fbpx

Comment mettre plus de sens et de conscience sur qui nous sommes ? – Interview de Maxime par Osmose

Dans une précédente bulle, nous avions présenté le mouvement Osmose, la 1ère box de développement personnel en France, dédiée à toute la famille. Elle permet aux parents et leurs enfants de progresser ensemble, de façon ludique, sur les compétences douces : gestion des émotions, confiance en soi, communication, …

  • L’apprentissage du développement personnel dès l’enfance est un sujet qui anime profondément Maxime. Il fait d’ailleurs partie des membres fondateurs d’Osmose, de par son implication dans la mission d’enseigner le bonheur aux enfants, au plus tôt de leur scolarité.

Au cours d’une interview d’Osmose, Maxime explique son parcours qui l’a conduit dans cette démarche et partage sa vision de “comment mettre plus de sens et de conscience sur qui nous sommes” ?

Maxime Gréau répond aux questions de Benjamin Planche pour Osmose – Portrait
Bon visionnage et/ou lecture !

========

Pour recevoir l’HappyNews, cliquez ici (vous recevrez gratuitement mon livre au format PDF par la même occasion)

========

========

🎤 B.P. – Osmose : Bonjour à tous, aujourd’hui j’ai le plaisir d’être avec Maxime Gréau, l’un des membres fondateurs d’Osmose qui nous ont suivi dès le début dans l’aventure. Peux-tu te présenter Maxime et nous dire qui tu es ?

✅ M.G. : Je suis formateur en développement personnel, coach et hypnothérapeute, dans le monde de l’accompagnement humain dans un objectif d’être plus heureux. Mon créneau est surtout le bonheur duquel découle les émotions et la gestion des émotions, la pleine conscience, et tout ce qui va être le sens de la vie et de l’existence, puisque le bonheur est également une conséquence du sens. Mon activité consiste à rendre les gens heureux en mettant plus de sens et de conscience sur qui ils sont et sur le “ce pour quoi ils sont faits”

********

🎤 B.P. – Osmose : Pour casser les clichés sur le développement personnel véhiculés sur le net, peux-tu nous partager ton histoire ? Comment t’est venue l’envie d’accompagner des personnes, de te former pour cela en l’appliquant d’abord à toi-même pour le partager ensuite ?

M.G. : Il y a un lien évident entre mon histoire et mon implication dans Osmose. J’ai été moi-même très malheureux et c’est ce qui m’a poussé à aider les autres. Mon histoire commence très tôt, de par mon éducation. Je ne me suis pas senti entendu, compris, ce qui a provoqué des blessures ou du moins un système qui plus tard, en tant qu’adolescent puis adulte, a généré une réalité que ma vie, “c’est pas le pied!”

  • A l’école, j’ai beaucoup souffert du système éducatif qui a été pour moi un véritable enfer !

Entre ma scolarité et l’éducation parentale, le drame de ma vie s’est créé et le seul moyen d’en sortir était d’atteindre le cliché d’une vie soit disant “réussie » : maison, femme, enfants, belle voiture… Ce qui pour moi était tout sauf une réussite car c’est ce qui a entraîné sa perte…

Jusqu’à l’âge de 30 ans, j’ai vécu différentes expériences professionnelles qui ont fini par échouer mais qui finalement se sont révélées être des réussites car c’est à ce moment-là que le clash est arrivé et que j’ai découvert le développement personnel. J’ai compris alors que j’étais complètement à côté de ma vie.
Avant cela, je n’avais jamais entendu parler de développement personnel ni même de méditation qui pour moi était réservés aux “perchés”, aux gens à problèmes. Je ne me sentais pas concerné car j’étais à peu près bien dans un monde qui ne va pas bien. Mais aller bien dans un monde qui ne va pas bien revient à dire que je n’étais finalement moi-même pas bien.

Je touche donc le fond en tombant dans la dépression avec des envies d’en finir. J’ai rencontré le développement personnel, petit à petit je me suis relevé et c’est là que je me suis dit “quel dommage de ne pas apprendre tout ça à l’école!”, face à des enseignants ayant une absence de conscience sur la façon dont fonctionne l’humain et comment le faire s’épanouir.

  • Très tôt, je me suis dit qu’il fallait absolument créer des écoles alternatives dans lesquelles on transmettrait cela.

J’ai été formé par Frédéric Lenoir pour intervenir dans les écoles sous forme d’ateliers philosophiques. Et si ce phénomène était généralisé à travers des méthodes comme Osmose, cela permettrait d’éviter beaucoup de souffrance (bien que la souffrance peut avoir son utilité), ou du moins d’évoluer autrement…

********

🎤 B.P. – Osmose : Qu’est-ce qui a été marquant pour toi chez les élèves depuis tes formations avec Frédéric Lenoir et tes interventions en établissements scolaires ? Quelles perceptions ont les élèves/étudiants sur le développement personnel ? Sont-ils réceptifs ? 

M.G. : Plus les jeunes baignent dans un monde créé et plus il est difficile de les en extraire. Comme les étudiants, chez qui on sent déjà une sorte de formatage.
Ils restent tout de même ouverts, mais une sorte de désillusion est déjà installée dans leur perception.

********

🎤 B.P. – Osmose : Il y a donc un côté sceptique au départ, mais toutefois une curiosité et une envie de savoir comment il est possible de créer une autre réalité plus épanouissante que ce qui leur a été enseigné jusqu’alors ?

✅ M.G. : Oui avec côté démuni et fataliste et la croyance d’être impuissant face à la situation, déjà convaincus de l’autorité parentale, des professeurs et des institutions en général.

Frédéric LENOIR

C’est différent chez les plus petits, pour qui tout est découverte. Ils sont attentifs à la parole des adultes, ils sont plus réceptifs et à même d’intégrer et à bouger les lignes rapidement.
D’où l’importance d’agir dès le plus jeune âge pour que, peu importe les discours qui leur seront servis, ils auront au moins entendu quelque chose de différent.

========

🎤 B.P. – Osmose  : A ce jour, quel est le public le plus jeune auprès duquel tu interviens : collégiens, lycéens?  Quels sont les messages que tu partages avec eux? 

✅ M.G. : A ce stade, j’interviens chez les lycéens sur comment gérer les situations de la vie par l’accueil et la gestion des émotions en leur expliquant qu’elles ne se contrôlent pas, et qu’elles s’écoutent. J’aborde aussi le sens de l’existence (beaucoup ne se sont pas posé la question), sur ce qu’ils  veulent vraiment et comment s’aligner davantage pour oser aller vers ce qu’ils aiment et non vers ce qui est censé être bien, en s’éloignant des exigences mal placées de vouloir diriger tout le monde dans la même définition de la réussite.

On parle aussi de profil de personnalité, ce qui les intéresse beaucoup pour comprendre leur comportement et celui de leurs camarades.

J’ose souvent m’aventurer dans le sens de la vie, dans une dimension plus spirituelle, sans employer clairement le 
terme de “spiritualité”, pourquoi sommes-nous sur terre, qu’est-ce qu’une vie réussie et comment s’y épanouir.

De façon plus secondaire, j’aborde également des thèmes plus classiques : confiance et estime de soi.
J’utilise ces sujets pour créer des amorces, pour susciter la curiosité et une fois la curiosité assouvie, cela aide à ouvrir le champ des possibles vers des sujets plus profonds.

********

🎤 B.P. – Osmose  : Pour les parents qui souhaiteraient intégrer le développement personnel au sein de leur éducation comme le propose Osmose, et créer un échange bilatéral parents-enfants, que leur conseillerais-tu ?

✅ M.G. : S’ouvrir eux-même et transmettre par exemplarité car l’enfant reproduit par mimétisme  sa référence suprême que représente ses parents. Pour rendre ses enfants conscients c’est déjà le faire soi-même. Pour un parent, reconnaître sa part de vulnérabilité est déjà un travail colossal, et assumer cette part de vulnérabilité face à ses enfants peut être difficile.

Devenir un humain aux yeux de ses enfants quand on est parent serait la première étape qui nécessite rien qu’à elle-même, une quête de développement personnel.
Une fois cette étape franchie, l’idée est de laisser l’enfant être qui il est et non ce que le parent veut qu’il soit, en l’encourageant à aller vers la voie où il se sent libre d’être lui-même, vers ce qui le rend heureux.

Savoir rendre un état neutre chez les parents pour que le choix de l’enfant ne soit plus connoté “bien” ou “mal”, juste garder l’intention que l’enfant s’épanouisse.

********

🎤 B.P. – Osmose  : En résumé, l’exemplarité du parent sur son comportement est fondamentale si on sait que l’enfant reproduit par mimétisme. Le challenge du parent est de montrer l’exemple sans toutefois créer de pression chez l’enfant autour du développement personnel en colportant les clichés limitants qui sont véhiculés. Il est important de re-préciser qu’il n’existe pas un seul type  de développement personnel, mais que chaque situation va créer sa forme de développement personnel qui lui correspond

M.G. : Oui d’où l’importance de la notion de vulnérabilité à laquelle on associe l’authenticité et le courage d’admettre que le parent fait et agit selon ses capacités de l’instant.
L’objectif étant d’accéder à cette fameuse neutralité qui fait que les choses ne sont pas jugées. Car si je ne juge pas, je m’aime je n’ai plus peur, je laisse l’autre en face être ce qu’il est sans que cela génère des peurs ni chez moi, ni chez lui.

L’unique but de ce que nous faisons et de se sentir juste dans ce que l’on fait sans chercher à être parfait. La recherche de la perfection est utilisée par l’ego avec la peur de ne pas faire assez bien, le monde n’étant lui-même pas parfait.

L’objectif est d’atteindre SA perfection qui se résume simplement à agir de façon alignée avec soi-même, sans connotation de bien ou de mal. Juste comme une évidence, sans calcul.

C’est ce qu’il faut transmettre aux enfants pour ne pas imposer de pression, leur permettre d’être et ainsi trouver leur voie et leur place.

********

De la formation en continue

🎤 B.P. – Osmose : Comment aides-tu les personnes que tu accompagnes à trouver ce qui est juste pour elles, sachant qu’il y a un décalage entre la théorie et la pratique. Une fois la prise de conscience passée, comment les aides-tu à s’engager pleinement ? 

M.G. : Le protocole est assez simple: tout d’abord on prend conscience que ce que l’on ne nous paraît pas juste, que l’on ne se sent pas à sa place ni aligné et qu’il est temps de faire autrement. On commence à aller vers ce qu’il nous plait.

A ce stade, le premier obstacle c’est la peur, celle de changer ses habitudes, de sortir de sa zone de confort pour obtenir un résultat différent. Ce pas vers l’inconnu engendre un tas d’interrogations inconfortables. Cette peur de l’inconnu génère des projections, des anticipations de scénarios catastrophe qui restent toutefois de l’ordre de l’hypothétique.

Pour dépasser cette peur, l’idée est d’oser pour se rendre compte de ce qu’il se passe vraiment en franchissant ce cap, par la technique de l’action.

Ou une autre approche qu’est la technique du “nettoyage émotionnel”. De quoi a-t-on peur si ce n’est de la peur elle-même? On nettoie ses émotions en remettant à zéro son monde émotionnel. Je rends neutre mes émotions de façon à ce que les évènements de ma vie ne soient que des faits, ni bien, ni mal, sans jugements.
Une fois que mon environnement est neutre et qu’il est propice à la création et qu’il n’y a plus de frein à l’action, je peux alors trouver mon moteur et ma motivation en me demandant : “qu’est-ce qui fait sens pour moi, qu’est-ce j’ai envie de faire ?

On fait ensuite appel à nos émotions en se demandant “comment j’aimerais me sentir si je faisais ce qu’il me plait” et j’installe là une vibration. Je peux alors considérer les opportunités, alignées à ma vibration, qui se présentent à moi. Ainsi, je peux décider en cohérence avec moi-même si je m’engage ou non.

********

🎤 B.P. – Osmose  : pour préciser ce que tu entends par « vibration » c’est ressentir pleinement dans son corps, généralement on “le sent” lorsqu’on va vers quelque chose qui nous anime. Un bon indicateur peut-être le fait de ne pas voir le temps passer lorsque l’on fait quelque chose qui a du sens pour nous


M.G. : Oui par exemple, ou toutes ces choses qui semblent évidentes pour soi.
Comme lorsque nous avons eu cette discussion à propos d’Osmose, j’ai senti qu’elle a créé quelque chose en moi.
Tout comme toi quand tu parles d’Osmose, tu vis Osmose. Cette impression que tu ne peut pas faire autrement que d’y aller. Je ne me pose aucune question et me dis simplement “ok, ce truc est fait pour moi”.

********

🎤 B.P. – Osmose  : une dernière question pour clôturer. Beaucoup de parents qui sont dans cette démarche de mettre du développement personnel dans leur famille, peuvent ressentir une sorte de culpabilité d’avoir fait, pas fait ou mal fait jusqu’ici, de se sentir découragé de ne pas arriver à suivre les nouvelles approches du développement personnel. Que leur conseilles-tu ?

✅ M.G. : Premièrement, utiliser le côté positif de la culpabilité. Elle indique déjà une volonté de bien faire, d’une belle intention. J’ai envie de les rassurer en leur faisant prendre conscience que leur démarche est noble, ce n’est pas le cas de tous les parents. Déjà, bravo à eux!
Deuxièmement, s’il y a culpabilité il y a jugement par le mental qui critique, reproche et donc sabote. Cela vient d’un défaut de présence. Le mental intervient lorsque nous ne sommes plus connectés à notre vie. Par manque de présence nous laissons la place à des considérations égotiques de peur, et d’anticipations.

Ma recommandation à ce moment serait de respirer, sentir son corps et son environnement et observer qu’en ramenant son attention à soi, il n’y a plus de pensées, donc plus de jugements ni de culpabilité. Ce serait à la fois une invitation à reconnaître toutes ces belles choses qu’ils font et aussi à être plus présent, à méditer ne serait-ce que cinq minutes de manière à revenir au présent, à stopper le mental.

Et une dernière chose, s’ils culpabilisent c’est peut-être qu’ils considèrent qu’il y a plus d’inconvénients que d’avantages à leur démarche. L’idée serait de faire la liste des bénéfices de leur engagements pour qu’ils se rendent compte qu’il y a des avantages et plein de positif à ce qu’ils considèrent “mal faire”
De cette façon, ils ne culpabiliseront plus car ils réaliseront que ce qu’ils font est très très bien!

********

🎤 B.P. – Osmose : Merci beaucoup pour cette belle conclusion sur les avantages et inconvénients qui nous parlent tant, et j’invite tout le monde à te retrouver sur ton site “Heureux dans sa vie”. Encore merci pour ton temps

M.G. : Avec grand plaisir ! Merci à toi et ton initiative 😊

========

🍀 Merci à Osmose pour cette merveilleuse interview !

========

🍀 En lien avec le thème du jour :

========

🍀 N’hésitez pas à partager et laisser vos commentaires juste en dessous 💞

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *