Les étapes de la descente aux enfers


A quoi servent nos émotions

Nos émotions sont des guides. Elles nous indiquent, d’instant en instant à quel point les situations que nous vivons sont appropriées pour nous ou pas. Elles génèrent en nous des réactions qui nous permettent de satisfaire nos besoins psychologiques et physiologiques.

Aussi, face à un danger ou à une difficulté, je peux me mettre en colère. Cette énergie est alors à ma disposition pour affronter ce passage plus difficile.

Devant un animal féroce, je suis pris d’une très grande peur qui me sera de la plus grande utilité pour courir très vite…

Plus largement, au quotidien, je fais des choses parce que je les « sens ». Autrement dit, une information en moi (mes émotions) me dit si ce que je m’apprête à faire est bon ou pas pour moi.

Notre logique ne peut rien pour nous à ce niveau. C’est émotionnel et ces émotions sont nos anges gardiens, nos guides intérieurs.

La liste des émotions est longue et chacune a un but et un sens. En étant présent à celles-ci, en étant vigilant et attentif, elles nous indiquent et nous donnent des indices sur la direction à prendre pour que notre vie soit belle et épanouie.

Hélas, la plupart du temps, nos émotions sont considérées comme des signes de faiblesse ou comme un manque de contrôle. On ne veut pas de ces émotions car elles nous perturbent dans l’obtention de ce que nous voulons ! Dans l’idée que nous nous faisons de ce qui est bon pour nous !

Alors, nous les ignorons…

Première marche – La descente aux enfers

Les braises de l'enfers par Garuna bor-bor

Les braises de l’enfers par Garuna bor-bor

Cette ignorance de notre monde intérieur est la première marche qui nous mènera tout droit aux enfers. Nier ses émotions ne veut pas dire qu’elles ne sont plus là ! Alors va se produire un effet de cumulation. C’est-à-dire que nous allons remplir le vase qui, inexorablement, débordera un jour… !

Comprenez que la vie nous veut du bien et que ces émotions sont là pour nous aider, nous guider, afin que nous trouvions notre place et que nous soyons heureux(se).

En repoussant nos émotions, nous refusons également la croissance et le bonheur. La vie ne veut pas cela ! Nous non plus dans le fond mais nous ne le voyons pas !

Deuxième marche – Les frustrations s’accumulent

Petit à petit, ces émotions refoulées prennent de plus en plus de place dans votre vie. Elles sont de plus en plus intenses. Les évènements de la vie nous le montrent également de plus en plus en nous faisant vivre ces émotions que nous cherchons à fuir.

La frustration ! Elle s'installe progressivement. Photo par par DrewTM

La frustration ! Elle s’installe progressivement. Photo par DrewTM

C’est à partir de cette étape que naissent les réactions émotionnelles. Souvent démesurées, elles représentent les émotions présentes lorsque je vis l’évènement en question, sur lequel vient se rajouter l’accumulation des frustrations non accueillies..

On dit que la coupe est pleine. Et cette réaction est en fait proportionnelle à la somme de ces émotions refoulées. L’intensité alors libérée est justement  nécessaire pour s’adresser à ces émotions.

L’idée à ce stade est de prendre conscience que certaines choses ne tournent pas rond. Nous ne sommes pas pleinement à l’aise, des choses ne nous conviennent pas ! Nous avons alors suffisamment d’informations nécessaires en nous de part ce ressenti, pour changer les choses et choisir une autre direction dans laquelle nos émotions seront OK…

Troisième marche – L’oubli de soi, je jette l’éponge

Les émotions devenant de plus en plus gênantes et générant de plus en plus de frustrations, certain se résigneront et baisseront les bras ! Plutôt que de faire l’effort d’écouter leurs émotions, et donc, de se respecter profondément, ils choisiront de nier leurs messages, de les mettre en sourdine, de les étouffer…

Je ne ressens plus rien. Je suis alors bétonné, Je suis blindé ! Photo par jonas maaloe

Je ne ressens plus rien. Je suis alors bétonné, Je suis blindé ! Photo par jonas maaloe

Alors je mets un mouchoir, ou une dalle en béton armé sur mes colères, sur ma rage, qui pourtant sont nécessaires pour me donner le courage et la force d’aller au fond de moi, et ainsi trouver les ressources pour pouvoir remonter les marches.

Je me coupe donc de mes émotions, je me déconnecte. Je baisse les bras, je capitule. Et les émotions non reconnues sont toujours là !

Ma vie n’est pas celle que je souhaite mais je fais le CHOIX de m’en contenter ! C’est ce que j’appelle « la malédiction de la médiocrité » ! Je perds progressivement l’espoir d’un jour nouveau et finalement, bouder ou boire, ou encore m’étourdir dans des activités me semblent plus facile.

La vérité c’est qu’on est « émotionnellement mort ». Les émotions ne sont plus là, (du moins on ne les vit plus). Il n’y a plus d’envie, nous ne sommes plus en vie !

Les personnes à ce stade sont remplies de clichés qui les rassurent : La vie c’est pas simple, les relations amoureuses c’est compliquées, faut pas rêver… Certain même, un peu plus malveillants, sont prêts à briser les rêves des autres pour ne pas voir à quel point ils ont cessé de croire en la vie.

Quatrième marche – Des symptômes…

Afin de nous faire réagir, et puisque nous n’avons rien voulu savoir jusque là, des indices supplémentaires vont nous être proposés.

Les symptômes apparaissent  ! Par quinn.anya

Les symptômes apparaissent ! Par quinn.anya

En fonction de chacun : Migraine, mal de dos, dépression, angoisse, stress, phobies…

Encore une fois, ces indices n’ont pour seul but que celui de nous faire réagir en nous attirant vers le véritable problème de fond.

Les plus cartésiens n’y verront toujours rien et prétexteront que c’est un mal physique ou que ces symptômes s’expliquent par ce qu’ils ont vécu, ou encore par les circonstances de la vie ou du moment.

La vérité c’est que ces symptômes n’existeraient pas si l’émotion subjacente était accueillie !

Je vous conseille cet ouvrage qui vous permettra de mettre des mots sur le mal : 18. Le grand dictionnaire des malaises et des maladies  Jacques Martel

Cinquième marche – Solutions compensatoires

La présence de ces symptômes est une sonnette alarme et le premier bon réflexe serait de chercher à comprendre d’où vient ce mal. C’est aussi la piste qui demande le plus de conscience et donc la plus difficile.

Précédemment, l’individu a déjà fait le choix de passer sur ses émotions et de se satisfaire d’une vie qui ne le rend pas heureux. Chercher à écouter son corps et en déduire le mal-être en question est hélas bien souvent trop dur à assumer pour cette personne si elle est seule.

Ne soigner que les symptômes ! Par quinn.anya

Ne soigner que les symptômes ! Par quinn.anya

La solution la plus simple est alors de tenter de tuer/de masquer le mal par des moyens extérieurs. Des médicaments, des cures de jouvence pour chercher à faire disparaitre ces symptômes.

C’est mettre un pansement supplémentaire bien sûr, sur la plaie sans chercher la source ni le pourquoi d’une telle plaie. Au mieux, on calme la douleur mais le mal progresse…

Sixième marche – Des maladies

La dernière étape vous l’avez bien compris est celle des complications liées à la maladie. Celle-ci nous indique alors que le problème est urgent !!

A ce stade, s’ajoute à la problématique d’accueille des émotions le mal de la maladie. Il faut alors effectivement traiter la maladie TOUT EN cherchant à rétablir l’ordre émotionnel.

A ce stade, s’il n’a pas réagit avant, l’individu est très souvent persuadé que son problème est de l’ordre physique et que la solution est donc physique. Le contredire est difficile puisque la maladie est effectivement là.

Mais vous l’avez bien compris, la source de la maladie elle, est émotionnelle !!! Et la maladie n’est que la conséquence des étapes ci-dessus nommées.

Solutions :

Il est primordial de comprendre le fonctionnement de ce cercle vicieux pour mieux le repérer et ainsi s’en prévenir :

  1. Négligence des indices et des informations de nos émotions
  2. Accumulation des frustrations liées à notre vie
  3. Coupure et déni de nos émotions
  4. Malaises et symptômes en tout genre
  5. Pansement sur le symptôme uniquement et non à la source
  6. Maladie grave

Il n’y a pas de hasard et notre corps est notre meilleur ami. Il nous prévient à chaque instant de ce que nous ne voyons pas.

En amont de cela, il y a nos émotions. Elles sont nos guides, constamment présentes. Nous devons les écouter pour vivre une vie saine et équilibrée.

Remonter la pente

Pour les deux premières marches, du courage, de la volonté, une envie sincère d’être à l’écoute de ses émotions et de soi-même ainsi qu’une bonne dose de respect de soi-même permettront de renverser la vapeur.

Remonter la pente ! Par Groume

Remonter la pente ! Par Groume

Pour les marches 3 et 4, une implication supplémentaire devra être de mise avec des outils plus nombreux. La respiration/méditation par exemple pour reprendre contact avec ses émotions et avec son corps sera d’une aide très précieuse.

A partir de le cinquième marche. Il n’est pas réaliste de pouvoir s’en sortir seul. L’appui régulier d’un thérapeute sera nécessaire. Et pas n’importe quel thérapeute, il faudra un thérapeute prenant en considération les mondes émotionnels ET capable de vous y emmener.

Certains autres modes d’accompagnements basés uniquement sur le problème et la résolution de celui-ci comme par exemple les approches plus cognitives ou les coachings axés uniquement sur les résultats ne seront pas appropriés.

Le problème est une absence de reconnaissance émotionnelle, il se règle donc dans les mondes émotionnels.

Je vous communiquerai de très bonnes adresses si vous souhaitez faire ce travail.

Conclusion

Pour finir, et pour bien vivre sa vie, mais aussi pour trouver sa place, pour faire ce pour quoi nous sommes faits et enfin, pour être heureux(se), nous devons :

  1. Etre à l’écoute de notre monde intérieur, c’est du sérieux !
  2. Comprendre qu’il est un guide pour nous.
  3. Aiguiller sa vie en fonction de ses ressentis

Tout cela s’apprend et il n’est jamais trop tard pour être heureux(se)

Bon courage et à très vite

A lire également :

  1. Le Site : Infopsy
  2. Comment accepter les autres tels qu’ils sont ? Le problème n’est pas l’autre !
  3. Des émotions pour quoi faire ? Les connaître, les reconnaître et les installer pour être heureux.
  4. Essence | Qualité | Forme
  5. Psychologie positive : La vie nous veut du bien !
  6. Catégorie : Méditation

Cliquez sur j’aime et pour partagez cet article s’il vous a plu ! 😉


15 Comments to Les étapes de la descente aux enfers

  1. karine dit :

    Brrrr ! Ca fait froid dans le dos, cette descente aux enfers !

    Après maladie, tu aurais pu mettre la mort !

    En attendant de continuer à te lire,
    je t’annonce une nouvelle joyeuse : tu fais la une ici http://ecole-du-bien-etre.net/moins-de-stress-plus-energie-jour-3/

    Bonne soirée
    Karine

    ps : pas d epluggin comment luv dans ta rubrique commentaire ?

    • Maxime dit :

      Merci Karine pour cette bonne nouvelle 😉
      Elle est chouette cette idée de « conseils par jour » 😉

      Et oui, tu as raison pour le début de ton commentaire !

      A bientôt
      Maxime

  2. Poursuivez dans cette direction, c’est veritablement du bonheur de vous suivre.

  3. emilepaul dit :

    Bonjour Maxime,
    J’entame actuellement une thérapie, mais je suis intéressé par ce adresses donc vous parlez concernant le travail a régler en le faisant « dans » le monde émotionnel:
    « Le problème est une absence de reconnaissance émotionnelle, il se règle donc dans les mondes émotionnels. »

    D’avance merci

  4. Isabelle dit :

    Bonjour Maxime,

    Tout ce que vous écrivez est véritablement à bien lire, comprendre, réfléchir etc.
    C’est très bien fait. Parfois je relis un « article » pour bien le comprendre et faire en sorte qu’il me « pousse » à me poser les bonnes questions, cela m’aide.

    Je ne suis pas bien du tout pour le moment et je me suis rendue compte par « la descente aux enfers » j’y étais malheureusement. Je vais donc bien méditer votre article pour essayer de m’en sortir. Merci.

    Isabelle

  5. malisko dit :

    j’ai connu aussi cette descente aux enfers, votre guidance et vos articles m’aident à mettre du sens et des mots pour comprendre en profondeur et apprendre…Je me relève peu et peu, retrouve un peu de clarté et de capacité à agir.
    Bien que beaucoup de formations et lectures à mon actif, je n’avais toujours pas le « comment ». je trouve beaucoup de cohérence au cheminement que vous proposez et je vais me laisser guider…
    Merci à vous

  6. Camille dit :

    Bonjour,

    Pour le genre de thérapie j’n suis à ma deuxième séance d’IFS (internal family system), c’est justement une thérapie qui travaille sur les émotions même et surtout inconscientes, tout en prenant en comptes nos « résistances » à l’inverse de l’hypnose… Bref, c’est très efficace… Lors de cette deuxième séance j’ai vecu une grosse retrouvaille avec une part bléssée de moi, que j’avais enfermée… Ouhaw la décharge electrique émotionnelle ! Voilà je voulais vous le faire partager…
    Merci Maxime pour cet article, et pour ton travail 🙂 Bises, Camille

  7. Brigitte dit :

    Bonjour
    J’ai vécu la descente aux enfers , touché le fond , cela a été une période noire de ma vie , je me suis fait aidée par un psy , j’ai écrit beaucoup de journaliers à cette époque , l’écriture m’a un peu sauvée , mais tout n’est pas résolu , je cherche ce qui a pu provoqué cette descente … je n’ai pas encore trouvé , je cherche , dans ce cas on veut comprendre le pourquoi ? à cette époque c’est mon corps qui m’a fait prendre conscience ( migraine , mal de dos , déprime , etc ..cette envie de fuir , de ne pas affronter ) j’ai beaucoup lu de livres , je me suis dirigée vers les livres de Jung pour apprendre à me connaitre , tout ce qui touche à la spiritualité , et j’essais d’avancer pour en savoir plus ! cet article que je viens de lire m’a vraiment parlé et amis le doigt sur ce qui a fait mal ! Merci Maxime

  8. Hélène dit :

    Qu’entendez-vous par thérapeute prenant en considération les mondes émotionnels ?

    • Maxime Gréau dit :

      Et bien des thérapeutes capables de vous accompagner dans l’écoute, l’accueil et la gestion des émotions.
      Et non des accompagnements purement intellectuels..
      Maxime

  9. Véronique dit :

    Bonjour Maxime,
    Peux-tu me communiquer des adresses de thérapeute prenant en considération les mondes émotionnels ? J’habite Paris, dans le 13ème arrondissement.
    Merci beaucoup de ce bel enseignement qui nous amène à réfléchir réellement et à prendre conscience de nos faiblesses. Tu es parvenu à mettre le doigt sur une problématique que je n’avais pas encore explorée malgré de nombreuses années de thérapie « classique ». Bien à toi Maxime

    • Maxime Gréau dit :

      Bonjour Véronique,

      Je suis bien content de cette progression. Bravo 😉
      Pour Paris, je ne connais personne en présentiel. Sorry.

      Par contre, je peux t’accompagner par téléphone ou skype si tu le souhaites. Pour les émotions, cela ne fait pas de différence.

      À bientôt
      Maxime

  10. remeur dit :

    bonjour, je ne sais pas si mon commentaire est le bienvenu…sur votre site..Pendant des années, j’ai appris à refouler mes émotions, d’une part du fait de l’éducation que j’avais reçu, et ensuite parce que dans mon métier, on nous forme également à cela (éducatrice spécialisée)! j’ai passé ma vie à intellectualiser à rationnaliser à comprendre les « autres » à les aider etc…et puis la dépression, le burn out sont arrivés! je suis maintenant en invalidité et toutes les émotions que j’avais refoulées depuis de nombreuses années ressurgissent! toute la colère les sentiments d’injustice, de non reconnaissance de rancœur et…sont omniprésentes comme lorsque j’étais petite et qui ont été enfouies. Ma dernière psy m’a recommandée de lire un livre sur l’énnéagramme, intellectuellement cela m’apaise mais ne règle pas le problème de fond et ces émotions destructrices. La solitude est réelle! et non pas une vue de l’esprit dans une société ou tout le monde est pressé, vit dans sa bulle, ou par le biais d’internet ou par le biais de texto etc… même prendre un café en terrasse, c’est la confrontation avec la solitude: bcp de monde, mais pas d’échanges.. j’ai la sensation de porter la « cape d’invisibilité » d’Harry POTTER. bien à vous Maryse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion