Témoignages – Opération 10 000 !


10 000 témoignages ! 

Soyez les bienvenus !

Cette page à pour vocation de réunir des témoignages de personnes heureuses, ou de plus en plus heureuses, ou encore en quête ou en chemin vers le bonheur.

En plus de nous apporter « LA VISION » de celles et ceux pour qui le bonheur et l’épanouissement est possible, ces témoignages nous apporteront également des pistes et des conseils précieux !

Merci de partager très largement cette page pour rendre le bonheur possible et accessible à tous !


43 Comments to Témoignages – Opération 10 000 !

  1. Chrystèle dit :

    Bonsoir. J’ai connu ton blog via celui d’Olivier (qui est aussi mon coach 🙂
    Tu serais intéressée par le témoignage d’une femme atteinte d’une maladie auto immune dégénérative, en chemin vers plus de bonheur ?
    Ou autrement dit, l’histoire d’une personne qui tente de connaître le bonheur malgré certains aléas de la vie …
    On est parfois surpris quand on pose la question « es-tu heureux » à une personne très lourdement handicapée (ce qui n’est pas mon cas).
    Je repense à l’une de mes vidéos proposées au concours de vidéos « SEPasduciné » 2011 (jury présidé par claire Chazal). L’une des participantes expliquait très bien ce qui lui apportait le plus de bonheur … des joies toutes simples de la vie, comme de regarder la nature s’éveillait chaque matin.
    http://www.dailymotion.com/video/xhfatu_sepas-droles-de-dames_fun

    • Maxime Gréau dit :

      Bonjour Chrystèle !

      « The number 1 Félicitation » 😉

      Merci beaucoup pour ton témoignage précieux ! Il est la preuve que le bonheur est un état interne et qu’il est indépendant de ce que l’on vit. Merci pour cela !

      De plus, bravo pour ton courage et ce choix que tu fais « d’être bien » et sur un chemin qui te rend heureuse.

      Merci Chrystèle

  2. Sylvie dit :

    Bonjour, je m’appelle Sylvie et je vais vous raconter mon histoire…
    À 22 ans, je rencontre un homme. Il est atteint d’un cancer. Nous avons vécu 8 ans ensemble dont 6 mois de bonheur.
    Les premiers temps, nous sommes insouciants et heureux. Il me montre une facette d’homme gai et affectueux malgré sa maladie. Mais, très vite, sa véritable nature prend le dessus. Je ne me méfie pas, je pense que l’on s’aime avec un grand A… Notre couple se composait de 4 entités: lui, sa mère, sa maladie et…moi. La maladie prenait la plus grosse part du gâteau. Grâce à elle, il se permettait d’être odieux, toujours de mauvaise humeur et de n’avoir aucuns projets!
    Pas de maison, pas de mariage, pas de déménagement (pour changer de vie, loin de sa mère!), pas même un petit voyage et surtout… pas d’enfants!

    Quand, j’ai commencé à en parler, il m’a traité de folle et d’égoïste, que nous ne pouvions pas (à cause des traitements, il était « probablement » stérile). J’ai réattaqué avec l’adoption. J’ai cru qu’il allait s’étrangler. Il a dit: « -jamais! » en hurlant. C’était ferme et définitif.
    Nous n’aurions jamais d’enfants. Quelque chose s’est brisé en moi.
    J’étais malheureuse et, tous les soirs, je priais. Je priais l’univers, Dieu, les anges (comme vous voulez) qu’importe. Je priais pour que, moi, Sylvie, j’accède au bonheur. Pour que je sois heureuse.

    Un jour, il me propose de l’épouser. J’ai vu, dans cette demande, un espoir de changement, mais, je me leurrais fortement….

    Après ce mariage, la situation entre nous a empiré. Il était devenu détestable avec moi et un ange aux yeux des autres. Je payais (je ne sais toujours pas quoi) et la facture était salée.
    Progressivement, je m’éteignais. Ma joie de vivre s’étiolait. Je priais toujours et me disais: « pourquoi pas moi??? »
    C’était LA question.

    Le jour où tout a basculé, c’est quand il m’a dit qu’il voulait un enfant. Sur le coup, j’étais ravie mais j’ai senti le danger (enfin!). Il était toujours aussi pesant, manipulateur et méchant. Je voulais découvrir la maternité, oui, mais pas avec lui. Je voulais un monde paisible et beau pour mon enfant. Et, je ne voulais plus être malheureuse… C’était le déclic.

    J’ai divorcé, déménagé, j’ai tout quitté pour repartir. Cela n’a pas été simple et même douloureux mais je l’ai fait pour Moi!

    Aujourd’hui, j’ai deux enfants, un adorable mari. Notre famille est un foyer d’amour et je suis heureuse.
    Chaque être a droit au bonheur…

    Merci de m’avoir permis de témoigner.
    Sylvie.

    • Nino dit :

      Bonsoir Maxime, bonsoir à TOUS et merci pour ces témoignages qui j’espère m’aideront à ressentir un peu plus de bonheur un peu plus souvent…, car j’en ai besoin et je n’y arrive pas souvent…
      Ce dont j’arrive pour l’instant à provoquer en moi, c’est juste une sensation de bien-être en regardant une BELLE PHOTO (couché de soleil, calins entre animaux…) ou en pensant à mon chat lorsqu’il me fait des gros câlins ou lorsqu’il s’amuse avec la souris qu’il a chassé et qu’il me le ramène dans la maison… encore vivant…
      Encore merci à vous tous et à Maxime!!!

      • Maxime dit :

        Merci à toi Nino de chercher à mettre des solutions en place dans ta vie !!
        Tu trouveras sur ce blog des pistes à suivre pour devenir heureux… Tiens moi au courant de l’évolution 😉
        A bientôt !
        Maxime

  3. Sophie dit :

    avec ce blog Maxime soulève une question essentielle : qu’est-ce-que le bonheur pour moi ? »

    Nous avons tous un idéal, un chemin à arpenter, fait de joies, de peines, semé d’embûches plus ou moins difficiles à passer selon nos blessures, nos peurs, notre éducation, nos croyances… C’est ce qui fait que nous sommes uniques d’ailleurs ! Le bonheur est donc propre à chacun, car chacun d’entre nous est venu sur cette terre pour y trouver sa vérité!

    Et pour ce faire il est nécessaire d’aller à la rencontre de soi-même. Faire en sorte que cette âme qui est venue s’incarner dans ce corps cohabitent, s’entendent, s’entraident et se soutiennent pour parcourir ce chemin d’une vie, dans l’amour de soi et des autres !

    Maxime, tu as ouvert les yeux de mon âme sur ce chemin et pour cela je t’en remercie !

    Avant, je m’agitais dans une pièce de théâtre qui n’était plus la mienne, du coup je « faisais avec », je rentrais dans le moule, je m’adaptais, je ne faisais pas de vagues, je restais dans les cordes…je vivais mon « personnage » à la perfection…

    Et puis l’univers a fait se croiser nos chemins…

    Et tu m’as posé cette question : « es-tu heureuse ? »

    Et moi de te répondre : « oui, oui ça va ! franchement je n’ai pas à me plaindre, je ne suis pas malheureuse… »

    et toi de rétorquer, tout sourire : « d’accord, tu n’es pas malheureuse, mais es-tu heureuse…? »

    Le monde de la spiritualité et du développement personnel s’ouvrait à moi…

    et une fois que j’ai eu mis le pied dedans, toutes mes croyances, mes certitudes, mon éducation ont été bousculées, j’ai perdu mes repères, je ne savais plus qui j’étais vraiment…bref j’étais en chute libre…!

    et mon parachute fût la pleine conscience et l’acceptation de ce qui est !
    J’apprends aujourd’hui à ressentir mes émotions, et à être dans ma vibration…
    J’apprends à ne plus « faire » mais à « être » !

    Et mon dieu qu’est-ce-que ça change ma vision du monde !

    Donc je peux affirmer aujourd’hui que je suis plus heureuse qu’hier et moins que demain, car maintenant que je suis sur les rails de MA vie, le bonheur est devant moi, et je ne compte pas le lâcher des yeux !

    Merci de m’y aider Maxime et merci de m’avoir permis de m’exprimer pleinement !

  4. Lula dit :

    Moi, j’ai 33 ans. Je vis en couple et j’ai un enfant.
    J’ai décidé de témoigner parce que je me sens heureuse et parce que je le suis de plus en plus.
    Je suis la cadette d’une famille de trois filles. J’ai toujours pensé que mes parents avaient accordé plus d’attentions à mes deux soeurs. Je mes suis longtemps sentie mal aimée et pas comprise.
    Je vis aujourd’hui avec un homme qui a reçu beaucoup d’amour et qui a confiance en lui. Avec ses encouragements et sa façon de croire en moi, je sors petit à petit de ma cage. Je m’autorise à être ce que je suis.
    Mon bonheur passe aujourd’hui par mon petit garçon de deux ans qui m’inonde de lumière, de rires et de câlins, mais aussi par mon conjoint, qui loin d’être une passion amoureuse, est mon grand compagnon de route qui m’épaule et me révèle à moi-même.

  5. Samantha dit :

    Tout d’abord, je suis en ce moment très heureuse de témoigner ! Ca fait plusieurs temps que je ne le fais pas, car pour ma part, exprimer que je suis heureuse dans ma vie est encore et toujours un véritable chemin intérieur.

    Le bonheur est devenu à mes yeux « quelque chose » de vivant, qui est sans cesse en mouvement et dont je prends soin !
    Lorsque j’ai expérimenté cet angle de vue dans ma vie, qui a été tout un cheminement, je me suis sentie plus heureuse.

    Les moments chaotiques de ma vie me permettent de créer du mouvement, de découvrir, d’évoluer, de prendre conscience… Ils me permettent de me sentir plus vivante, donc plus heureuse.
    Les moments harmonieux de ma vie me permettent également d’avancer sur mon chemin, de surfer avec cette force du mouvement et de me sentir vivante. Donc plus heureuse.

    Je prends soin de mon bonheur chaque jour, qu’il soit au top de sa forme ou en déprime. L’accueillir et en prendre soin me rendent heureuse.

    A nos bonheurs !

  6. Olivier dit :

    Hey ? N’y a-t-il donc pas d’hommes heureux sur cette planète ? Que des timides ou des non-conscients ?
    En ce qui me concerne, j’ai compris l’enseignement de Maxime : le bonheur est un état interne.
    Pour l’atteindre, ne serait-ce que le toucher, il faut une alchimie phénoménale lorsqu’on est fissuré de blessures : construire sa paix intérieure, rencontrer les personnes qui nous montreront quel est notre chemin lorsque l’on n’arrive pas à le trouver seul, découvrir qui l’on est pour être enfin …
    C’est un parcours passionnant dans lequel on ne recule jamais.

    Quand on a touché tout cela une fois, on possède un trésor, une force peu commune sous la forme d’un souvenir formidable sur lequel s’appuyer pour s’élancer maintenant plus loin avec confiance.
    C’est aussi cela le bonheur : cette certitude que la vie est lumière à chaque instant.

    Ce n’est pas de moi (mais j’aurais bien aimé) mais « les dieux attendent de se délecter de nous » !
    Alors n’hésitons pas !

    • Maxime Gréau dit :

      Merci Olivier pour ce témoignage !

      Il est beau et profond à la fois. Oui le bonheur est intérieur et oui, une fois trouvé, on ne peut plus s’en passer 😉

      L’idée n’est bien-sûr pas de le maintenir en permanence mais bien d’avoir cette capacité de s’y reconnecter quand on le désir.

      C’est là le parcours, passionnant comme tu dis.

      Bravo et à bientôt pour discuter de bonheur !
      Maxime

  7. karine dit :

    Waouh, 10 000 témoignages ! Beau défi…

    Mon bonheur : il a été là pendant une 1ere partie de ma vie ( mon enfance, mon adolescence) avec comme grande passion le sport…et mon club de sport : c’était comme une seconde famille ! Les compèts , les amis…c’était la belle vie ! In the Flow, j’étais !

    Puis rupture :la vie professionnelle arrive ; changement de décor , changement de lieu de résidence..les amis s’éloignent…mais il reste le sport…

    C’est grâce à lui que je rencontre mon mari…Encore in the flow ! Sport, amour !

    Puis seconde rupture…déménagement dans le sud de la France car j’habitais dans les yvelines.J’avais décidé de venir habiter là où résidait mon mari.
    Mes amis s’éloignent encore plus, ma famille ( la vraie et la seconde ! )aussi : un déracinement qui a été dur à surmonter !

    Mais ce moment de grande solitude m’a permis de me mettre face à mes faiblesses, mon talon d’Achille.
    Avec ma hargne de sportive compétitrice…je n’ai pas baissé les bras …
    C’est là où je me suis mise à fond dans le développement personnel, pour mieux me comprendre, pour mieux me gérer, pour y voir plus clair….
    et enfin voir le soleil briller derrière ce gros nuage gris !

    Voilà…je suis revenue sur le chemin du bonheur…le sport et le développement personnel ont été de magnifiques compagnons de route…encore..
    Il me reste encore un objectif à atteindre pour être  »aux anges  » comme on dit ! Celui là; il est secret…
    Merci Maxime pour ce temps de réflexion
    Karine

    • Maxime Gréau dit :

      Merci Karine pour ce témoignage.

      Ce que je retiens, c’est que la vie nous amène toujours des situations qui nous permettent d’avancer !

      Finalement, sans ces évènements plus ou moins agréables, nous ne serions pas ce que nous sommes aujourd’hui.

      Alors oui, la vie est belle car elle nous permet de trouver notre chemin du bonheur comme tu le dis 😉

      Merci et bonne continuation épanouissante
      Maxime

  8. Brigitte dit :

    Le bonheur … Quelle quête ambitieuse ! Pour ma part, plutôt un chemin pavé de petits moments d éternité comme j aime les appeler qu’un état permanent et béat … Mais oui, ma vie est remplie de ces petits moments d’éternité qui me portent dans mon quotidien de femme, de maman, de professionnelle au métier assassin qui use et conduit parfois à s’oublier. Alors un jour, j’ai décidé de me souvenir de moi, un peu tapie au fond d’un chemin de vie qui ne me ressemblait plus. J’ai quitté l’homme qui partageait ma vie depuis des années, j’ai sondé mes envies, j’y ai cédé avec délice et comme Téléphone, je me dis maintenant « ça, c’est vraiment toi ! ». Je crois que maintenant je suis heureuse parce que j’ai renoncé au renoncement. La petite fille espiègle et intrépide que j’etais est revenue dans ma vie et elle me fait à nouveau sourire. Alors bien sûr, le chemin de vie que j’ai choisi est semé de difficultés et d’embûches … un enfant à gérer seule, des tracas quotidiens qui prennent une nouvelle dimension, des plafonds trop hauts et des mystères mécaniques insondables 🙂 …mais ça valait le coup …parce qu’on ne compose pas indéfiniment avec ce que l’on est pas … !!!
    Alors oui, je suis heureuse … remplie d’un bonheur difficile, intermittent et ponctué de doutes …mais qu’est-ce donc d’autre l’aptitude au bonheur que la capacité à s’émerveiller des cadeaux de la vie ? Elle m’en fait, pas tous les jours, mais assez souvent pour que j’en prenne toute la dimension.
    Soyez heureux, c’est bon pour la santé … !!!

    • Maxime dit :

      Bonjour Brigitte,

      Merci pour ce témoignage remplit de sagesse. J’aime beaucoup les ‘’petits moments d’éternité’’.

      Donc si je comprends bien, vous êtes heureuse parce que vous avez à un moment de votre vie ‘’décidé’’ de cesser, ce qui vous rendait malheureuse… Vraiment, bravo !

      Et ce bonheur est à ce jour, toujours présent dans votre vie, non pas parce qu’il est permanant mais bien parce que vous savez le reconnaître quand il se présente… C’est parfait !

      Et savez-vous l’installer volontairement, de manière à ce qu’il ne soit pas dépendant de l’environnement ?

      Merci pour ce beau témoignage, c’est une belle réussite et une bel exemple de bonheur.

      Merci
      Maxime

  9. Marie-José dit :

    Bonjour,

    D’après mon vécu,le bonheur c’est une joie qui vient de l’intérieur, qui permet un contentement profond ; et qui nous rend content d’expérimenter la richesse de la vie.
    Ce vécu peut se faire,quelles que soient les conditions externes ou physiques de la personne. Même si ce n’est pas facile, on peut le faire du moment qu’on en a conscience et qu’on l’a décidé sans baisser les bras : c’est une quête constante et non un état fixe.
    Par exemple depuis mon plus jeune âge, j’ai souffert d’asthme sévère qui m’a fait parfois frôler la mort par étouffement. Physiquement ça a été à chaque fois une véritable épreuve. Et pourtant je m’en suis sortie grandie et heureuse. Découvrant ainsi de plus en plus le contentement et la joie de vivre pour des choses simples tel que le fait de respirer.
    D’autre part, à l’âge de 33 ans, j’ai développé une maladie de Basdow (hyperthyroïdie) fulgurante. Tout s’est écroulé autour de moi et en moi. Mais le fait de continuer à voir la bouteille à moitié pleine et de me battre m’a permis malgré le manque de temps, l’épuisement, les moments de découragement et de faiblesses, d’approfondir la méditation profonde, les techniques d’énergétique taoiste (yoga taoiste interne). Grâce à ma persévérance et mon état d’esprit constructif, je suis venue à bout cette maladie incurable normalement d’après mes médecins.
    Attention j’ai bien entendu en plus de cela pris mon traitement allopathique que j’ai pu diminuer progressivement…
    Au final, pour moi le bonheur ça se cherche au fond de soi en compagnie des rêves, projets qui nous font vibrer. Ce n’est pas à l’entourage de faire la pluie et le beau temps. Même si bien sûr être bien entouré peut y aider. On peut y avoir tous accès c’est question d’état d’esprit et de vigilance. Car rien n’est jamais acquis.
    Oui envers et contre tout, poursuivre toujours nos rêves. Ceux que l’on s’est fixés. Savoir rester soi-même et ne pas se trahir malgré les difficultés.
    Tout le monde peut accéder au bonheur : c’est surtout un cheminement constant qui se situe à l’intérieur de soi.

    Marie-José de Solution Rêves

  10. Rachel dit :

    Bonjour Maxime,
    Je veux seulement te dire que ton site a changé ma vie.
    Depuis plusieurs années, j’étais dans une relation amoureuse dont je me sentais prisonnière.
    De plus, je cherchais quelque chose dans ma vie mais ne savais pas quoi. Grâce à ton site, j’ai découvert que je n’étais pas réellement présente et heureuse dans ma vie et que j’agissais dans le but de ne pas déplaire aux autres. Je subissais une vie médiocre.
    Ton site m’a aidé à m’ouvrir spirituellement et à enfin oser changer ma vie. Je ne suis plus avec mon conjoint et je reste la plus présente et positive possible dans ma vie actuelle.
    J’aime beaucoup tes méditations qui m’aident à me recentrer sur le moment présent ainsi que tes articles. J’aime ta manière de livrer ton message.
    Merci Maxime d’avoir été un guide spirituel pour moi continue ton bon travail.
    Au plaisir.

  11. Emmanuelle dit :

    Je t’encourage dans ce chouette défi Maxime !

    Mon témoignage est le partage de ce texte qui est arrivé, il y a quelques années, dans ma boîte mail. Il est ce que je vis …

    On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s’être marié, après avoir eu un enfant, et ensuite, après en avoir eu un autre…

    Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l’on sera mieux quand ils le seront.

    On est alors convaincu que l’on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape.

    On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite…

    La vérité est qu’il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent.

    Si ce n’est pas maintenant, quand serait-ce ?

    La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer.

    Il est préférable de l’admettre et de décider d’être heureux maintenant qu’il est encore temps.

    Pendant longtemps, j’ai pensé que ma vie allait enfin commencer, “ La Vraie Vie !” Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu’il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer.

    Et alors la vie allait commencer ! ! ! !

    Jusqu’à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement ma vie.

    Cette perspective m’a aidé à comprendre qu’il n’y a pas un chemin qui mène au bonheur.

    le chemin du bonheur

    Le bonheur est le chemin.

    Ainsi passe chaque moment que nous avons et plus encore : quand on partage ce moment avec quelqu’un de spécial, suffisamment spécial pour partager notre temps et, que l’on se rappelle que le temps n’attend pas.

    Alors, il faut arrêter d’attendre de terminer ses études, d’augmenter son salaire, de se marier, d’avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l’été, l’automne ou l’hiver, pour décider qu’il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux.

    LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION !

    Il n’en faut pas beaucoup pour être heureux.

    Il suffit juste d’apprécier chaque petit moment et de le sacrer comme l’un des meilleurs moments de sa vie.

  12. Isabelle Fournier dit :

    Bonjour à tous! À l’aube de la quarantaine, c’est dans l’amour de tout ce qui est que le bonheur c’est révélé en pleine conscience. Je m’aime et m’accepte comme je suis avec mes forces et mes faiblesses sans craindre d’être rejetée ou d’être jugée et je rends la pareil aux autres. Je reconnais maintenant ma valeur – c’est l’amour – et cela se manifeste par un bonheur stable et constant en moi.

  13. Franswa dit :

    Bonjour à tous.

    le bon heurt est la clé du bonheur
    la blessure est la fissure de l’égo
    la fissure de l’égo est une bénédiction (blessing)
    celle qui nous parle au fond de nous-même
    comme si l’égo empêchait notre Lumière intérieure de se répandre
    Notre Lumière qui est notre Etre
    Remercions les épreuves, le bonheur est le chemin
    Remercions l’épée divine, qui brise notre coquille égocentrique
    Remercions la vie, de nous permettre d’Etre.
    Derrière chaque frustration se trouve une vérité sur nous-même,
    à nous de l’accepter, de la transcender.
    Il y a quelquechose à comprendre, nous ne sommes pas seuls.
    La Vie nous aime.
    Et Elle aime nous voir Etre, tel qu’Elle nous a créé.

    Bon Chemin à tous, et Courage… l’égo n’est pas si facile à apprivoiser.

  14. Nathalie dit :

    bonsoir
    À 40 ans j’ai fait ce qu on appelle la crise de la quarantaine et la question qui s’imposait à moi etait de savoir qui j.étais et de quoi j’avais envie: apres quelques années, je n’ai pas encore toute la réponse mais j’avance sur mon petit chemin vers un état plus serein, est ce cela qu on appelle le bonheur??
    Ce qui est curieux c’est que j’ai découvert ce blog pile à un moment ou je sens que je fais un grand pas vers le lâcher prise, l’instant présent, et que au moment où je me posais la question de la méditation, et bien ce sujet est également traité avec des liens qui me permettent de m’instruire dans un domaine que je connais peu , pour le moment
    Autre bizarrerie de la vie, cela fait des années que j’avais envie de prendre des cours de chant, ça y est j’ai sauté le pas, et la prof de chant que j’ai trouvé partage tant de choses avec moi sur la vie….
    Tout ceci ne peut pas être du au hasard.
    En tout cas j’apprécie ce blog rempli d’optimisme et de chaleur humaine
    Merci à toi pour tout ce partage, et cette joie de vivre….
    Nathalie

    • Maxime dit :

      Merci à toi Nathalie pour ce jolie message !

      En effet, le bonheur se trouve sur le chemin, ce que tu décris y ressemble donc bien.., bravo….

      Le hasard ? Non pas vraiment, disons plutôt que c’est le bon moment, tu es prête, et donc tu retrouves la vue 😉

      Bonne continuation !
      Maxime

  15. Laëtitia dit :

    Bonjour,
    J’adore ce défi! C’est très enthousiasmant ces gens qui sont heureux… 🙂
    Pour ma part le bonheur ce sont tous ces petits moments anodins qu’on s’accorde à savourer… un bain chaud et la pluie glacée qui cogne à la fenêtre, un apéro qui traine dans la douceur et la quiétude d’une soirée d’été, ma chienne qui m’accueille pleine d’affection et de joie…
    Et depuis peu la conscience ravie, encore un peu étonnée d’avoir rencontré mon compagnon.
    Nous nous sommes rencontrés par hasard, lors d’un salon. Lui artisan et moi cliente potentielle, un devis plus tard nous étions presque amis, et dans ma maison en reno son savoir faire appréciable.
    Si pour lui j’étais une évidence il n’en a pas été de même de mon côté. Échaudée après une rupture qui m’avait laissée amère et triste j’en avais conclu que seule j’étais bien mieux et m’étais employer à être ma meilleure amie et à me recentrer sur ce qui pouvait faire mon bonheur : mes amis, l’adoption de Iota, ma fidèle compagne à 4 pattes, et aboutissement d’un rêve l’achat de mon paradis; cette fameuse maison à rénover.
    Alors vous pensez bien qu’un homme était vraiment la dernière chose à la quelle je pensais. Pour la première fois de ma vie je pouvais affirmer sans mentir que j’étais heureuse- seule, dans cette vie que je ne devais qu’à moi, liberee de cette contrainte pesante de » me mettre en couple »…
    Et bim… nos chemins se sont croisés.
    Je ne voulais pas de lui, il a su être patient et mois après mois l’évidence s’est imposée : j’étais bien en sa présence, sa compagnie m’étais agréable mais pas indispensable. Et doucement je me suis mise à le egarder différemment et à présent que nous partageons notre quotidien, vivons sous le même toit, discutons projets de vie c’est la confirmation de ce que je pensais impossible : la vie à deux peut être douce, porteuse, confortable et synonyme de quiétude et de bonheur sain et serein. Je sais‚ je sens profondément et sereinement qu’avec cet homme là je suis moi, libre et aimée pour qui je suis et que je lui porte en retour respect, considération amour et tendresse.
    Et c’est à deux que nous partageons les moments simples, que nous nous accordons à savourer ce qui nous est donné et ce que nous nous donnons… c’est bonheur !!

    • Nikky dit :

      Laëtitia….

      Votre témoignage m’a profondément ému. Cela me redonne confiance… en la possibilité de faire une rencontre ou le partage, l’amour, le respect, la communication etc… seront au rendez-vous. Merci !

  16. marc dit :

    bonjour Maxime, et félicitations pour ce site extrêmement précieux et instructif.
    j’ai toutefois une question très importante, qui nécessite une brève explication:
    je suis amoureux d’une femme et ce au plus profond de mon être,
    mes essences, mes ressentis, mes émotions sont au summum, je le sens au plus profond de moi…évidemment, j’ai expliqué tout cela à cette femme que je connais depuis longtemps. sa réponse fût la suivante : j’étais, je suis et je resterais ton amie…
    ma question est la suivante: ayant œuvré pour entrer en relation avec elle et avec un tel degré d’intensité, je me retrouve avec un semi échec.
    et pourtant, quelque chose au fond de moi se refuse à abandonner l’idée, quelque chose qui dépasse l’acceptation de sa réponse…comme si cela allait toute de même arriver car j’y crois encore.
    quel conseil pourrais-tu m’apporter face à ce sentiment tout de même contradictoire ?
    avec mes remerciements,
    Marc.

  17. Brigitte dit :

    bjr maxime ,j avoue que quelques témoignages que j’ai eu à lire à part cette visite guidée sur le bonheur m’ont fait comprendre que le bonheur se trouve en nous et que malgré les situations de la vie elle est là et veux nous tendre la main .j’ai toujours pensé que seules les conditions humaines peuvent apporter ce bonheur mais tant que nous ne l’avons pas en nous ce qui vient de l’extérieur ne serait qu’éphémère et on se créer des plaisirs qui finissent par nous rendre encore plus malheureux .le bonheur se cultive et personne ne pourra nous le donner sauf nous meme.

  18. mandra dit :

    bonjour a tous. je vien de commencer ma misssion ,que je ne connaissait pas avant car je pensais etre cartementienne. apres plusieurs temoignages de avec mes amis et autre me sui enfin rendu compt et avec l aide d une amie, que je sui guide spirituelle et non (medium) car certains le melange et c est faux. cela na rien a voir car le medium voit l avenir et le futur et le passé etc et rentre meme en communication avec les esprts alors que, un guide spirituelle est simplement le medecin de l ame et du coeur car nous avons l esprit rationnel d ou les drs sont les psy et……. et nous avons l esprit emotionel qui est notre ame en relation avec notre coeur. alors quand on souffre ou on est mal etc… faut dabord savoir d ou vien le mal,si c est rationnel ou emotionel. acctuellement je voit une jeune femme qui portant se fait suivre par un psy a fait appel a moi et sui ravie car elle va beaucoup mieux et moi meme je ny croyait pas du tout mais avec maintenat 2 personnes que je suit et autres que j ai aidé sans meme men rendre compte sui tres contente et sa me rend tres heureuse moi meme . vous souhaite a tous et a toutes plein de bonheur et vous dire que le mal on l oubie jamais mais on apprend a vivre avec . que le ciel vous protege …..

  19. mandra dit :

    j oubliais de dire un grand bravo a maxime . maxime vous n etes pas un …. par hasard? je sui certaine que oui.

  20. Véronique dit :

    Certaines étapes sont longues à franchir, parfois très douloureuses et destructrices. Hélas, il faut avoir supporté l’inacceptable pour prendre conscience que nous faisons erreur, que nous subissons et que nous valons beaucoup plus que cela. Le chemin est souvent trop long pour comprendre, réagir, sursauter et enfin se prendre en main. Bien sûr que les embûches servent à grandir, mais que de temps perdu !
    Mais je suis si fière d’avoir fini par écrire ma propre histoire, même s’il m’aura fallu ½ siècle !!
    Après une période on ne peut plus violente, j’ai décidé de partir vers un ailleurs inconnu. Moi qui avais tendance à victimiser, à me plaindre d’injustice, je me suis trouvée dans une situation extraordinaire du jour au lendemain.
    Tellement motivée et ancrée dans ma décision, absolument prête à m’y tenir jusqu’au bout, je me suis laissée porter et tout s’est enchaîné merveilleusement sur tous les fronts (professionnel, matériel, affectif et j’en passe). Comme si j’avais ouvert en moi une porte blindée et qu’il ne me restait plus qu’à attraper des clés suspendues qui ouvraient toutes les portes suivantes. Je visualise parfaitement ce chemin comme un jeu et aussi comme un enfant qui apprend à marcher, tout devient possible. Plus j’étais légère, confiante et gaie, sans peur, plus ça marchait.
    Et voilà, au bout de six mois, j’ai posé un gros fardeau quelque part sans me retourner, j’ai pris une autre route vers l’ouest et vers la paix, l’indépendance et la réjouissance et sans aucune rancoeur.

    Ce n’est pas le paradis mais je m’en suis approchée et…je n’ai pas dit mon dernier mot !

    Quelques mois plus tard, je me suis souvenue avoir lu un livre que l’on m’a prêté, bien avant ma nouvelle vie. Ce livre, écrit par un homme délinquant dans sa jeunesse, en pleine reconstruction, a très certainement marqué mon esprit sans que je m’en rende compte. Inconsciemment, j’ai mis en application ce que j’en avais retenu.

    Oui, quand on veut, on peut. Vibrer, écouter, se lancer des défis et prendre des décisions, même radicales. Faire confiance en la vie, en notre valeur et nos intuitions… Cette expérience m’a laissé cette certitude.

    Cela faisait longtemps que j’avais envie de raconter ce petit chapitre de ma vie quelque part, je profite de ton blog Maxime, il me semble approprié. Non, tu n’es pas là par hasard.

    Bonne continuation à tous et MERCI Maxime !

    • Maxime Gréau dit :

      Merci Véronique pour ce joli témoignage, c’est un beau parcours que tu nous racontes ici.
      Comme tu le dis, le bonheur n’a pas d’âge, il n’est jamais trop tard pour être heureux 😉 Le tout est de vouloir le devenir…
      Bravo à toi pour ce chemin et bonne continuation
      Maxime

  21. le roux dit :

    Qu’est-ce que le bonheur ? C’est un chemin personnel que chacun doit pouvoir emprunter dans sa vie. Mais il n’est pas toujours facile d’en trouver le commencement.
    Le bonheur est dans l’observation de ce et ceux qui nous entourent d’abord. Le début du chemin peut être l’imitation des autres êtres humains. Puis on prend conscience de son existence. Enfin on se libère. L’amour de soi est important. La patience aussi. Il faut être indulgent avec soi, tout n’est pas facile tous les jours. On tombe cent fois et on se relève cent fois. C’est ça le courage. Et l’amour de la vie. Il faut respecter la vie. Et les autres. Mais cela va sans dire.
    Je voudrais donner du courage aux gens qui sont dans la difficulté. Leur dire que la vie est bien faite, et qu’elle vous rend au centuple ce que vous lui donnez. malheureux aujourd’hui peut-être mais heureux demain. Il faut y croire. Rien n’est figé. La nature est bien faite. Il y a toujours une porte de sortie.
    Soyez vous-même, faites le bien et le monde est à vous. Ce ne sont pas des paroles en l’air ni même une morale, juste l’expérience de qqun de simple.
    Courage !
    Yves

  22. paulin dit :

    Dans la vie nous sommes confronté à de nombreuses situations ( je préfère parler ainsi que de dire la vie nous confronte comme si la vie avait un pouvoir sur nous, la vie en elle même ne « fait rien », elle « est » c’est tout!!!)
    Ces « situations » parfois déplaisantes parfois plaisantes nous y sommes confrontés par la force des choses (aucun mysticisme dans ce terme, le prendre comme une simple expression)
    C’est à dire que notre comportement quotidien nous amène irrépressiblement à ce que nous nous confrontions à ces situations lesquelles vont générer des émotions positives ou négatives et si nous comprenons ce qu’elles peuvent nous enseigner alors nous allons progresser, si nous ne comprenons pas, nous allons reproduire exactement les mêmes situations générant les mêmes émotions mais dans des contextes différents et ce à l’infini jusqu’à ce qu’un jour on comprenne qu’on doit changer quelque choses pour qu’elles cessent de se reproduire
    Pourquoi je dis « irrépressiblement) ? Qu’es ce qui fait que nous nous confrontions à ces situations
    Un exemple qui va parler à tous le monde : le coup de foudre (prenons le cas du coup de foudre « réciproque »)

    Souvent recherché car il va procurer un sentiment intense ou l’on va se sentir en fusion total avec l’autre, immédiatement sans avoir à se casser la tête, à réfléchir

    Mais quand on y regarde de plus près, le coup de foudre n’est pas un gage de « qualité relationnelle » et en même temps il n’est pas non plus un gage de « non qualité relationnelle » il est juste ni l’un, ni l’autre

    Le coup de foudre apparaît lorsque dans la personnalité de l’autre on va trouver une raisonance parfaite à notre personnalité, ce peut être une chose dont on a énormément besoin et qu’on va trouver dans l’autre, mais il y a aussi milles autres raisons mais le point commun à toute c’est cette raisonance entre l’autre et nous même

    Imaginons un homme en besoin d’amour permanent, un besoin intarissable d’être constamment rassuré qu’on l’aime, cette personne va rencontrer une femme qui aura elle un besoin irrépressible et intarissable de donner de l’amour à l’autre

    On a donc un match parfait qui peut produire un coup de foudre

    Et bien voilà une situation à laquelle nous pouvons être confronté par la force des choses, de manière irrépressible, sans ce que nous nous en rendions vraiment compte
    On pense que le coup de foudre nous fait rencontrer la femme ou l’homme parfait alors qu’il s’agit d’une sorte d’illusion, une illusion qui pour certain peut durer toute une vie si l’ordre des choses ne changent pas et pour d’autres cela peut durer 6 mois si une prise de conscience naît, que l’un des partenaire évolue, change, s’épanouis
    Le bonheur on s’en rapproche davantage chaque fois qu’on comprend notre résistance à une situation, chaque fois qu’on en tire un enseignement et qu’on le met en œuvre pour la prochaine fois, le bonheur c’est lorsqu’on ne résiste plus à aucune situation et qu’on va dans le sens de la vie, dans le sens des choses,le bonheur c’est un lâcher prise totale sur tous et tout

  23. Live dit :

    Juste Merci ! J’ai mis beaucoup de temps à comprendre pourquoi mes relations ne fonctionnaient pas. Vous m’avez donné les mots qui complètent aujourd’hui le puzzle : essences et respect de soi. Je n’ai plus peur de la solitude, à 30 ans passés.

  24. lou dit :

    Grand merci Maxime pour tous ces articles…
    Un jour, j’ai lu cette phrase qui m’a bien aidée: « Le paradis n’est pas un lieu c’est un état »

  25. Sophie dit :

    Je suis vraiment heureuse d’avoir tombé par hasard sur votre site et c’est tellement au bon moment car je suis dans une intersection de ma vie ou je dois prendre la bonne voie du bonheur ! Je suis séparé depuis cinq mois d’une relation amoureuse qui à duré cinq ans, je m’étais beaucoup oublié dans cette relation je pensais que c’est l’autre qui me donnerais mon bonheur et j’ai répété la même chose dans toute mes relations amoureuse précédente et j’ai beaucoup souffert, je me pensais la sauveuse de mes ex. Je suis dans le début quarantaine et c’est maintenant que je me suis décidé de m’arrêter de souffrir et de m’apercevoir que le bonheur c’est moi qui va me le donner. Vaut mieux tard que jamais… Je trouve très intéressant votre site et j’apprends beaucoup de vous et je suis sur la bonne voie. Merci de tout coeur Maxime xx Sophie de Montréal

  26. LN dit :

    Ton livre est la clé qui permet d’ouvrir la porte du bonheur…
    Merci Maxime.

  27. Patrick dit :

    Bonjour,

    Je suis dans un moment de grande découverte spirituelle. Entre les livres d’Eckart Tolle et plein d’autres.

    Ce que j’aimerais vous dire c’est que c’est par hasard il y’a plusieurs mois, en cherchant sur internet sur l’ « amour de soi » / « s’aimer soi-même », que je suis tombé sur une vidéo de vous sur le sujet. Cette vidéo m’a permis de comprendre l’égo et le soi, la goutte d’eau et l’Océan. J’avais très vaguement entendu parler de ces concepts par le passé. Votre vidéo a été un déclencheur et un éclaircissement.

    Continuez ce que vous faîtes.

    Bonne journée !

  28. Marie Francoise dit :

    Bonjour !
    Voilà: je suis heureuse depuis mes 58 ans .. après 3 années de chômage.
    c’était difficile parce qu’il faut continuer à payer les factures quoiqu’il arrive mais… je me suis ré-appropriée MON TEMPS !!! et là, tout a commencé à changer: j’ai pris le temps de me chercher, de me découvrir , alors j’ai fait une reconversion professionnelle, avec succès: aujourd’hui, j’ai l’âge de partir en retraite mais je ne le veux pas ! Pourquoi ? parce que je suis enfin moi-même, accomplie, tous les jours, utile, légère, sereine : ça me rendrait presque belle … et aussi, cette démarche, je l’ai faite seule, sans aucune aide, sans béquille; je n’ai pas peur de la mort, je n’ai pas peur de la vie, j’avance avec un réel bonheur d’être, tout simplement !

  29. Sandrine dit :

    Il est dans notre coeur le bonheur, puis autour de nous au travers de nos enfants, des rencontres que l on fait et qui le renforce un peu plus, au détours d un simple sourire, d une ballade en campagne, d un repas zen, d un animal, d un bon bouquin, ou d un verre de vin….il a toujours été là le bonheur, mais il se savoure, parfois nous l avons juste oublié…. ou mis de côté, cru qu il s était échappé, parce qu on vivait dans l urgence, parfois même on essait de vous le voler, mais il se partage le bonheur, il se multiplie…c est un cadeau… si tant est que l on ne s y trompe pas, car j ai rencontré des personnes qui le confondait…
    il n y a rien de plus urgent de se dire qu il est là, d en avoir conscience, pour aussi éveiller les consciences.
    Je dis merci au bonheur de m accompagner chaque jour dans mon cheminement, car je sais depuis toujours combien il est précieux !!!!!
    Et je le souhaite à chacun 🙂

  30. COMTE Annie dit :

    Christophe Maé dans sa chanson « mais il est où le bonheur » décrit très bien que le bonheur ne se voit pas , ne fait pas de bruit gomme le vide , mais c’est lorsqu’il n’est plus là que l’on découvre qu’on le vivait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion