Les 5 étapes de la relation amoureuse

Inspiré du livre « Qui sont ces couples heureux » de Yvon DALLAIRE (N°3)

Les couples malheureux ne dépassent généralement pas l’étape N°2. Toutes ses étapes n’apparaissent pas nécessairement dans cet ordre mais les couples heureux les vivent toutes…

  1. La lune de miel ou période passionnelle
  2. La lutte pour le pouvoir ou période d’adaptation
  3. Le partage du pouvoir ou période de stabilisation
  4. L’engagement ou l’amour véritable
  5. L’ouverture sur autrui ou comment servir d’exemple

1. La lune de miel

La lune de miel, comprenez « séduction », comporte également 5 étapes déclinées ci-dessous en « actes ».

Fusion, passion relation fusionnelle, intensité

La relation fusionnelle

L’intention de la séduction est d’attirer l’attention de l’autre et d’en prendre le « contrôle émotionnel » pour en obtenir les faveurs !

Le sexe n’est qu’une petite partie de ces faveurs, on y retrouve également le besoin de partager, le point de la solitude, le manque affectif, l’envie de construire.., qui sont également des faveurs attendues d’un partenaire.

Premier acte : L’attirance


C’est aussi bien une question d’hormones (phéromones) que de visuel. Qu’on le veuille ou non, toute personne rencontrée suscite en nous, une réaction sympathie-antipathie ou attirance-répulsion.

« La femme se montre sexy et gage de plaisirs innombrables, sachant consciemment ou non que l’homme sélectionne la femme selon son apparence physique, du moins au début. L’homme montre plutôt sa richesse, son statut et sa force, sachant consciemment ou non que la puissance est le premier aphrodisiaque de la femme, du moins au début. »

Les femmes provoquent, les hommes paradent.

Deuxième acte : Les regards et les sourires


Ne dit-on pas que les nouveaux amoureux se « dévorent des yeux » et qu’ils sont seuls au monde, même parmi la foule ? Le regard est l’instrument de séduction humain le plus efficace.

Si le regard intrusif et intéressé d’un homme rencontre le regard réceptif et intéressé d’une femme, il se produit alors le désir…

Troisième acte : La conversation

La communication est faite de langage corporel à 55 % et d’intonation vocale à 38 %. Le sens des mots ne pèse que 7 % dans cette balance. Nul besoin donc d’être compliqué. Rester soi-même est, et restera, la meilleure façon de rentrer en relation. J’explique cette étape plus complètement dans l’article La drague pour gens heureux : Entrée en relation avec intention d’amour ! Alors entrez en relation avec cette simple intention de savoir qui est l’autre.., et laissez faire, ou plutôt, laissez « être » 😉

Quatrième acte : Le contact physique


Le contact physique intervient naturellement dans une conversation qui se passe bien et dans laquelle les deux interlocuteurs sont en accord. Ces échanges de contact successifs sonnent très souvent comme la capacité et la possibilité d’aller plus loin. Nous le faisons intuitivement.

Cinquième acte: La danse de l’amour


Cette danse de l’amour récapitule cette première période de la « lune de miel ».

Les deux amants ne se connaissent pas encore et incertains de l’amour que l’autre éprouve pour soi, ils se montrent sur leur plus beau jour…

Cette période, plus fusionnelle et plus passionnelle n’est donc pas encore de l’amour. C’est une période de bonne entente pendant laquelle les deux partenaires s’apprivoisent.

L’acte sexuel lui, arrive plus rapidement chez les plus fusionnels, et est plus lent chez les célibataires bien dans leur peau, plus autonomes, et à la recherche non pas d’aventures successives, mais d’une relation stable.

Les passionnés, fusionnels vont de coup de foudre en coup de foudre; les membres d’un futur couple heureux cherchent à savoir à qui ils ont affaire avant de « tomber» réellement en amour.

Pendant cette période, et tant que les partenaires ne seront pas rassurés sur le fait d’avoir séduit, ils se conduiront comme si l’autre était un invité « spécial » en mettant systématiquement les petits plats dans les grands.

2. La lutte pour le pouvoir ou période d’adaptation

Pendant cette période de lune de miel, les partenaires ne sont donc pas véritablement amoureux. Ils sont amoureux de la sensation de complétude que l’autre lui procure

La lute pour le pouvoir. Imposer à l'autre SA vision du couple

La lutte pour le pouvoir. Imposer à l’autre SA vision du couple

Cette première phase de lune de miel a un effet de minimisation des défauts de l’autre nécessaire à l’engagement de départ et au commencement d’une relation.

Mais elle n’est pas faite pour durer et plus ou moins rapidement en fonction des profils, la véritable nature revient. Cette étape de « différentiation » est d’autant plus délicate pour les plus « dépendants affectifs ». Le vide existentiel en chacun d’entre nous, temporairement comblé par l’autre pendant cette période de fusion, ne peut que refaire surface au fil du temps.

Le couple à ce moment-là n’a pas de problème particulier mais la présence du ressenti de ce vide chez les partenaires non autonomes est difficile. Sans « hauteur », sans « intelligence émotionnelle », ils s’accuseront de ne plus se donner d’attention, ils s’accuseront d’être le responsable de ce vide en eux. Ce sera la crise et potentiellement la rupture pour les plus fusionnels et les moins « conscients » de ce mécanisme.

Ceux-là iront fusionner ailleurs, avec un(e) autre partenaire et répéteront cette situation jusqu’à ce qu’ils comprennent que le couple n’est pas la source de cette douleur mais que cette douleur est une « non acceptation » du vide déjà présent en la personne qui cherche inlassablement à le combler par l’autre.

C’est en cela que le couple est également utile, il nous permet de mettre en lumière nos vides, nos blessures, nos peurs. C’est un outil de croissance très efficace. 😉

Dans « la lutte pour le pouvoir », c’est « l’autonomie affective » l’enjeu. C’est de passer de la fusion à l’amour, c’est de passer de cet état de fusion à cet état de différenciation. C’est comprendre que l’autre n’est pas nécessairement la source de la souffrance. C’est apprendre à se regarder de l’intérieur.

C’est obligatoirement un travail sur soi. Les plus réfractaires cumuleront les relations pour ne pas ressentir et ne pas aller dans leurs peurs, les autres feront le chemin et passeront l’étape suivante. Seulement 20% des couples passeront à l’étape 3 !

3. Le partage du pouvoir
ou période de stabilisation

La phase passionnelle permet à deux personnes généralement étrangères l’une à l’autre d’être attirées l’une envers l’autre.

Tu es Toi, je suis Moi, et ensemble on construit dans l'acceptation de qui est l'autre

Tu es Toi, je suis Moi, et ensemble on construit dans l’acceptation de qui est l’autre

La lutte pour le pouvoir, phase consécutive et inévitable, permet aux deux partenaires de découvrir « qui » est réellement la personne dont ils sont devenus amoureux et, par le fait même, de mieux découvrir leur propre besoin de fusion et de contrôle et de dépendance affective.

Cette troisième phase demande vraisemblablement plus de conscience sur soi.

C’est une association de deux personnes, incomplètes et imparfaites qui décident de donner leur pouvoir au « nous » (toi + moi) qu’elles forment ensemble pour se faire grandir mutuellement.

Chacune d’entre elle a pour se faire un regard sur elle-même, sur ses failles, ses défauts et ne cherche pas à les combler par son partenaire. Au contraire, chacune des ces deux personnes utilise leur couple comme moyen de grandir, comme moyen de comprendre et d’apprendre sur elle de part les situations qu’elles vivent ensemble. C’est une croissance par « résonance ».

Les partenaires de couple heureux ne sont pas fusionnels. Ils partagent des moments leur permettant de combler leurs besoins grâce au couple, dont des moments de fusion, mais tout en étant individualisés et autonomes. C’est une danse…

Ces couples se disputeront bien-sûr mais utiliseront ces disputent pour travailler sur elles, grandir et s’aimer davantage.

4. L’engagement ou l’amour véritable

L’amour véritable est donc la contribution de chaque membre du couple dans et au travers d’une troisième entité qu’est le couple pour permettre une croissance respective et commune à la fois.

J'aime ce que nous devenons ensemble, je Nous aime, j'aime notre relation et je m'engage dans celle-ci

J’aime ce que nous devenons ensemble, je Nous aime, j’aime notre relation et je m’engage dans celle-ci

Le « je t’aime » un peu cannibale de la première phase passe par le « je t’aime » imprégné du « je te déteste » de la lutte pour le pouvoir pour progressivement aller dans un « je t’aime » plus réaliste car moins empreint d’illusion et d’idolâtrie pour enfin finir dans un « je t’aime » sous-entendant un « je nous aime ». C’est-à-dire j’aime la personne que je suis en train de devenir à tes côtés, j’aime ce que nous construisons ensemble.

C’est ici que la notion d’Essence, est présente au quotidien. C’est-à-dire qu’une relation stable et épanouissante permet à ses membres de se sentir bien, pleinement libre de s’exprimer et d’être ce qu’il est. En sommes, c’est uniquement au travers de cette compréhension que le bonheur peut apparaître dans un couple.

5. L’ouverture sur autrui
 ou comment servir d’exemple

Ce sont ces couples qui nous prouvent que le bonheur à deux est possible et qu’il dure. Ce sont ces couples qui ont traversé des épreuves tout en les utilisant pour grandir et se faire grandir. Ce sont ces couples enviés, qui semblent sereins, paisibles et qui nous donnent envie de leur ressembler.

« Les membres des couples heureux ont décidé d’être heureux plutôt que de chercher à avoir raison sur l’autre. »

Conclusion :

Un couple heureux est la conséquence de deux personnes indépendantes affectivement parlant. Non pas parfaites, ni même ayant « réglé » tous ses problèmes, mais conscientes de ceux-ci.

Elles ne cherchent pas à fuir ou à compenser leurs blessures au travers de l’autre, ce qui créerait aussi un déséquilibre tragique.

Ce sont des personnes conscientes de qui elles sont de ce qu’elles veulent vivre mais surtout “ressentir“ dans leur couple. Ce sont des personnes heureuses seules AVANT-MÊME d’être heureuses à deux.

Elles savent également que le couple n’est pas là pour solutionner leurs problèmes mais qu’elles auront l’opportunité de travailler sur ces problèmes au sein de celui-ci.

Sur le même thème :

  1. Comment bien commencer sa relation amoureuse ?
  2. La drague pour gens heureux : Entrée en relation avec intention d’amour !
  3. Comment en finir avec la dépendance affective et émotionnelle
  4. Bien vivre sa relation amoureuse au quotidien
  5. Comment arrêter définitivement ses schémas de répétition
  6. Le prince et la princesse charmante, une question de point de vue !

Cliquez sur j’aime pour partager cet article 😉


10 Comments to Les 5 étapes de la relation amoureuse

  1. […] personnalité et nos envies. Cela attirera les hommes et fondera les bases d’une éventuelle relation amoureuse. Partagez cet article […]

  2. Véronique dit :

    C’est un peu désespérant de penser que bien peu de couples passent au-delà de la phase 2; la lutte de pouvoir. Que de tristesse dans ce qui devrait nous apporter le plus de satisfaction et de soutien.
    Ça a été le cas de mon mariage. Mais malgré toutes les vicissitudes d’une relation, pour de nombreuses personnes il est difficile de décider d’en terminer là avec le partenaire, surtout quand il y a des enfants. C’est une phase sado-masochiste où les interactions se déroulent principalement que sous une forme; défensif/agressif. Dans cette phase, il n’y a pas vraiment de communication, et je dirais même qu’il n’y a pas d’amour; les individus étant obnubilés dans leur propre narcissisme. A mon sens, cette phase est liée au fait que l’être humain est fondamentalement égoïste, et que justement le développement de l’individu depuis la toute petite enfance, consiste a sortir de cet égoïsme pour se tourner vers l’autre. [L’idée du vide existentiel est a mon sens un peu bateau, et a été utilisée a toutes les sauces]. Pour sortir de l’égoïsme, il faut se mettre a l’écoute, et pouvoir développer une bonne dose d’empathie et de compassion, ce qui fait grandement défaut dans notre société, où l’individualisme et l’intérêt personnel sont de plus en plus mis en exergue. Sans l’ingrédient essentiel de l’empathie, il sera impossible de garder sa spontanéité dans la relation, encore moins de s’épanouir, puisque petit a petit, les sujets deviendront tabou, la frustration de n’être pas entendu va s’accroître de jour en jour, et le ressentiment deviendra omniprésent. Dans cette situation de conflits sous-jacents permanents, la spontanéité meure, et avec elle, c’est toute la personnalité des deux partenaires qui s’éteint a petit feu avec le temps.

    Le réel engagement dans la relation avec l’autre, dans le couple demande une ouverture, une écoute a l’autre que bien peu de gens ont la capacité de fournir; c’est comme si nous mettre a la disposition et a l’écoute de l’autre nous menaçait au plus profond de notre intégrité. D’où nos besoins de contrôle, de domination, d’assujettissement de l’autre a nos besoins, de lutte de pouvoir. Pour défendre nos « droits », nous attaquons. Le problème de ces interactions et la difficulté de sortir de ces schémas, est lie au fait que le dialogue est impossible avec un défensif et/ou agressif puisque tout élément met de l’eau a son moulin; « tout sera retenu contre son partenaire », chaque petit mot, petite allusion, ou même un simple regard alimentera les justifications de son attitude. Et dans ce contexte, l’empathie qu’il pourrait manifester devient inenvisageable puisqu’elle représenterait l’acceptation que l’autre a aussi droit a exister et être entendu. Et l’empathie de son partenaire ne fait que renforcer « son tort » a lui dans l’esprit du premier. Situation inextricable sans une bonne volonté et capacité des deux a développer l’empathie.

    Pour être sain, le couple doit rester un échange pour que chacun puisse y trouver le nécessaire pour répondre a ses besoins, et y puiser l’énergie pour s’épanouir non seulement comme personne, mais aussi comme couple; troisième élément de la conjonction de deux personnes qui s’aiment.
    Malheureusement l’éducation a la relation a l’autre se fait par la relation avec les parents, les éducateurs et autres personnes clés dans la vie de l’enfant dont la plupart n’ont aucune idée sur les valeurs fondamentales a enseigner. C’est dire qu’a part pour quelques personnes plus sensibles a ce thème, et grandissant dans des milieux relationnels privilégiés, il faudra encore beaucoup de temps pour que les enfants, adultes et couples puissent apprendre les fondements de la relation a l’autre; peut-être devrait-on enseigner ces principes des le plus jeune age au même titre que le langage, les maths et les sciences! Notre monde ne pourrait qu’en être meilleur, au sein de nos couples, nos familles, nos communautés, nos lieux de travail, nos nations…

  3. Virginie dit :

    Un petit souffle bref et précieux…

    merci..:)

  4. Thierry PASCAL dit :

    J’ajouterais l’Amour est mort,la vie a 2 se résume maintenant à un contrat,d’ailleurs n’allons nous pas chez le notaire pour le signer!La vie à 2 n’est plus qu’un calcul d’économie d’échelle comme dans une entreprise et lorsque ça va mal on licencie,c’est triste mais ça n’ira pas en s’améliorant.L’homme est ainsi fait.Je pense comme toi que c’est à l’école que le travail doit être fait mais est ce que la société de consommation sera d’accord? Car c’est incompatible avec la croissance.
    Merci

  5. […] Participer à la stabilité du couple permet que ce dernier dure. Selon Maxime Gréau, il y a 5 étapes à respecter pour que cela […]

  6. olivier kalala dit :

    je suis arrive a la phase deux et on a rompu du fait qu’on ne se supporter pas. quoi faire alors? c’est la question que je me pose,si je dois chercher ailleurs mais je suis toujours amoureux d’elle!

  7. Il est inutile de monter un bateau pour bien paraître dans une relation amoureuse pendant que dans votre cœur, votre vérité est toute autre ! Est-ce que pour vous, la durée d’une relation amoureuse en fait son succès ? Croyez-vous que ce besoin de longévité, de sécurité, a sa source dans la peur ou dans l’amour ? Évidemment, vous allez rapidement répondre que la source est l’amour afin de bien paraître, mais en êtes-vous certain ?

    Lorsque l’autre vous a dit qu’il vous aimait ou vous aimerait pour toujours, n’avez-vous pas réagi ensuite en cherchant à ne pas perdre cette chose essentielle à votre bonheur ? N’avez-vous pas à cet instant, sans vous en rendre compte, transformé l’amour en peur au moyen du contrôle, des obligations, des conditions, de la culpabilité, de la condamnation, etc. ? Le besoin de sécurité me fait penser à un chemin de fer où les deux rails s’en vont dans la même direction, mais sans jamais se rejoindre, sans jamais être ensembles.

    Je comprends aussi qu’il peut être dérangeant de voir des infographies ou des liens sur votre site, mais cet article est vraiment pertinent dans votre domaine.

    http://www.relationplus.org/2015/17-regles-or.html

  8. Cynthia dit :

    Bonjour! J’ai commencé à fréquenter un homme et il n’y a pas eu de phase lune de miel avec lui. Nous avons une attirance, nous aimons être avec l’autre, mais rien de très passionné. Je n’ai jamais connu ça, si ce n’était que de moi on serait à fond dedans. Mais vu mes insatisfactions en raison de son attitude plus réservée, nous sommes déjà dans la phase 2 après moins d’un mois de fréquentation. Est-ce normal? Devrait-on baisser les bras? Merci!

  9. Thomas dit :

    Bonjour,
    Vos publicités m’insupportent. Pourquoi devez-vous donc mettre un bouton en mouvement, qui m’empêche de lire sereinement? Faut-il consommer pour lire votre article ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion