Questions/Réponses : Comment être en harmonie et en paix avec soi-même ?


Pour bien commencer cet article, commençons par redéfinir ce que « être en paix » signifie.

Être en paix c’est « Accepter ». C’est « S’accepter », ou encore, c’est « accepter ce qui EST », TOUT ce qui Est ! Sans chercher à nier, sans chercher à fuir, sans chercher à réprimer, sans chercher à se punir, sans chercher à se changer…

C’est ici, dans cette pleine acceptation, que la paix peut s’installer, car enfin, le combat intérieur cesse !

En effet, il ne nous est pas possible d’être en
paix tout en se faisant la guerre !

La paix n’est donc pas (dans un premier temps) cet espace où tout est beau, doux et harmonieux. Non, la paix passe d’abord par l’acceptation de ce qui est présent, quel que soit le « présent » du moment.

Alors en effet, il y a sans doute de la peur, du jugement, de la colère, de l’impatience, de l’insécurité.., et tout cela est à accueillir.

La paix intérieure passe par l’acceptation de ce qui EST ! Photo par par Wiertz Sébastien

De plus, tout ce qui nous arrive n’est pas le fruit au hasard. Tout est prétexte à notre évolution. Ainsi, nous serons amené à vivre, de différentes façons, tout ce qui est justement réprimé ou inconscient en nous.

Vous l’avez compris, de la sorte, ce qui était inconscient passe à la conscience, à l’acceptation, pour se transformer et paix et en liberté..

Liberté, car ce ne sont plus ces évènements qui nous contrôlent. Nous devenons conscients et libres de ce qui se passe en nous. Nous ne « réagissons » plus de manière automatique aux évènements.. Nous recouvrons notre pouvoir, notre libre arbitre, notre liberté « d’agir » en âme et conscience, et nous cessons de subir.

Par la même, nous cessons d’accuser les autres de nous faire passer dans tous nos états, ce qui est profondément faux. L’autre est un révélateur d’inconscience. Voilà tout, et il ne le fait même pas exprès…

Être libre et en paix nécessite donc de se connaître. Être de moins en moins inconscient, de plus en plus conscient de nos « mécanismes de défense »

Une fois ce fonctionnement intégré, la vie n’est plus vécue comme une injustice. La paix tant désirée arrive alors d’elle-même, sous une forme d’acceptation et d’amour pour elle, pour soi-même et pour cette belle croissance qui s’opère…

Maxime Gréau

Logo-rectangle-300x111-transparant copie

 

 

 

 

Questions/Réponses : Comment être en harmonie et en paix avec soi-même ?

Pour réécouter cette vidéo n’importe où : L’enregistrement au format audio (mp3)

Méditation guidées :

Pour aller plus loin :

  • Pour télécharger mon livre « RENDRE LE BONHEUR POSSIBLE« , cliquez ici
  • Pour suivre la visite et être plus heureux dans un mois, c’est par là
  • Pour commander un accompagnement personnalisé, c’est ici

Demandez-moi de vous aider !

  1. Consultez toutes les réponses en vidéo déjà publiées
  2. Posez votre question et obtenez votre réponse en vidéo
  3. Pour vous former à la « Connaissance de soi » et apprendre à vous connaitre vraiment

 

Traduction texte :

# Alicia : J’ai besoin de votre aide : je suis en couple, très heureuse, mais quelque chose me pèse …

Mon copain actuel et moi sortions ensemble étant plus jeunes, et nous nous sommes ensuite retrouvé 10 ans après pour vivre aujourd’hui une histoire merveilleuse.

Durant plusieurs années, il était avec une fille et je n’arrive pas à l’accepter… J’ai pourtant moi-même eu d’autres relations. J’ai énormément de haine et de colère envers cette personne, j’ai l’impression qu’il ne m’aimera jamais autant et j’en souffre, je ne parviens pas à comprendre la vraie raison de cet acharnement.

D’autant qu’ils n’ont gardé aucun contact, je pense à elle sans arrêt et ne parviens pas à m’en détacher … Merci d’avance pour votre aide.

# Maxime :

« Merci Alicia pour ta question, qui est une bonne question, comme toutes les questions que vous posez.

D’abord Alicia, je voudrais qu’on recale et définisse le sens des relations amoureuses.

Les relations amoureuses, comme toutes les relations, et encore plus les relations amoureuses, servent à vivre des moments intimes, (dans un couple, c’est d’autant plus vrai), des moments qui permettent cette résonance, cet effet-miroir qui fait que l’autre, indépendamment de sa volonté, vient déclencher, activer, vient appuyer sur les bons boutons qui sont inconscients en nous et qui nous font réagir.

Cette réaction nous permet de mettre plus de conscience sur ce que nous portons, et ainsi la croissance s’opère. Grâce à l’autre, et c’est pour cela qu’on aime une relation amoureuse, c’est comme cela qu’elle se construit, qu’elle s’étoffe, qu’elle est belle.C’est parce que l’autre est le porteur de ma croissance.

Grâce à l’autre, mon évolution se perpétue. On n’est pas dans « béni-oui-oui, tout va bien, je t’aime mon amour, je te fais des bisous », il n’y a pas que ça, ça sert aussi à ça, il y a ces moments-là dans une relation amoureuse mais l’essence même de la relation amoureuse c’est la croissance.

On n’est là pour grandir, pour apprendre, parce que cette croissance, cet apprentissage sur nous-mêmes nous permet de nous réaliser pleinement.

Un couple sert à ça, notamment. Un couple à travers cette union, nous permet de s’unir à nous-mêmes, nous permet de trouver qui nous sommes vraiment, de trouver cette source dans laquelle il y a une autonomie qui s’installe : le 1 + 1 = 3 auprès d’une personne aussi autonome que nous, on peut partager cet amour et grandir et avoir des projets communs et ainsi de suite…

Mais on aime l’autre pour ce qu’il est également à travers cette croissance : cette belle personne qu’il est et qui est en train de se réaliser. On n’aime pas l’autre pour ce qu’il nous donne, pour ce qu’il nous remplit, pour combler nos besoins, on l’aime pour ce qu’il EST, pour ce qu’il VIBRE.

Et on est autonome face à l’autre et l’autre est autonome face à nous. Il n’y a pas de dépendance, de ce point de vue-là. Donc une relation amoureuse sert à ça, comme toutes les relations, sert à prendre conscience de qui l’on est et de ce que l’on porte pour s’en libérer et pour avancer dans la vie.

Donc la question est :

  • Qu’es-tu en train d’apprendre ?
  • Qu’est-ce que ta relation te permet de pointer du doigt ? De voir, de découvrir ce que tu n’avais pas encore vu sur toi ?

Et la réponse est évidente :

Elle s’appelle colère et haine. Elle s’appelle aussi insécurité et souffrance. Tout ce que tu nommes.

Voilà pourquoi tu vis ça. Cela pourrait être un autre homme, cela pourrait être une autre ex, cela pourrait être n’importe quel autre contexte, tout ça est prétexte à la croissance d’Alicia et pour son bien, pour sa réalisation personnelle. Et c’est cela qu’il faut entrevoir.

Du coup, tu peux changer de vocabulaire et enlever le « Je suis en colère envers cette personne ». Là, si tu vis de la colère, si il y a de la colère en toi c’est parce qu’il y a de la contradiction dans ta manière de penser ou de vouloir te persuader.

Et la 1ère contradiction est flagrante, elle est dans la 1ère ligne lorsque tu dis « Je suis en couple, très heureuse » et que l’on sent bien que tu veux insister sur le « très heureuse » et tu finis la phrase avec « mais quelque chose me pèse ».

Tu n’es pas très heureuse, il y a quelque chose qui te pèse. La vérité est là, que tu veuilles l’enfouir ou pas. Il y a quelque chose qui te plombe, qui est difficile pour toi, cela s’appelle la souffrance, la colère, la haine et ça vient entacher ta relation qui n’est pas très heureuse. Il y a quelque chose qui est difficile et il ne faut pas le nier.

Et je pense que le 1er facteur de ta colère et de ta haine, c’est celle que tu te portes envers toi-même et qui vient de cette contradiction dans laquelle tu n’es pas sincère avec toi-même. Tu es en colère. Et tu as peur qu’il t’aime moins, qu’il aime plus l’autre, la fameuse ex. Mais en même temps, tu veux absolument te persuader que tu es heureuse.

Pourquoi, et bien parce que tu vis un conte de fées. C’était ton copain quand tu étais petite-fille et 10 ans après vous vous retrouvez et vous filez un merveilleux amour. Tu tiens à ce scénario-là, tu ne veux surtout pas que ça s’arrête. C’est cette cristallisation-là, cette volonté que ça ne s’arrête pas, cette peur de perdre, qui te contracte à l’intérieur de toi et qui te fait dire que tu es très heureuse alors que la vérité est que tu as peur.

Il y a quand même des sentiments très contradictoires en toi aujourd’hui. Il y a une envie, une volonté intellectuelle, mentale, un besoin de contrôle ; de te persuader que tu es heureuse et que tout va bien et en même temps, force est de constater, qu’en toi il ne vibre pas forcément que ça et qu’il y a de la peur, de la tristesse, de la souffrance, de la haine, de la colère.

Et là, tu essaie de le nier. D’où une contradiction et d’où une répression de toi-même, une colère, une fureur qui s’installe contre toi-même ; que tu projettes, qui se manifeste à travers l’autre. Et l’autre indépendamment de sa volonté, cette ex à qui tu ne parles même pas et lui non plus, comme par hasard, elle est là, omniprésente et tu as cette peur qu’il l’aime plus que toi.

Tout cela n’est que prétexte à aller visiter en toi cette colère, cette contradiction, cette peur de perdre. Et la 2ème chose, cette 1ère contradiction étant quand même notable, il faut vraiment aller la visiter, et la 2ème c’est très certainement cette incapacité à t’aimer ou à reconnaître cette valeur, cette conviction que tu as que l’autre mérite plus que toi d’être aimée.

Là il y a quelque chose d’intéressant à aller chercher. « J’ai l’impression qu’il ne m’aimera jamais autant et j’en souffre. » Bien sûr que tu en souffres.

Pourquoi ne mériterais-tu pas cet amour autant que cette autre personne ?

Je pense que là, effectivement, il y a une dose de souffrance à aller accueillir et c’est pour cela que tu vis ça. Ta relation amoureuse est clairement utile à prendre conscience qu’il y a de la colère en toi, de la souffrance en toi, une incapacité à s’aimer, à te rendre compte de ta valeur, à prendre soin de toi.

Et l’idée c’est de sortir de cette illusion. Tu vois, il y a Cendrillon, comme dans la chanson de Téléphone « Cendrillon, pour ses 20 ans… » et puis on connaît la fin de l’histoire où elle se retrouve à 30 ans et le Prince Charmant est parti avec la Belle au Bois Dormant.

Là, c’est un petit peu ça l’histoire. Il y a un conte de fée. Un homme qui est revenu, après 10 ans et c’est tellement beau… Ca génère de la peur et cette peur se cristallise en colère. Le refus d’accepter peut être que ça ne peut pas se finir comme ça. Et du coup, c’est ça la bonne question.

  • Et si ça se finit comme ça ?
  • Et s’il t’aime moins – allons au bout du raisonnement – s’il t’aimait moins que cette autre personne ?
  • Il se passerait quoi dans ta vie ?
  • Quel serait le problème ?
  • Quel serait le drame de ta vie ?
  • Quels sentiments, quelles émotions sont si insoutenables que cela pour que tu veuilles absolument les fuir. La solitude qu’il y a derrière ? La peur d’être seule ? De s’être trompée, de recommencer tout à zéro ?

Comme d’habitude, en fait. Les peurs traditionnelles, les peurs de base, les peurs classiques. Autrement dit, cette personne-là comble les peurs qui sont en toi. Tant qu’il est là, finalement, c’est moins pire que s’il n’était pas là.

La vie, à travers cette expérience, t’invite à te rendre plus autonome en visitant tes vides, tes croyances évitantes, ta croyance que tu n’as pas assez de valeur, tout cet amour que tu ne peux te donner à toi -même, cette autonomie. Peut-être que tu n’as pas besoin d’un Prince Charmant pour venir te sauver ou te sortir de ton sommeil profond ou t’emmener dans un carrosse doré.

Bien sûr que tu veux vivre ça et bien sûr que c’est beau et bien sûr que tu as le droit. Mais ça ne t’arrivera que quand tu seras une personne libre et autonome toi-même, sinon le pauvre Prince Charmant se retrouve avec plein de casquettes. Avant d’avoir le droit d’exister pour lui, il doit te sauver. Et on sait bien que ça ce n’est que dans les contes de fée.

On ne vient pas sauver une femme, on vient partager un amour, une autonomie avec une femme qui est elle-même autonome, elle-même heureuse pour elle. Avec une vie pleine de sens pour elle. Et là on peut vivre une vraie relation de 1 + 1 = 3

Donc la question c’est ça :

  • Qu’est-ce que tu fuis tant ?
  • Quelle sont ces fameuses peurs qui sont nécessaire d’être visitées ?

Tu peux utiliser les méditations qui sont sur le blog. Les deux dernières, il y avait « Comment gérer la solitude ? » que j’ai enregistrée il n’y a pas longtemps et puis « Comment combler le vide ? ». Je pense que ces 2 méditations peuvent t’aider.

Et sinon, tu peux également m’appeler et on peut organiser un accompagnement individuel pour aller chercher tout ça, en profondeur et en douceur.

Voilà pourquoi Alicia, d’un point de vue subtil et profond, tu vis tout ça.

Et voilà ton chemin de croissance, c’est-à-dire celui d’aller visiter tout ça et de faire la paix avec toi-même, d’abord. Et te rendre compte que la colère est dirigée essentiellement contre toi. Et contre tes contradictions finalement, entre ce que tu veux, ce que ton mental voudrait bien te dire, et ce que tu portes en toi.

Et c’est motivé par de la peur, tu es dans une relation où il y a de la peur, il y a moins d’amour que prévu. Il y a beaucoup de peur en fait.

  • Est ce qu’il va continuer à m’aimer ?
  • Est-ce que je vais avoir autant de place que l’autre ?
  • Est ce qu’il va m’aimer autant que l’autre ?
  • Est-ce que j’ai autant de valeur que l’autre ?

On est dans le jugement de soi, la comparaison. On est dans la rivalité. On est dans l’ego. On est dans la peur. Donc c’est plus une relation de peur que d’amour en y regardant de près, et c’est ça que tu as transformé pour ne pas, justement, que tes plus grandes peurs se réalisent. Inutile d’aller jusque-là.

Si tu en prends conscience, tu vas les transformer, tu vas transmuter tout ça et transcender tout ça. Et du coup, tu vas pouvoir vivre, ce fameux conte de fée. Parce que le Prince Charmant il existe bien sûr.

Mais le Prince Charmant ce n’est pas un Sauveur. Le Prince Charmant c’est une personne avec laquelle on se sent bien. D’un point de vue des essences. Et ce Prince Charmant il est tout à fait libre. Il est libre et autonome, il n’a pas besoin de toi non plus.

Ça veut dire que toi tu n’as pas besoin de lui. Ce sont des relations libres et autonomes où on partage de l’amour, on n’utilise pas l’autre pour se remplir. On utilise l’autre pour évoluer au travers de la résonance et de l’effet-miroir, c’est très différent. On aime l’autre pour cette croissance qui s’opère en nous.

  • Quel est le problème si tu perds tout ?
  • Quel est le problème s’il aime plus l’autre que toi ?

C’est ça la bonne question. Et à ce moment-là quand tu touches ça, quand tu sens cette souffrance et cette douleur, tu restes avec, tu la visites, tu la laisses circuler en toi. Et tu fais la paix avec tout ça.

Voilà des solutions pour ton bonheur, Alicia. C’est tout pour ta question. J’espère qu’elle te conviendra.

Pour aller plus loin, vous avez également la possibilité de télécharger mon livre. Il est gratuit, il parle de tout cela, il va expliquer ce processus de croissance vers soi-même. Dix chapitres pour être plus heureux dans sa vie. Je vais mettre les liens, juste en-dessous de cette vidéo.

Et puis la Visite Guidée, qui permet d’en savoir plus et d’être accompagné progressivement sur tout un mois pour être plus heureux dans sa vie. Tous vos témoignages le prouvent, cette Visite Guidée fonctionne, ce parcours d’un mois, 30 jours pour être heureux dans sa vie. N’hésitez pas, le bonheur est autorisé et pour tout le monde !

Voilà, merci beaucoup d’avoir suivi cette vidéo. Et je vous dis à très bientôt pour la  prochaine vidéo de « Questions/Réponses ».
A bientôt, au revoir.

Si cette vidéo vous a plu, partagez là et cliquez sur « J’aime » ! ツ


12 Comments to Questions/Réponses : Comment être en harmonie et en paix avec soi-même ?

  1. Sandie dit :

    Chouette article.
    Il suffit de se rendre compte que nous vivons dans un monde de pensées et de réaliser que tout ce que nous voyons, touchons, entendons etc. passe par la pensée. Nous créons nous-mêmes ces tempêtes de pensées (et ça n’a rien à voir avec les autres en effet !), et lorsque nous nous rendons compte que nous ne sommes pas obligés de croire ce que nous pensons, que c’est totalement inventé, nous pouvons lâcher prise. Dès lors qu’on sait que tout notre monde est fait de pensées et que ce n’est pas la « vraie réalité », nous pouvons nous relaxer. Les pensées vont et viennent si nous les laissons faire, c’est leur nature. Nous leur donnons le pouvoir en pensant qu’elles sont plus importantes que d’autres.

    • Gilles dit :

      L’illusion est le prétexte de nos peurs ainsi elles deviennent plus convenables, plus supportables pendant un temps. Nous achetons de l’illusion au marchand de rêves pour ne plus avoir peur mais tout celà reste très éphémère si bien que nous devons en acheter toujours plus pour combler toujours plus de peurs. La peur est gourmande semblable à un estomac toujours plus goinfre. Merci Maxime !

  2. Catherine dit :

    Je n’en reviens pas de constater comment vos articles répondent toujours de manière très fine à mes interrogations du moment. Ils lèvent des blocages par le seul fait de la simplicité et de la justesse des termes choisis pour définir , décrypter les émotions. du vrai travail d’orfèvre. Merci d’être vous Maxime!

  3. Guylaine dit :

    Alors suite à tout cela,la grande question à 100$.Comment s’aimer soi-même ?

  4. Amar dit :

    Bonjours c’est toujours très profond ,depuis que j’ai découvert se site ,ma vie a changé ,doucement pas a pas ,c,est passionnant ,on est j’aimais seul .grand merci à toi Maxime ,que la lumière vous accompagne .

  5. merminie dit :

    Merci Alicia pour la sincérité de ton témoignage qui parle d’amour de haine de colère… J’entends souvent une connotation négative à la peur et je me sens gêner. La peur est une émotion aussi indispensable à la vie que l’amour pour moi ! Je pense que refuser de la vivre serait nier une partie de moi, Juste l’accueillir au même titre que toutes les émotions et mettre de la conscience sur « pourquoi j’ai peur ? » J’aimerais célébrer la peur qui me guide dans mon bonheur 😉

  6. milly dit :

    Bonjour depuis ma séparation après 20 ans, j’ai rencontré une personne qui était malheureusement un dépendant affectif. Suite à cela j’ai rencontré un nouveau prétendant. Durant toute la journée je n’ai eu aucune nouvelle de sa part. ni texto, tél, etc.. n’ayant aucunes nouvelles de sa part, j’ai eu le temps de le sortir de ma tête et de ma vie
    Et je me suis rendue compte que ma blessure d’abandon était encore très présente en moi et que je ne savais pas comment réagir car je l’avais éliminé complètement de ma tête et de ma vie jusqu’à temps qu’il m’explique pourquoi on ne s’était pas parler. C’est comme si je l’ai quitté avant qu’il me quitte car
    Comme je peux commencer une relation si je suis comme ça ?
    je ne fais pas confiance du tout aux hommes.
    Et comment puis-je apporter ce genre de bagage dans une nouvelle relation?
    Ça me fait vraiment peur et je ne sais si je dois poursuivre ou non cette fréquentation.
    Merci et Bonne nuit

  7. Donna dit :

    Bonjour Maxime,

    Je trouve ta réponse vraiment formidable. Complète, profonde et douce. Je pense que ces quelques minutes auront donné incomparablement plus de clés à Alicia que X mois de psychanalyse.
    merci pour cette douceur et cette profondeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion