste sur sa route sans se poser aucune question, cette vie à 2 devient difficile, car je suis une nouvelle personne, je me suis rendue compte de mes travers, mes dysfonctionnements et aujourd’hui j’aspire à autre chose que ce que je vis puisque prise de conscience il y a eu: donc le 50/50 ok, le travail ok,la séparation je la sens Indéniable mais mon conjoint refuse tout en bloc: si le couple va mal c’est de ma faute, lu va bien donc n’ira pas en thérapie, et la séparation surement pas…
    Qu’est ce que je fais avec ça,j’ai l’impression de ne pas me respecter en restant avec lui, je voudrai que cette séparation se passe bien mais il ne veut pas en entendre parler, je trouverai violent de le mettre à la porte de chez moi et inacceptable pour moi de partir et tt lui laisser( tout m’appartenant car en plus il est dans une situation financière dépendante vis à vis de moi) parfois je me dis qu il faudrait un autre homme dans ma vie pour qu’il comprenne mais je n’ai pas envie de faire semblant, je ne suis pas encore prête au reset, je pense avoir besoin de temps un peu seule….
    Je pense qu’il est dans une grande souffrance et le déni de celle ci: seul son travail compte, pas d’amis, ne voit plus ses enfants nés d’un premier mariage, pas de relation avec ma fille et très peu avec notre fils, et entre nous il n’y a plus rien….Plus je grandis et je vais mieux, plus lui va mal…
    Parfois j’ai l’impression de ne pas voir le bout du tunnel
    Merci

  7. Bonsoir, tout d’abord merci à Maxime pour permettre cet échange.

    J’ai lu judicieusement tous les articles de ce site et j’avoue que cela appelle à l’interrogation… de sa propre réalité d’abord et ensuite des possibilités à mettre en place.

    Je vais tenter de faire court tel que Maxime le demande…

    Je viens du Canada ( Bravo Internet….0 limite ) et suis arrivée sur ce site par un beau hasard de recherche sur le net.

    Je vous pose à tous une question ? que diriez vous de lire la présentation suivante…

    « Grand chat enjoué et libre recherche une grande chatte enjouée et libre pour créer une relation à long terme  »

    Bon, je sais, je sais, vous n’y comprenez pas grand chose et très sincèrement je ne sais trop comment vous le présenter.

    Il s’agit de l’homme avec qui je partage mon intimité depuis un peu plus de 4 ans et demi. Nous avons eu des ruptures à répétitions et depuis le 31 mai dernier, avec aucunes explications véritables, il est parti sans mot dire. Il me dit m’aimer sans retenu … et j’en suis amoureuse aussi sans comprendre tous ces non-sens.

    Ce que vous avez lu entre guillemets sont les mots qu’il écrit sur un site de rencontre et ce à peine 20 jours suivant notre récent différent.

    Je me sens très mal à l’aise…avec ces paroles qui ne ressemblent en aucun point à qui je suis et pourtant j’ai été avec cet homme depuis autant de temps.

    Le mystère de l’être humain….et moi qui croyait être un être évolué en terme de conscience…. de lire ce que mon ex-ami a écrit m’a déchiré intérieurement en ce sens que je me dis « Comment ai-je pu l’accompagner aussi longtemps »

    • Maxime dit :

      Ne vous jugez pas Nicole, la vie est faite d’expérience, celle-ci en était une comme les autres, et vous avez appris des choses. C’est cela qui est important.

      Vous savez à présent mieux ce qui vous convient et vous connaissez aussi mieux vos limites personnelles.

      En somme, vous continuez votre ascension de conscience… Tout va bien…

      Bonne continuation Nicole
      Maxime

  8. mady dit :

    bonjour, en couple non cohabitant (car distance géographique ) depuis 6 ans, j’ai arrêté cette relation il y a 3 mois,car sensation de n’être plus moi même, d’étouffer, besoin de temps pour moi seule, plus de désir sexuel juste de la tendresse.
    Mon ami était quelqu’un de bien, mais sûr de lui,de ses idées,très critique,voire intolérant sur beaucoup de sujets,
    et moi plus introvertie, j’ai de la difficulté à me mettre en valeur, d’où baisse estime de moi et tendance à être trop dans le consensus.Il était attentionné dans les actes,fidèle dans son attachement, mais moi étant très tactile et lui peu démonstratif, s’est installé un manque profond. Des gouts culturels et valeurs communs, mais lui plus intellectuel et moi plus sportive dans nos activités.
    A ce jour, je ressens un manque de lui, au souvenir de tout ce que nous avons partagé, des valeurs morales qu’il possède, j’en oublie les moments difficiles. Je sais que je n’en pouvais plus avant de partir, que c’était un vrai soulagement, comment comprendre mon ressenti actuel? Pensez- vous qu’un nouveau départ soit souhaitable? de son côté il serait prêt pour le tenter. merci de votre aide

  9. Daly dit :

    Bonjour Maxime,

    Vos articles font du bien à lire. je suis en relation depuis 2 an et demi avec une fille de 6 ans plus jeune que moi (26 ans) et tout est parti comme un coup de foudre.. la passion totale, dont je me suis jeté corps et âme suite à une rupture assez difficile avec mon ex. Au bout de 3 mois, elle me parlait déja d avoir un enfant, et au bout de 6 mois, elle tombait enceinte, alors qu elle etait sous pilule (piège?.. je ne le saurai jamais..).. étrange, mais je l’aimais, et j’ai dit oui! Les problemes ont commencé alors: la jalousie maladive, la possession, le controle d’elle sur moi.. je pourrai ecrire un livre sur tout ce qu’elle m’a fait et dit, sur tous les délirs qu’elle s’est imaginée durant ces deux dernières années.. rien n’était de sa faute, mais de la mienne, et de celle des autres.. ma famille, mes amis.. nous avons aujourd hui un petit gaçon merveilleux, mais j’ai craqué en plein vol. Nous sommes séparés depuis quelques semaines, et elle revient désormais en pleurant me disant qu’elle a enfin compris qu’elle était trop jalouse et possessive, et qu’elle a changé.. mais je sens que le mal est fait, je me sens honteux d’avoir tant subi, j’ai presque peur en sa présence, il s’agissait d’un véritable harcèlement psychologique.. regarder la couverture d’un magasine, une pub avec une femme à la télé, ou bien discuter à la femme de mon cousin, voir avec une serveuse dans un restaurant pour passer commande terminait en drame.. et elle me dit qu’en fait, elle m’aimait trop, mais qu elle a bien compris. J’ai énormément changé depuis deux ans, j étais heureux avant, et suis tombé dans un cercle de tristesse et de découragement total, ayant toujours voulu avoir un mode de famille comme je l’avais connu, avec les parents et les enfants vivant sous le même toit.. ma famille, mes amis me disent tous de la quitter, car nos disputes ont tellement étét violentes que tout le monde est au courant de son caractère, et de ma perdition progressive.. ma décision est je pense prise, car je ne crois pas qu’elle ait changé. Je pense qu’elle me dit ce que je souhaite entendre, mais que cela repartira de plus belle, comme avant, sous peu.. je doute que l on ne devient plus manipulateur/jaloux/possessif en quelques semaines, en sans suivi psychologique (elle m’a toujours dit que je l’avais forcé à voir un psy mais que ce n était pas nécessaire.. j ai réellement out essayé, nous en sommes en fait à notre 3 eme rupture..), mais c’est trés dur pour moi aujourd hui, car le harcèlement continue, mais d’une autre manière.. vos articles m’ont en tous cas fait du bien, et je suis en train de sortir la tête de l’eau.. Bonne fêtes à vous, depuis la Nouvelle Calédonie..

  10. Jean Lemieux dit :

    Depuis bientôt 4 ans je suis séparé je suis malheureux j’arrive difficilement a bien fonctionner.
    Les plus grandes réalisations que j’ai faites en affaire comme dans ma vie sont lorsque j’étais en couple,ça me donnais des ailes.
    J’ai un enfant une fille de 13 ans elle arrive a l’adolescence c’est un calvaire qui est la elle se détache peu à peu de moi et voilà que je me retrouve encore plus seul que jamais.
    Est ce possible d’être heureux sans demander ou attendre que l’autre sois notre bonheur !!
    Cette tristesse en moi est si profonde,je la porte depuis l’âge de 5 ans.
    Je peux très bien me motiver à regarder les belles choses de la vie mais difficile de regarder clairement lorsque mes yeux sont brouillé de tristesse.

    • Maxime Gréau dit :

      Votre tristesse en vous est si profonde qu’il faudra bien que vous vous décidiez un jour à aller la voir…!!!

      Clairement, vous la fuyez depuis toutes ces années et aujourd’hui, elles est toujours là (ce qui est bien normal) et vous en souffrez toujours !

      Combien de temps allez-vous continuer ?

      L’accueil de cette tristesse résoudra très probablement votre besoin d’avoir quelqu’un dans votre vie. Vous serez plus autonome et moins dépendant d’un environnement.

      Car OUI, il est PARFAITEMENT possible d’être heureux SANS demander ou attendre que l’autre soit notre bonheur !! ET HEUREUSEMENT POUR NOUS !!

      Au boulot Jean !
      A bientôt
      Maxime

  11. Quentin dit :

    Bonjour Maxime, merci pour cet article, qui dépeint la réalité de nos affects, et qui présente les clés pour être libre et heureux ensemble, c’est à dire pour créer une union de deux solitudes assumées, ce qui est très difficile dans cette époque. Il faut en effet savoir « porter sa croix » avant de pouvoir rendre heureux quelqu’un, et être heureux, sans tomber dans la dépendance. J’ai 27 ans et après plusieurs relations ratées, qui ont laissé des séquelles en moi, je me suis rendu compte que j’étais toujours dans les relations pour ne pas être seul, car cette solitude est de prime abord très dure à porter. Malheureusement, j’avais avant chaque relation l’intuition que ça ne fonctionnerait pas, mais je n’ai jamais su m’écouter, et toutes me relations ont périclité. Mais la dernière, je n’ai pas attendu longtemps avant de me faire confiance, c’est à dire que j’ai dit stop au bout de trois semaines. Le problème c’est que j’ai vécu un lourd traumatisme il y a deux ans et demi, et depuis je n’ai plus la même vitalité, ni les mêmes facultés intellectuelles, bref, ma vie n’est plus que des pointillés de ce qu’elle était, et c’est très dur à supporter au quotidien. Mais, bien qu’ayant connu un mment de stabilité recemment qui a dure quelques mois, je me demande si il sera possible pour moi de construire quelque chose avec quelqu’un un jour alors que j’ai des problèmes de santé. je sais ça fait peur aux femmes quelqu’un qui a des problèmes de dépression, et j’ai peur qu’après les premiers émois, que je retombe dans mes travers, puisque c’est devenu chronique chez moi. Peut-on faire des enfants avec un problème comme celui-ci ? Est ce que ça ne laissera pas des traces même dans la génétique de notre progeniture ? Je me pose bien des questions, et parfois je perds espoir, car aussi, je veux être heureux, en famille, et trouver le bonheur. Et je sais que je ne le trouverai pas seul, il me manquera quelque chose, quoi qu’on en dise… Merci pour tes éclarcissements, à bientôt

  12. Maxime Gréau dit :

    Bonjour Quentin,

    Félicitation pour cette écoute de toi-même, c’est un bon chemin..

    Oui, tout est possible et oui, tu pourras construire une vie de famille épanouissante. Pourquoi ne serait-ce pas possible ?

    Mais avant cela, ou en parallèle de ce projet, et comme tu le dis, tu te dois de continuer ce travail intérieur que tu as commencé. Pour guérir de cette déprime inutile et pour sortir de cette « victimisation » qui se dégage de ton texte, et enfin pour assumer pleinement qui OUI, tu as le droit d’être libre et heureux !

    Une fois cette dynamique en marche, fonder une famille ne sera vraiment plus un souci 😉

    Travaille bien
    Maxime

  13. mossuz dit :

    bonsoir,
    j’adhère totalement à votre point de vue en terme de « reset », de paix et de croissance intérieure…
    je suis aussi en rupture depuis 2 ans….c’est long de prendre conscience, de faire le ménage en soi, de faire le bilan, de tirer un trait et de s’ouvrir à une nouvelle page de son histoire. quelque fois j’aurais aimé mettre fin à mon histoire tant ça demande du courage de faire face à soi, à l’inconnu.
    je suis ambivalente lorsqu’on me demande si je veux rencontrer quelqu’un … entre le besoin, la peur, la protection. je ne me vois pas continuer ma vie seule pourtant … j’aime tant partager, rire et dialoguer… j’ai tant la référence du couple vécu comme un enfermement. ce programme en moi est si ancré. bref, la crise de croissance est forte. j’ai peur tout simplement, peur de la mort, de la perte, du vide, peur de l’inconnu, peur de m’ouvrir, peur d’être une femme.
    merci de tout coeur pour vos messages

  14. Aubert Ignacko dit :

    Bonjour,

    J’ai été trompé, après 8 ans de relation, 2 ans de mariage, j’ai était la première expérience de mon épouse qui s’est découvert un pouvoir de séduction et a voulu en jouer avec un autre séducteur. Je lui laissé le temps de faire son choix mais elle a fait le mauvais ( le divorce avec moi). Je sais que j’ai une petite part de responsabilité car j’aurai dut me montrer plus attentif à son jeu de séduction (quand je l’ai rencontré elle avait 21 ans et était complexé) et être peut être moi même plus séducteur. Mais en considérant que son besoin d’avoir une autre histoire était fort et en considérant que tromper son mari est une faute comment me persuader que je suis responsable à 50%? C’est de la victimisation non ?

    Je souffre, je suis encore en deuil. Je voudrais en sortir refaire ma vie elle m’a trop fait mal.

  15. Anais dit :

    Bonjour, vos articles sont très compressible très claire. Moi j’ai était en couple pendant quatres ans, et tout au début de notre relation je me suis dit qu’on finira par ce quitter pour différente raison, je lui en avais également parler de ce que je pensai. En faite j’ai toujours su que ce qui sais passer allez ce passer, mais je suis rester avec lui quand même, j’ai voulu vivre cette expérience, j’ai mis tout de même de l’espoir en nous. J’ai tout fait pour lui ou presque, j’ai dépasser mes limites d’acceptation d’erreur qu’il a pu faire, je n’ai respecter aucun de mes principes pour lui. C’est comme si je s’avais que je voulais sautez d’un pont mais que je ne faisais rien pour y remédier et je saute quand même. Cette relation m’a fait énormément mal parceque tout à bord c’est tout frais ont ces séparer maintenant depuis 7 mois environ. Et je me suis remise directement en couple, et cette nouvelle personne et très bien c’est le genre d’homme qu’on veux tous, mais je ne veux pas tout sa, sa a était trop vite pour moi j’ai pas eu le temps de faire mon deuil c’est certain, mais du coup je suis encore plus à la rue je sais plus quoi faire. Car j’ai besoin de solitude pour pouvoir faire mon  » reset  » pour accepter ce qui mes arriver et passer au dessu, car je sais pas actuellement ce que je ressens. Je sais juste que je savais tout ce qui allez ce passer et j’ai quand même foncer, je regrette en rien ma relation avec car je l’aimer vraiment énormément et je crois même que je l’aime encore d’ailleurs, j’ai vraiment vécu des bon moment avec lui et je sais que si je suis mal actuellement c’est parceque j’ai foncé dans cette relation les yeux fermer je sais que je suis en parti coupable mais ma peine et tellement immense que je sais pas comment faire pour passer au dessus. Je me suis dit plusieur fois qu’il fallais que je me face aider mais j’ai jamais était à l’étape suivante.

    Je suis dans une impasse… J’ai envie de revoir mon ex petit ami, car je sais que quand t’il et la je suis apaiser .. Mais je peux pas le faire car sa a était beaucoup trop loin pour que je face sa, je ne me respecterai pas encore moins.

    Puis d’un côté il y a le nouveau petit ami et je sais pas quoi faire car je lui fait déjà du mal mais si je lui dit qu’on arrête la sa va être pire surtout qui comprend pas tout sa …

    En tout cas je garde vos articles sur la main ..
    Merci

  16. RIVP dit :

    Bonjour,

    merci pour votre article. Je suis tout à fait d’accord avec ce qui est dit, même si cela est en effet douloureux et qu’il faut parfois un certain temps pour intégrer et comprendre ce qui ne va pas chez soi.
    J’aurais souhaité avoir votre éclairage sur la difficulté que je rencontre pour envisager une nouvelle relation actuellement.
    Il y a deux ans, j’ai subi une opération qui a changé pas mal de choses dans mon corps, mes sensations, ect … et le jour où je suis rentrée à l’hopital le petit ami avec qui j’étais m’a laissé tombée. Ca a été très dur dans ce moment si particulier de ma vie. Après j’ai commencé un long chemin de compréhension et d’évolution spirituelle. J’ai aussi connu des traumatismes familiaux ect sur lesquels j’ai beaucoup travaillé …
    Pendant un an et demi je n’ai rencontré personne je n’ai souhaité être avec personne. Puis j’ai eu de nouveau envie, et j’ai rencontré quelqu’un, mais ça n’a pas fonctionné. J’ai eu peur tout a coup pour la première fois, de me dénuder, de m’ouvrir intérieurement à quelqu’un qui ne connait pas mon histoire.
    Cette personne ne s’avérait pas prête non plus finalement ayant elle même eu un vécu un peu particulier ..
    bref, le fait est que je ne sais pas vraiment comment aborder une nouvelle relation, avec tout ce bagage de vie et pas seulement relationnel que je transporte … aussi je ne peux plus prendre de contraception à cause de pbs physiques ect .. et comment aborder cela sans faire peur à la personne ? comment s’ouvrir de nouveau sans avoir peur d’être jugé ? arf, je ne sais pas mais pour la première fois de ma vie, et pourtant j’ai eu pas mal de relations, j’ai eu peur tellement peur, j’ai paniqué, j’ai fini par tout raconter .. plutôt que laisser faire, mais je sentais aussi que quelque chose n’allait pas dès le début, et peut-être en crevant l’abcès j’ai aussi gagné du temps .. mais je ne peux pas m’empêcher d’être un peu déçue, car c’était la première personne à qui je m’ouvrai depuis … et ça c’est assez douloureux … car j’avais très envie d’une relation …
    si vous avez un avis je serais ravie de l’entendre , quelqu’il soit !
    merci

  17. Delphine dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article plein d’espoir.
    Voilà mon histoire si vous avez le courage de me lire.
    J’ai 31 ans, et je viens de rompre violemment avec mon copain. Nous étions ensemble depuis à peine 10 mois…
    Depuis 4 ans, j’enchaîne des relations avec des hommes qui ne semblent pas me correspondre. J’ai l’impression d’une fatalité… bien que j’espère encore un jour rencontrer cet homme avec qui je serai enfin heureuse sur le long terme.
    J’ai perdu mon papa à l’âge de 14 ans, et j’avoue en pleurer encore aujourd’hui. Sa disparition a laissé en moi un vide que je ressens encore parfois très profondément… contrairement à ma soeur et ma mère qui elle semble avoir vraiment fait le deuil depuis longtemps.
    Je reconnais avoir une tendance à me victimiser en permanence. Dès que je suis triste, je pense à mon père, et je suis encore plus triste. J’ai comme le sentiment de ne pas pouvoir être heureuse en couple, comme si être heureuse était une façon d’oublier la tristesse que j’ai d’avoir perdu mon père. Comme s’il fallait à tout prix que je cultive cette tristesse en moi.
    Mon copain l’a très vite compris. Il a tenté tant bien que mal de me remonter le moral à maintes reprises, mais en vain.
    Je ne lui permettais même pas de me remonter le moral. C’était comme trahir mon père.
    Tout ca je l’ai compris et conscientisé.
    Je sais que je cherche encore mon père en chacun des hommes qui ont croisé ma route. Et dès lors que je m’aperçois qu’il ne corresponds pas à mon idéal masculin (mon père), je le rejette violemment.
    Avec mon copain actuel, je me suis même montrée violente, psychologiquement et physiquement…. je passais mon temps à le rabaisser, à dénigrer ses efforts. Et à 2 reprises, donc ce soir, je l’ai frappé sans qu’il se défende….
    Il avait ses défauts, certes, il buvait, ne travaillait pas, et passait son temps à être négatif sur tout. AU bout d’un certain temps, cela a fini par m’horripiler… et c’est là que j’ai commencé à être sournoisement violente avec lui…
    Ce soir, nous nous sommes disputé une n-ième fois, et je l’ai jeté dehors en le frappant et en l’insultant. Il me parlait de son gout de l’alcool. J’en ai très peur. Je n’ai pas supporté ses propos. Et je me suis transformée en monstre.
    Je suis certaine que cette fois, tout est fini. Il a déjà évoqué ne plus supporter mon caractère et mes prises de tête incessantes.
    Je sais que cette fois, je suis allée trop loin et qu’il ne me le pardonnera jamais.
    Je me sens terriblement coupable.
    Je viens de lui écrire un mail d’excuses en lui disant qu’il méritait bien mieux que moi…
    Mais moi dans tout ça, je ne sais pas quoi faire. J’ai 31 ans, et j’ai déjà été suivie en thérapie 2an et demi après avoir subi moi-même les violences d’un pervers narcissique… j’étais sûre après cette thérapie d’avoir réussi à grandir et quand j’ai rencontré mon copain actuel (qui ne l’est certainement plus), je me suis dit « ça y est, je sais ce que je veux, c’est le bon ».
    Je suis perdue….
    Pouvez-vous m’éclairer sur mon cas et ce que je dois faire aujourd’hui???
    Cette relation n’allait pas car nous ne faisions que nous disputer, mais ce soir je me sens tellement triste d’avoir brisé cette histoire en 2 minutes!!! Comment ai-je pu me comporter si mal!???
    Je m’en veux terriblement….

  18. Anne dit :

    Quel site interessant, que de maturité dans les commentaires!
    Je voudrais réagir sur la situation de Delphine qui recherche l’image de son père dans ses relations. Ces mêmes relations (une personne alccolique, une personne manipulatrice..) sont vouées à l’échec et à la reconduction de l’échec.

    En fait, je suis tombée sur un article qui explique que nos choix de partenaires ne sont pas un hasard. Nous choisissons les acteurs qui vont jouer à la perfection le rôle du bourreau ou/et de la victime. Ces partenaires souffrent d’un sentiment de dévalorisation et recherchent une personne pouvant les valoriser. Le duo infernal est lancé!

    Donc chère Delphine, tout comme moi et bien d’autres, nos partenaires sont inconsciemment choisis pour jouer leur rôle à la perfection. Il n’y a pas de hasard, et il ne faut pas généraliser.
    J’ai aujourd’hui conscience de tout cela, je suis bien toute seule, moi qui avait si peur de la solitude. J’ai ce qu’il faut pour aimer mais choisir avec discernement mon objet d’amour me fait peur, je ne me fais pas confiance.

    • jorieux dit :

      j’abonde complètement à ce que vous écrivez pour l’avoir vécu et j’ai compris que ma dépendance affective en était le facteur principal ( la perte de mes parents quand j’avais 11 ans)a ravivé la recherche
      d’une affection perdue et je sais consciemment que les personnes qui m’ont quitté, m’ont aussi abandonné comme mes parents…et c’est là où je vous rejoins c’est que nous choisissons nos futurs partenaires en devinant déjà la fin.
      j’ai rencontré aussi des partenaires très indépendantes qui souffraient elles mêmes de ce sentiment de dévalorisation!
      Alors j’ai appris par raison, mais souvent c’est le cœur qui l’emporte…pas facile d’en sortir

  19. Charlotte dit :

    Bonjour Maxime et merci pour ces bonnes paroles. Je me demande par contre toujourd a quel moment il faut savoir s acharner et a quel autre il faut s avouer vaincue…pour mieux reussir apres. Je viens de me faire larguee par quelqu un qui etait fou de moi et qui a attendu longtemps, 1an, pour qu on puisse enfin se mettre ensemble. Ayant sauté d une relation a l autre, je n etais pas tres disponible pour notre nouveau couple car je faisais mon deuil de mon ex et j avais beaucoup d inquietudes sur ma vie professionnelle. Je considerais celq comme une phase. Ne se sentant pas suffisament aimé et tres jaloux de mon ex, il a fini par me quitter alors que je ne m y attendais pas.grand seducteur et ayant besoin d attention il a tres vite retrouvé quelqu un. J ai l impression que cette relation aurait du marcher et qu elle s est finie pour de mauvaises raisons. Je suis maintenant consciente de nos faiblesses, defauts, incomprehensions et j aimerais recommencer. Dans ces conditions difficile de passer a autre chose..

  20. Maena dit :

    bonjour ,
    J’étais avec mon ex depuis 3 mois , tout allais bien , mais un jours beaucoup de personnes on commencer a me dire qu’ils se foutait de ma gueule , et puis j’ai finit par y croire et je lui est posé pleins de questions . Un soir il ma envoyer un message qui disait : » Je sais c’est con de faire sa par telephone mais voilà » . J’ai tout de suite compris et j’ai fondu en larme , ma meilleure amie est venue chez moi me reconforter . J’ai tout essayer supprimer s’est photos , supprimer nos musique mais sa na rien changer maintenant sa fait 3 mois depuis hier qu’il ma quitter et je suis au même stade . Pendant les grandes vacances on s’appelait tous les 4 jours , on restait au telephone 1 h par là , on c’etait trop attacher a l’un et a l’autre , on s’aimait s’en doute trop.
    J’ai compris pourquoi il m’avait quitter , mais je n’arrivait pas a l’oublier . Un jour j’ai appris qu’il etait avec quelqu’un d’autre , sa ma fait mal , mais je me suis rendu compte qu’il a profitez de cette fille pour me rendre jalouse , 5 jours apres ils n’etaient plus ensemble.Je n’ai que 13 ans mais je suis deja perdue …. j’ai fait le silence radio , et puis apres j’ai repris contact avec lui , maintenant on se parle même au college , mais j’ai toujours des sentiments pour lui et je pense pas être indifférente a ses yeux enfin j’espere . Je voudrais le recuperer , parce que je ne vois pas ma vie sans lui .. vous pensez que je suis trop jeune pour connaitre tout sa , même si c’est impossible de le recuperer je voudrais juste arreter de pleurer , de craquer .. et je voudrais retrouver mon sourrire d’avant et pas celui qui camoufle ma tristesse .. je veu retrouver mon veritable sourrire . Que dois-je faire? merci d’avance

    • Maxime Gréau dit :

      Bonjour Maena,

      Vous voyez, le souci n’est pas ce garçon, et le récupérer ou non ne changera en définitive pas grand-chose.

      Ce que vous voulez vous, c’est retrouver votre sourire.

      C’est ça qui est important pour vous et bonne nouvelle : CELA NE DÉPEND PAS DES AUTRES.

      Vous devez reprendre les rênes de votre vie, être plus autonome et cesser de subit votre environnement.

      Regardez ces vidéos, elles devraient vous aider :
      http://heureux-dans-sa-vie.com/commencez-ici/

      La solution se trouve en vous, contactez ces émotions de tristesse et faites la paix avec elles. Votre bonheur se trouve lui aussi en vous et non grâce à un garçon.

      Bon courage Maena
      En puis, entre nous, des garçons, il y en a plein 😉
      Maxime

  21. daimos dit :

    Bonsoir, je tient a vous remercier pour votre site. Cela me fait beaucoup de bien de vous lire.
    Nous nous somme sépare en juillet. Dans un premier temps j’ai essaye de m occuper pour ne pas penser a elle. Mais malheureusement etant tout deux aux études au meme endroit il arrive souvent de la croisé ou de croiser des gens en communs. D autant plus qu elle a essayer a deux reprise de revenir vers moi mais très maladroitement. Ce qui ma fait beaucoup de mal. Je pense etre en dépendance affective ce qui a fait que je n ai pas su me lacher dans ce couple, de plus je n avais pas confiance en notre nous sur le long terme et ça ne m a jamais rassuré. J’ai appris qu apres la rupture, elle est allé revoir son ex et recoucher avec. Alors que moi je n aurai même pas su boire un verre avec une femme tellement je l aimais.

    Durant les mois j ai commence a tombe dans une dépression, je me suis renferme sur moi meme , tout les rapports avec les autres sont devenues difficile, mon estime de moi a chuter plus bas que terre et cette solitude vu que finalement je n avais qu elle.

    Finalement je veux m en sortir, apprendre a etre heureux seul mais c est difficile. j essaye de sortir,de faire des activités , d etre different. C’est long a oublier 3 ans..ca fait si mal

  22. Sylvie dit :

    Bonjour Maxime,

    Ton blog est une mine d’or et j’y trouve une aide précieuse au fur et à mesure des évènements qui jalonnent ma vie amoureuse.
    Je suis présentement et hélas concernée par cet article mais la situation de rupture que je vis ne rentre pas dans le cadre me semble t il. Dès lors comment passer ces trois étapes. Séparée de mon mari depuis 3 ans j’ai une relation amoureuse avec un homme marié également collègue de travail depuis plusieurs années.
    Notre complicité, notre amour et notre partage n’a fait que croitre et dégagée de toute passion nous vivons un amour mature et profond qui nous épanouit l’un et l’autre. Mais il y a un hic. Il n’a toujours pas quitté sa femme. Trois tentatives puis des peurs paniques, la culpabilité, un couple de 40 ans d’ancienneté commencé à l’age de 16ans, l’éducation, la dépendance……….et retour au domicile conjugal. Une épouse qui fait tout pour le retenir, lui pardonne tout, qui domine la situation……épouvantable.
    Tellement épouvantable pour moi qu’après des promesses de sa part, des mots des écrits d’amour et d’envie de vie commune de plus en plus évidents, je n’y arrive plus, je veux vivre avec lui, je veux sortir de cette situation. Lui est épuisé également de son incapacité à assumer, il est instable émotionnellement et se réfugie dans le connu. Nous avons donc constaté que la seule solution était la rupture pour que je puisse sortir de l’attente et vivre puisqu’il n’est toujours pas prêt.
    Mais voila comment vivre les trois étapes de la rupture quand finalement il n’y a pas eu de vie commune. Personnellement je ne peux pas passer la première étape du 50/50. Je ne vois pas en quoi je suis responsable de notre rupture. On s’aime . C’est une rupture mais ni de désamour, ni de vie médiocre, ni de perte de sens…….La vie médiocre c’est celle qu’il vit avec sa femme dont il est dépendant. Il suit ta formation et en profil social il est consciencieux.Moi je suis réfléchie.
    Voila, donc dans ce cas de figure comment m’y prendre pour faire le deuil de cette relation que je ne veux surtout pas finir. En plus nous sommes de très proches collaborateurs au travail et pas moyen de s’éloigner géographiquement.
    C’est bouché et je suis désespérée, aneantie. Je dois dire que j’ai de la haine envers sa femme qui s’obstine. Où est l’amour dans leur couple ?
    J’ai décidé de m’en tenir au strict professionnel mais juqu’à présent je n’y suis jamais parvenue. A chaque fois on repart. Mais là je souffre trop.
    Merci pour ton aide.
    Sylvie

  23. Cindy dit :

    Bonsoir j’ai lu votre article car se soir le moral est dans les chaussettes ^^ Très intéressant, il fait prendre conscience de pas mal de choses… j’ai besoin de votre avis sur ma relation amoureuse. Mon copain est resté 7ans avec son ex une rupture assez difficile c’est lui qui l’a quitté (culpabilité) il est resté 1ans et demi seul (avec des aventures ). On s’est mis ensemble tout se passait bien il me disait qu’il avait tourné la page que j’étais différente des autres avec qui il avait essayé après son ex… il avait encore la photo d’elle dans son porte feuille il me disait oui faut que je l’enlève. Ses parents ayant une relation fusionnelle avec elle l’ont invité alors que j’étais présente je la connaissais ce sont des amis à mon cousin. Donc ses parents se sont dis pas de malaise ! Mais mon copain est rentré du boulot et à perdu les pédales il m’a ignoré pas embrassé devant son ex. La pire sensation de ma vie je crois on a failli rompre. Aujourd’hui cela fait 8mois et je ne suis toujours pas passer à autre chose dès que j’entends son nom ça me fait du mal je rêve d’elle même ! Elle est dans son cercle d’amis. Je ne sais pas si j’arriverai je travail sur moi même mais c’est pas simple.

  24. lisa dit :

    Bonjour,

    je ne suis pas d’accord avec les 50/50 de responsabilité, pour mon cas,
    vu que jai bcp donné et qu’il a continué à faire l’imbécile en continuant ses addictions, je dirais que je prends en compte l’implication à 80/20 et la responsabilité de l’échec de la relation de son côté à bien 90 pour cent à cause de lui.
    j’arrive pas à rebondir, je suis tellement déçue parce que malgré sa personalité difficile et le chaos de son comportement, je l’ai aimé et je crois qu’il m’a aussi aimé pour vivre 2 ans de passion mais o combien destructeur.

    c’est triste et j’en ai marre de tout, j’ai envie de tout plaquer et suis un peu o désespoir. rien ne me console.

  25. Renaud dit :

    Je suit votre blog avec attention mais j’ai l’impression que rien ne me console pour le moment.

    J’était avec une femme fantastique, notre relation était passionnelle, parfaite, et pourtant je n’étais pas bien dans notre relation. Je ne me suis jamais autant senti aimé, elle ne s’était jamais autant sentie aimée. Elle avait une envie pressente d’avoir un enfant, une vie de famille. J’ai voulu prendre du temps pour digérer tout ça (elle avait déjà un enfant). Je ne m’y retrouvais pas.

    J’ai décidé de tout arrêter il y a quelque mois, je ne la voyait pas heureuse, je pensais ne pas l’être non plus…Puis les semaines d’après nous gardions contact, j’ai pris du recul sur tout cela et était finalement décidé à lui offrir ce qu’elle attendait. Elle m’a alors annoncé que quelqu’un d’autre s’était déclaré à elle et lui promettait tout ça…Elle a décidé de ne pas revenir vers moi.

    Je suis responsable à 100% de la situation, je m’en veux, je ne vois pas de solution à part son retour pour m’en sortir. J’essaye de me raisonner mais je n’ai plus de goût à rien. Je me dit que même si j’allais mieux je la regretterai toute ma vie…

  26. Juliah dit :

    J’ai vraiment aimé et je voudrais bien qu’on me conseille .j’ai rompu avec mon copin il me trompait et malgrès le fait que jai tout découvert il a nié ,mais depuis un certain temps il me manque il ne prend pas la peine de m’appeller et dit que je ne l’intéresse plus que dois je faire je n’ai envi que de me venger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion