L’état de stress post-traumatique : Une blessure invisible


J’accueille aujourd’hui Delphine GOUJON, thérapeute et formatrice. Elle aide, accompagne et guérit, notamment dans ce domaine important du traumatisme, par la parole, au travers des émotions, mais aussi de l’énergétique. Elle intervient auprès des particuliers, des professionnels et se déplace, en humanitaire, pour des personnes dans le besoin.

Bonne lecture
Maxime

Une agression, un accident, une catastrophe naturelle, un attentat, une guerre, un décès … autant d’évènements qui, vécus directement ou indirectement, peuvent déclencher un « état de stress post-traumatique » (ESPT).

C’est un choc émotionnel insoutenable, indicible, ineffable, vous contactez la peur de la mort … Votre corps, votre esprit, votre conscient et votre inconscient sont transformés par cet événement, des symptômes apparaissent, parfois plusieurs mois après l’événement :

  • le syndrome intrusif avec des pensées, des images, des sensations répétitives ;
  • la stratégie d’évitement (de pensées, de personnes, de lieux, d’activités, d’objets, …) ;
  • l’hyper vigilance (des insomnies, une méfiance …).

Pour diagnostiquer un ESPT, ces symptômes doivent persister au-delà d’un mois et avoir une influence sur votre vie quotidienne familiale, sociale, professionnelle.

D’autres symptômes, indépendamment de ceux identifiés pour l’ESPT, peuvent être ressentis à la suite d’un traumatisme :

  • les conduites addictives à risque (toxicomanie, alcoolisme) ;
  • l’anxiété généralisée, la phobie, l’agoraphobie ;
  • les troubles dépressifs.

Aujourd’hui, grâce aux recherches en neurosciences, nous sommes en capacité de comprendre quel est le processus cérébral au moment du choc émotionnel et, au-delà, à chaque fois qu’un stimuli visuel, auditif, tactile, olfactif réveille le stress intense ressenti lors de l’événement traumatique.

En effet, l’amygdale, qui est le siège de vos émotions, est en hyperactivité, et l’hippocampe, normalement capable de comprendre dans quel environnement vous êtes, en l’occurrence de vous rappeler que vous n’êtes plus en situation dangereuse, est en sous activité. A titre d’exemple, si vous avez été agressé(e) par un homme portant un chapeau rouge, lorsque vous verrez à nouveau un chapeau rouge, vous pouvez déclencher une réaction émotionnelle qui n’est plus adaptée au nouveau contexte.

Suite à un événement traumatisant au cours duquel vous contactez la peur de la mort, comment retrouver votre envie de vivre ? Votre légèreté ? Votre sécurité intérieure ?

Je vous propose une méthode thérapeutique qui a fait ses preuves en séances individuelles à Paris, et dans le cadre de missions humanitaires au Maroc. Elle se décline en cinq étapes :

  1. apporter une présence, rassurer le patient lorsque j’interviens rapidement après le choc émotionnel ;
  2. proposer une compréhension neurobiologique et psychologique, pour faire le lien entre les violences subies, le choc émotionnel et les symptômes ;
  3. mettre des mots sur l’événement, sur les ressentis, et favoriser la libération émotionnelle (peur, colère, tristesse, culpabilité …), et permettre à l’hippocampe de jouer à nouveau son rôle pour apaiser l’amygdale, et ainsi transformer la mémoire traumatique en une mémoire autobiographique maîtrisée sur laquelle on pose de la conscience ;
  4. rétablir les valeurs, les croyances, et accepter d’intégrer, à nouveau, le cycle de la Vie ;
  5. retrouver une estime de soi (confiance en ses compétences cognitives, ses ressentis, ses capacités à être en lien avec l’Autre, à créer …).

Je vous accompagne également pour donner du sens à cet événement dans votre parcours, pour identifier quelles parties de vous ce choc émotionnel est venu mettre en lumière. Je vous guide pour transmuter cette expérience en une force intérieure !

Cette méthode s’articule autour de la parole puis d’un protocole, que vous vivez, assis(e) ou allongé(e) associant la respiration, la visualisation et l’énergie. Elle vous permet de devenir, à nouveau, acteur de votre destinée.

La relation que j’instaure avec chaque patient est bienveillante, respectueuse et sécurisante. Je vous propose un accompagnement dans l’empathie, le soutien, et la compréhension. Pour soulager la souffrance psychique et les symptômes anxio-dépressifs, de manière complémentaire à la thérapie, un traitement médicamenteux peut être nécessaire : anxiolytiques, somnifères, antidépresseurs, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Je présenterai cette méthode au Cambodge, ce pays dont l’histoire est marquée par les Kmers rouge au pouvoir entre 1970 et 1974, au mois de février 2017 à l’Université de Battambang auprès d’étudiants en cinquième année de psychologie et de leurs professeurs.

Si vous êtes intéressés par une séance individuelle, un stage ou une conférence, vous pouvez me contacter, j’interviens à Paris, et ailleurs en France, à votre demande ([email protected] ; 06.75.61.94.03).

Prochain stage « Renaître après un traumatisme » : samedi 25 février de 9h30 à 18h00 à Paris dans le 12ème arrondissement, n’hésitez pas à me contacter pour toute question.

Toutes mes actualités sur mon site et sur mon Facebook !
Delphine

*

Merci Delphine pour ce partage et n’hésitez pas à partager cet article si vous pensez que celui-ci peut aider d’autres personnes ! Merci !

 


12 Comments to L’état de stress post-traumatique : Une blessure invisible

  1. CHABBERT dit :

    Bonjour,

    Je suis la responsable de l’Antenne de la Marne (51) de l’association Jonathan PIerres Vivantes, dédiée à l’écoute et l’accueil des parents endeuillés par la perte d’un enfant. J’ai connu votre activité via Maxime GREAU que j’ai récemment interrogé autour de la question : « peut on être heureux dans sa vie lorsque le pire se présente à soi : perdre son enfant, d’une accident ou de maladie ou de suicide… le résultat est le même, une douleur intense et sourde, un mal dont a des difficultés à se remettre. J’ai vécu l’accident tragique en direct de notre fils et je vois bien que la blessure est invisible mais qu’elle est là. J’ai cherché (depuis juillet 2014) des thérapeutes en EMDR mais toutes les réponses sont lointaines, évasives … seul Christophe André m’a orienté vers des adresse sérieuses mais je n’ai pas eu encore le temps de m’en occuper. Pourtant, mon corps parle et il est silencieusement douloureux. L’ostéopathe que je vois régulièrement ne comprend pas non plus… mais pour lui la piste de la blessure invisible lui parle.
    Comment vous contacter, vous rencontrer?
    Au delà de moi, je pense au groupe que j’anime, des parents endeuillés par la perte de leur enfant, je pense à) Michel et Solange dont le petit Lino a été happé par une moissonneuse batteuse sous les yeux impuissants du papa. Michel est dans un état de stress intense. Le psychiatre qui le suit à Vitry les Reims lui aurait dit que pour l’EMDR « c’est trop tard »… Je ne veux/ne peux pas le croire. L’association s’appelle Jonathan Pierres Vivantes (JPV) c’est une association nationale reconnue d’utilité publique. Vous pourriez venir nous parler de votre métier. je recherche justement à mettre sur pied une conférence sur ce thème. Je vous remercie de votre bienveillance.

    • Bonjour,

      Vos mots sont justes, la douleur est indicible, et malgré ces ressentis qui deviennent une souffrance dans votre quotidien, comment donner du sens à son existence, comment se laisser à nouveau traverser par l’énergie de vie ? Si vous le souhaitez, je peux accompagner, vous pouvez me contacter par téléphone (06.75.61.94.03) ou par mail ([email protected]).

      Je serai également très heureuse d’intervenir au sein de votre association.

      Avec toutes mes chaleureuses et bienveillantes pensées,
      Delphine.

  2. Adolphe dit :

    Wow, mon intuition l’avais identifié. J’ai passé 4 fois vraiment près de la mort dont une fois , les ambulanciers m’ont ramener d’un état inconscient, J’avais 2 ans. Plusieurs me déconseillaient d’aller touché à ça. Mon intuition ma conduit à plusieurs con-naissances pour aller à, non revivre les évènements mais à laisser monter les émotions non accueillis, les reconnaître en temps tels. Un évènement qui a produit un émotion intense non reconnu et accueilli. Voici mon processus: Évènement, émotion, re-connaissance, accueil, acceptation, méditation, intégration,
    ACTION, reconnaissance, GRATITUDE. Pour moi cela est libérateur, bénéfique. Voici mon partage, a chacun de vérifié si cela est bien pour soi-même. Merci Maxime pour cette bienveillance.

  3. Julie Sabourault dit :

    Bonjour, je recommande cette vidéo de Christophe Fauré sur le deuil, que je regarde à chaque fois que je ne comprends plus mes réactions. Elle m’apaise et me rappelle que je dois prendre soin de moi et accepter toutes les étapes dans la patience… et bien d’autres choses….
    Merci
    https://www.youtube.com/watch?v=aIuL7GTSnXM

    • Merci Julie pour ce précieux partage. Accueillir ses émotions vous permet de les libérer, et ainsi d’apaiser cette blessure invisible, plein de douces vibrations pour vous et vos corps énergétiques !
      Delphine.

  4. Ghislaine dit :

    Merci Delphine, merci Maxime,
    Ce que vous dites sur l’état de stress post traumatique m’aide beaucoup pour comprendre un peu mieux ce qui s’est passé en moi. Je comprends mieux pourquoi après ce choc j’étais toujours en hyper vigilance, pourquoi j’évitais toujours de penser, pourquoi je me suis mis au tabac. Mais je ne fais que comprendre ! Mes émotions dû à ce choc sont là en moi je les accepte mais elles sont tellement immenses je ne peux même pas les nommer, et je ne sais pas comment faire pour plus qu’elles me fassent mal.
    Maintenant, vous me rassurez beaucoup car vous dîtes que l’on peut aller mieux voire s’en sortir. Je vous remercie de cet éclairage et de l’ espoir que vous me donnez. Merci à vous deux. Ghislaine.

    • Bonsoir Ghislaine. La compréhension est une étape, la libération émotionnelle en est une autre, ensuite viendra l’apaisement. Un accompagnement thérapeutique peut éventuellement favoriser cette transformation intérieure, si vous sentez que c’est juste pour vous, vous pourrez me contacter, je propose des consultations individuelles à Paris ou par skype. Je vous envoie du courage et de belles vibrations. Delphine.

      • GHISLAINE dit :

        Merci Delphine,

        Bien que je suis morte de peur, c’est un travail que j’ai vraiment envie de faire pour me libérer de tout çà.
        Je vous contacte rapidement Delphine ! Ghislaine.

  5. Jackson dit :

    Bonsoir Maxime, vous allez bien !C’était très beau a méditer cet article mon chers ami, je serai très heureux dans ma vie avec Dieu, le grand architecte de l’univers.J’apprends beaucoup au sein de votre association…

  6. Julie lamontagne dit :

    C’est exactement ce qui se passe pour moi et pour lequel je suis en thérapie depuis septembre 2016. Par contre mon employeur et mon assurance invalidité semble croire que je suis en excellente santé et que je peux réintégrer mon travail qui soit dit en passant est très stressant et demande concentration mémoire et une grande attention car je suis courtier d’assurance et une erreur dans un contrat risque de faire perdre beaucoup à mes clients. Je n’ai plus droit à mes prestations depuis le 30 avril et leur pseudo psychiatre payé par l’assureur me dit totalement guéris bravo!! Je me sens abandonné par mon employeur et le système et j’aurais préférer mettre mon énergie sur ma guérison plutôt que devoir abaisser cette sensation d’être en danger face à cette compagnie qui est supposé être là pour m’aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion