Comment devenir indépendant affectivement au sein de son couple ?


*

Aujourd’hui je vous propose un article de Sylvie Gréau du site un coeur de femme. Le sujet de son post porte sur le couple, et sur comment vivre librement au sein de celui-ci. Comment toucher l’autonomie, comment aimer et être soi-même à la foi 😉

Bonne lecture, et laissez un commentaire pour encourager Sylvie 😉
Merci !
Maxime

Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, un article sur la dépendance affective ou plutôt l’indépendance, la liberté dans son propre couple. Parce que c’est la clé pour parvenir à un épanouissement total. La LIBERTE. Bien sûr, vous n’êtes pas obligés de me croire. C’est un point de vue que je vous propose.

L’indépendance affective.

Disons qu’à l’intérieur d’un couple se trouve deux individus (pour l’instant on fait simple, on n’ajoute pas les enfants). Donc, en toute logique mathématique, nous dirions que 1+1=2, Le deux c’est la dualité, la confrontation, le blanc et le noir, le Yin et le Yang, etc, vous avez compris. Sauf qu’en fait, 1+1=3. Le chiffre 3, La Connaissance-La Volonté-Le Coeur, l’équilibre !

Un individu, un autre individu et le couple.

Nous avons donc trois entités à part entière. L’idée, c’est de développer sa propre liberté, son propre épanouissement personnel pour pouvoir accueillir l’autre, sans jugements, sans rancoeurs, sans attentes !

Mais, comment fait-on cela ? C’est tellement simple que s’en est déconcertant ! (Pour plus de détail, vous pouvez lire l’article : Principe féminin, principe masculin, l’équilibre!)

La rencontre de l’autre est une bénédiction, tout à été mis en place {par l’univers, le hasard…(qui n’existe pas, cela dit en passant), bref, par ce que/qui vous vous voulez ou êtes prêt à attendre} pour que nous rencontrions la personne qui sera parfaite pour nous, pour notre expérience sur cette Terre. C’est pour cela que nous sommes irrémédiablement attirés par celui ou celle-là et pas par un/une autre.

Alors, au début, c’est fantastique, magique dirons-nous. Nous présentons la plus belle image de nous, n’est-ce-pas ? Et voilà ! Patatra, la partie est déjà truquée ! Parce que le naturel revient vite fait au galop et les imperfections, que nous jugeons comme telles, « doivent » être changées et au plus vite. L’autre Doit changer…Ce n’est pas nous ! (Grosse erreur)

Pour peaufiner votre lecture sur le couple, vous pouvez cliquer sur ce lien : « Comment réussir sa vie de couple ? 1ère partie » 😉

Nous ne voyons pas que l’autre représente la partie que nous ne voulons pas voir de nous-m’aime…

Si nous appliquions l’adage : « Change et l’autre changera », la vie serait plus simple et plus harmonieuse. Je ne dis pas qu’il faille changer sa personnalité, je dis juste que si l’on change son regard, son point de vue sur une situation donnée alors on ouvre le champ des possibles sur quelque chose de plus grand. Cela demande de la présence, se rendre compte de la situation, de ce qui se passe. Et évaluer toutes les possibilités. Notre cerveau est capable de développer au moins 12 pensées différentes pour la même situation !

Par exemple, pour être plus concrète : Un homme rentre chez lui le soir après une journée de travail, il a envie de voir sa famille, il est plutôt content de rentrer chez lui même s’il se sent fatigué et un peu tendu. Il a besoin de son havre de paix…

Quand il arrive enfin chez lui après quelques embouteillages il s’apprête à lancer un tonitruant : « bonsoir les amours, papa est là !! « en ouvrant la porte, Mais, les mots ne sortent pas de sa bouche, chez lui c’est… Bérouth, des jouets partout dans le salon, sur la terrasse, dans le jardin, des enfants qui crient, qui chahutent, le panier à linge qui déborde, le lave-vaisselle qui attend sagement d’être lancé, le désordre règne. Il cherche son épouse.

Que se passe-t-il ? La dame est derrière son ordinateur, elle a fini tard hier soir et pourtant n’a pas terminé son dossier pour un de ses clients. Les cernes sont là et la défigurent. C’était un mercredi comme les autres…

Alors, que dit notre cerveau ? La première réponse que nous donnons est notre réponse automatique issue de nos croyances, de notre éducation, de nos interdictions (il faut / je dois), de nos conditionnements, de nos mécanismes de défenses. Alors, ce peut être, dans la lutte, dans la fuite ou dans l’inhibition. En général, nous allons droit dans le mur avec ses formes pensées automatiques.

Dans notre exemple, cela peut aller jusqu’à la dispute. Imaginons-nous, un cours instant dans la vie de ce couple, avec la fatigue, la pression, le bruit. Vous y êtes ? Bien, alors notez à côté la réaction que vous pourriez avoir, et maintenant lisez la suite.

Si nous allons au-delà de nos croyances limitantes et c’est déjà beaucoup, si nous allons interroger notre cerveau en nous posant les questions (qui nous permettront d’accéder aux autres pensées et de laisser la pensée automatique) :

  • Est-ce-que je peux réagir d’une autre façon ?
  • Est-ce-que je peux imaginer une autre façon de penser ?
  • Est-ce-que je pourrais rire de cette situation ?
  • Est-ce-que je pourrais ne pas m’en soucier ?
  • Est-ce-que je pourrais m’en détacher ?
  • Etc…

Il existe encore 8 autres façons différentes de penser pour notre merveilleux cerveau !!! Et si vous faites l’exercice, vous remarquerez que l’émotion chute et que du coup, il n’y a plus de réaction violente.

  • Cet entrainement nous permet de dépasser nos croyance limitantes, nos mécanismes de défense.
  • Cet exercice nous permet de prendre la mesure de la hauteur de notre blessure, la pensée automatique est liée à notre ou nos blessures.

Alors, observons bien cette pensée automatique, elle en dit beaucoup plus qu’on ne le pense !!!

L’idée est simple, si nous arrivons à nous connaître, et nous pouvons y arriver, la « faute » ne sera pas rejeter sur l’autre.

Dans n’importe quelle situation, l’autre nous permet de voir ce qu’il se passe en nous, c’est une aide très précieuse.

L’autre nous permet de voir nos croyances qui nous limitent, il nous permet d’aller au-delà du moule, il nous permet de nous connaître dans notre entièreté. Parfois, c’est douloureux, parce que nous avons tous des blessures. À nous de les regarder et de surtout en prendre conscience et c’est grâce à l’autre que tout ceci peut arriver. C’est-à-dire que l’autre est un accélérateur d’éveil à Nous-m’aime. Et nous sommes la même chose pour l’autre ! N’est-ce-pas là une chance inouïe ?!

L’indépendance affective se joue là. Alors, je ne dis pas que c’est simple, que du jour au lendemain, dans un claquement de doigts on y arrive … Quoique ?!

Je dis juste que c’est possible, et que nous ne sommes pas obligés d’évoluer dans la souffrance et dans la douleur, dans le lourd ! Il suffit juste (ben oui, juste) de mettre un peu de conscience sur qui nous sommes et pourquoi l’autre amène une réaction plus ou moins violente. Ecoutons nous, pardonnons-nous d’être comme nous sommes et surtout aimons-nous profondément.

Si déjà, nous sommes capables de nous aimer alors, nous serons capables d’aimer l’autre. Aimer, c’est être libre. Libre de nos carcans, de nos croyances, de notre éducation (il « faut » faire comme ci ou comme ça) des diktats de notre société.

  • La liberté dans son couple, c’est de regarder l’autre évoluer et d’être heureux pour lui.
  • L’indépendance affective, c’est de ne plus attendre que l’autre remplisse un vide en nous. De ne plus aller chercher chez l’autre ce qu’il nous manque. En fait, que nous croyons qu’il nous manque ! C’est aussi de regarder, de ressentir, d’accueillir nos vieilles blessures.

Il existe plusieurs sortes de couple.

  • Il y a des couples de confrontation ou d’opposition qui permettent de prendre conscience de nos blessures plus ou moins profondes et plus ou moins béantes, sans la découverte de nos blessures, nous ne pouvons pas être libres.
  • Les couples guérisseurs qui permettent de panser nos blessures sans pour autant remplir la fonction du couple : grandir.
  • Et puis, il y a les couples universels qui permettent la libération des dépendances affectives, qui permettent l’expression individuelle.
  • Enfin, le couple cosmique qui permet une rencontre d’âme à âme!

Si vous le souhaitez, venez faire un tour sur mon blog ! http://un-coeur-de-femme.com

Merci à tous pour votre intérêt et pour votre temps,
Merci Maxime pour tout,
Lumineusement, Sylvie.

Partagez cet article si vous pensez qu’il peut rendre service !


12 Comments to Comment devenir indépendant affectivement au sein de son couple ?

  1. Rémy dit :

    Déjà finit? :'( Excellent article ça résonne en moi 🙂

    • Sylvie dit :

      Bonjour Rémy et merci pour votre commentaire! Je suis très touchée par vos mots. Et je suis ravie que mon article résonne en vous! A bientôt.

      Sylvie.

  2. Steph dit :

    La famille Greau une famille en or qui tombe toujours à pic ! Merci pour ce bel article découvert grâce à votre frangin et qui répond à mes interrogations du moment. Stephane

    • Sylvie dit :

      Bonjour Stéphane!
      Merci pour ce beau compliment. Et je suis heureuse que cet article vienne à point nommé pour vous.
      Lumineusement vous.
      Sylvie.

  3. Ben Hassen dit :

    Merci beaucoup Sylvie. ..votre article est très inspirant. ..

  4. Isabelle dit :

    sujet très intéressant mais trop court. Sujet qui peut être comprit si on a déjà du recul et des connaissances sur les différents points évoqués. Cela rappel à ceux qui oublié de prendre du recul et de montrer qu’effectivement tout ne tourne pas forcément autour de soi. J’ai bien aimé également le sujet des 12 possibilités offertes par notre cerveau je n’en avait pas connaissance merci et belle continuation

    • Sylvie dit :

      Bonjour Isabelle!
      Et oui, c’est vrai qu’il y a tant à dire. C’est un sujet passionnant et inépuisable. Je suis heureuse de constater que cet article vous a interpellé.
      Merci pour ce commentaire.
      Lumineusement vous!
      Sylvie.

  5. detraz dit :

    Super article qui aide à comprendre

  6. Elisabeth dit :

    Cet article arrive à point nommé ! merci 🙂
    Juste ce qu’il me faut après le week-end passé…
    Je me prendrais le temps pour revenir sur ce blog car j’y ai aperçu des thèmes très intéressants.

    • Sylvie dit :

      Bonjour Elisabeth!
      Je suis contente que cet article arrive à point nommé dans votre vie. C’était le moment pour vous 😉
      Au plaisir de vous retrouver.
      Lumineusement vous.
      Sylvie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion