5 étapes pour réussir sa vie

J’utilise volontairement le mot « réussite » pour que chacun puisse y mettre sa propre définition. Mais vous allez voir que si nos désirs peuvent être très variés dans la forme, ils sont excessivement similaires dans le fond !

Etape n°1 La souffrance

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, réussir sa vie commence très souvent par le fait de l’échouer !

Ne pas réussir sa vie, se trouver en situation d’échec, souffrir, en avoir marre de sa vie…, sont autant de facteurs motivants pour avoir envie de changer sa vie et de désirer intensément qu’elle soit meilleure.

Vouloir « être heureux » serait donc moins motivant que de vouloir « arrêter de souffrir » !!! Dans les deux cas, c’est une progression vers plus de bonheur.

Bonheur, souffrance, triste, pleurer

Faudrait-il souffrir pour être heureux ?! Photo par Roby Ferrari

Ainsi donc il faudrait souffrir pour être heureux(se) !! La nature humaine serait faite ainsi et les études montrent que les personnes les plus heureuses sont aussi celles qui ont connu des difficultés et des souffrances…

Les personnes n’ayant peu ou pas vécu de souffrances, auraient des difficultés à reconnaître la beauté de leur vie. Tandis que les personnes ayant énormément souffert seraient devenues pessimistes et incapables de reconnaître les belles choses qui se cachent derrière toutes situations. Reste donc les personnes ayant moyennement souffert qui capables de reconnaissance et capables de rebondir s’en retrouvent grandies et ainsi plus heureuses.

Même si ce constat est dominant à ce jour, rien ne nous empêche de faire autrement. Le monde change, la génération « sacrifice » aussi, et la recherche de bonheur est de plus en plus présente autour de nous. C’est une bonne chose !

Certainement qu’un jour, la souffrance ne sera plus nécessaire pour désirer l’épanouissement !

Etape n°2 : Etre heureux(se)

Qui se lève le matin en souhaitant souffrir ? Personne ! Nous souhaitons tous le bonheur et nous souhaitons tous être heureux(se). C’est « LE » critère de réussite ! As-tu réussi ta vie ? Oui ! Pourquoi ? Parce que j’ai été heureux(se) dans tout ce que j’ai fait !

Alors ce bonheur si précieux, c’est quoi ? Vous pouvez vous poser les questions suivantes :

  • Comment savez-vous que vous êtes heureux(se) ?
  • Quels sont les indicateurs qui vous font dire que vous êtes heureux(se) ?
Bonheur, amour, joie, plaisir, intense

Le bonheur est une émotion en nous ! Photo par YannGarPhoto.wordpress.com

Le bonheur est un « état interne », c’est un état émotionnel. C’est-à-dire que, en moi, j’éprouve des sensations, des sentiments, des émotions qui me mettent dans un état de bonheur. Je me connecte à ce ressenti qui me fait du bien, qui me rempli. C’est ça le bonheur.

La plupart du temps, le bonheur nous arrive de manière accidentelle. Une situation, un évènement nous met dans une joie intense et nous disons alors « Là, je suis heureux(se) ». Puis cet évènement passe, ainsi que l’euphorie du moment et la routine reprend…

S’installe alors une confusion entre le bonheur, simple, intérieur et accessible en permanence, et la notion de « plaisir », ponctuel et surtout, contrairement au bonheur, dépendant de l’environnement.

Vous trouverez ici un article complet sur ce sujet du bonheur, du plaisir, des conditions de vie et de l’épanouissement.

C’est ça le bonheur… Simple, très simple, trop simple sans doute… !!

En fait tellement simple que l’on n’y croit pas, ou pas tout de suite… « Si c’était si simple ça se saurait » diraient les plus sceptiques 😉

C’est alors un problème de fond, une éducation à refaire. Pourtant, le bonheur se choisit et n’est nulle part ailleurs qu’en soi-même. Dans l’absolu, il nous suffit pour être heureux(se) de se « connecter » au bonheur puis de l’installer en soi.

Vous pourriez alors aborder la vie, les gens, les situations muni de cet équipement « haut de gamme », en vous.

  1. Il vous sera alors facile de reconnaître si cet état interne est compatible avec ce que vous vous apprêtez à faire. Et de choisir de faire ou de ne pas faire …
  2. Vous pourriez aussi progressivement « contaminer » votre vie actuelle de cet état.
  3. Enfin, vous pourriez cesser les domaines incompatibles avec cet état interne.

Plus vous agissez en présence de votre état interne de bonheur, et plus cet état se retrouve dans chacun des domaines de votre vie. De plus par le principe de résonance, il agit comme un « filtre » ne pouvant laisser passer que des énergies similaires… Progressivement votre environnement et vos relations changeront vers de plus en plus de bonheur…

Ainsi, pour se reconnecter au bonheur, il faut se poser, pour travailler sur ses émotions et notamment sur celles qui nous rendent heureux(se). C’est la seconde étape, simple et exigeante à la fois.

Etape N°3 : Trouver sa place

Pourquoi as-tu réussi ta vie ? Parce que j’ai fait ce que j’aimais ! Parce que j’étais passionné par ce que je faisais !

Travail, forces, dons, bonheur, épanouissement

Trouver sa véritable place !! Photo par Groume

Notre activité professionnelle occupe une place prépondérante dans notre vie. Environ 90 000 Heures, pour des semaines de 40 heures en moyenne. Soit sur une journée complète de 15 heures, de 8h à 23h, la moitié de notre temps est occupé par notre activité !

Il est donc primordial pour notre bonheur de faire une activité qui fait « sens » pour nous afin d’être également heureux(se) au travail !

Très bien, mais comment ? Et bien en remettant les choses dans l’ordre. En plaçant son épanouissement (le fond) avant le travail (la forme).

Cet article sur les Essences détaille cette notion fondamentale de fond et de forme.

Autrement dit, en apprenant d’abord à se connaître. Pourquoi ? Parce que en apprenant à se connaître, nous apprenons également à définir nos forces, nos talents, nos dons naturels, et, c’est l’expression de ce que nous sommes vraiment qui nous rendra heureux(se).

J’aime utiliser mes forces naturelles. Plus j’utilise mes forces et plus je les développe, plus je les développe et plus je suis bon dans ce que je fais et plus je suis bon dans ce que je fais et plus je prends du plaisir à faire ce que j’aime, à faire ce qui me passionne.

Plus je travaille mes forces qui me passionnent et plus je deviens un expert dans mon domaine et plus je suis un expert dans mon domaine et plus je suis à même de gagner de l’argent !

Là encore, c’est tout un paradigme qu’il faudra progressivement changer. Certaines écoles l’ont compris et l’appliquent déjà. Les résultats sont sans commune mesure avec ceux du système classique.

C’est donc à nous de faire le travail pour le moment tant qu’il n’est pas répandu plus largement.

Aujourd’hui, on cherche avant tout à se mettre à l’abri, un métier sécurisant, une entreprise fiable, un CDI.., la planque, des horaires cool ! On cherche donc « des formes » sans s’occuper du « fond ». Et c’est la désillusion bien sûr car l’on ne s’épanouit pas en passant à côté de soi !!!

Passer à coté de sa vie !! Photo par S@veOurSm:)e

Passer à coté de sa vie !! Photo par [email protected]:)e

Alors, plutôt que de se remettre en question, beaucoup de personne scindent leur vie en deux. D’un côté la vie perso avec ce qu’ils aiment, des activités qui les passionnent, et de l’autre, le monde du boulot qu’il faut bien faire pour vivre !!

C’est du gâchis ! Causé par ce que nous venons de décrire plus haut. C’est-à-dire que la notion d’épanouissement au travers ce qui fait sens pour soi n’était pas présente dans la recherche de ce travail.

Les bonnes questions pour trouver sa « vocation professionnelle » :

  1. Qui je suis ?
  2. Qu’est-ce-qui fait sens pour moi ?
  3. Quelles sont mes forces ?
  4. Qu’est-ce-que j’aime faire et que je fais naturellement ?
  5. Dans quel domaine je suis doué sans forcer ?
  6. A quel moment de ma vie et dans quel contexte je me sens bien et/ou absorbé(e) par ce que je fais ?

En sommes toutes ces questions partent de soi-même. L’idée est de chercher à « monétiser » votre passion déjà existante. Si ce que vous aimez n’est pas très clair, il est justement temps de vous poser pour réfléchir à ces questions.

Ainsi, vous aurez comme métier votre passion. Une « vocation professionnelle » dans laquelle vous vous éclatez et qui vous fait vivre.

Utopique diront les plus sceptiques et pourtant cela existe. De la chance ? Non plus ! Rien à voir avec de la chance. Par contre du travail oui, un travail sur soi pour trouver qui l’on est et ce que l’on veut vraiment !

Les sceptiques ne croyant en rien ne feront pas non plus ce travail. Ils ne connaitront donc pas leur forces, ne trouveront donc pas leur passion ni leur vocation et continueront donc à dire que ça n’existe pas !

Tout le monde y a accès, mais peu se préoccupent véritablement de leur épanouissement. C’est la seule raison pour laquelle peu de gens sont heureux au travail !

80% des personnes se disent insatisfaites au travail !! Pourquoi continuent-ils ?!!! Tout simplement parce qu’ils n’ont pas encore assez souffert !! C’est l’étape N°1 ! Quand ils souffriront suffisamment, ils trouveront des solutions…

Même si, encore une fois, il existe une proportion plus importante de personne pensant comme cela, les générations à venir ne laisseront plus passer un tel carnage !. Les gens chercheront de plus en plus  leur place et seront donc de plus en plus heureux !

Etape N°4 : Principe de fonctionnement de la vie

Pour appliquer ces premières étapes, il en est une autre essentielle également. Plus exactement une philosophie de vie, une façon de voir les choses et de comprendre le monde.

Car pour réussir sa vie, je pense qu’il est nécessaire de comprendre ce qu’est la vie et à quoi elle sert !

Les règles du jeu, règlement, normes, lois

Les règles du jeu ! Photo par YLegrand

Dans tout les jeux, il y a des règles et sortir vainqueur d’un jeu consiste à en comprendre les règles et à les appliquer suffisamment bien pour en obtenir une satisfaction.

Et bien la vie c’est pareil. C’est également un jeu. Il nous faut apprendre ses règles pour pouvoir jouer et réussir le jeu.

Voici ce que j’ai compris de ces règles :

  1. La vie est faite pour que nous progressions et que nous nous améliorions.
  2. Le but de ce travail est de nous rendre plus heureux.
  3. Les moyens utilisés pour grandir sont les évènements de la vie ainsi que les rencontres (l’effet miroir) pour que nous prenions conscience de ce que nous ne voyons pas.

Ainsi, ce jeu nous permet de nous rendre plus heureux.

La vie nous veut du bien et tout ce qui nous arrive nous permet de comprendre, d’apprendre et d’intégrer ces règles.

Ainsi, en comprenant que la vie n’est pas méchante mais qu’au contraire elle fait tout pour nous éviter la descente aux enfers, nous devenons plus attentifs, plus compréhensifs, et bien évidemment plus heureux de ce qui nous arrive.

J’ai réussi ma vie parce que j’ai changé, j’ai grandi, je suis devenu l’homme ou la femme que j’avais envie de devenir et c’est la vie qui m’a montré le chemin. J’ai eu des surprises, j’ai eu des coups durs mais aussi de grandes joies… Cela n’a pas toujours été simple mais je suis plus heureux aujourd’hui qu’hier et le serai encore plus demain. C’est une « co-création » dans l’amour et non dans la peur.

Etape N°5 : Le partage

De manière plus profonde, toute cette réussite n’a de sens et se trouve pleinement comblée qu’une fois partagée ! Travailler sur soi, être heureux, trouver sa place n’est finalement d’aucune utilité si nous sommes seul au milieu d’une île déserte !

Apprendre, grandir, être heureux pour pouvoir redonner, retransmettre, contribuer... Photo par Segarys

Apprendre, grandir, être heureux pour pouvoir redonner, retransmettre, contribuer… Photo par Segarys

La vie prend tous son sens à partir du moment où l’homme contribue à autre chose qu’à lui-même, à plus grand que lui. L’épanouissement est aussi une conséquence d’un bonheur partagé.

Qui n’a jamais fait cette expérience d’un acte gratuit qui nous submerge de joie, de plaisir, de fierté d’avoir pu aider ou contribuer à quelqu’un ou à quelque chose ?

Mais attention, si cette étape est la dernière, ce n’est pas sans raison. Avant de partager, il faut se construire. Avant de retransmettre, il faut apprendre. Avant de donner de l’amour, il faut savoir se le donner à soi-même… etc

Ensuite, chacun à son chemin et chacun aide à sa façon en fonction de ses talents et de ses forces naturels. C’est un don, non une contrainte. Se prendre pour le sauveur, pour une personne aimante, sans avoir travaillé sur soi au préalable peut être tout aussi destructeur.

J’ai réussi ma vie car j’ai aidé à la réalisation de ceci et de cela, j’ai été utile pour telle ou telle chose, des gens ont vécu ceci ou cela grâce (entre autre) à moi…

En résumé, les 5 étapes :

I. J’ai réussi ma vie parce que j’ai pris conscience que celle-ci était belle et j’ai pris conscience que j’avais envie de la vivre en tant que personne heureuse.

II. J’ai réussi ma vie parce que je suis heureux(se) dans ma vie. Et même si parfois c’est dur, si parfois je n’ai pas le moral ou que tout semble s’acharner contre moi, je suis capable de me reconnecter au bonheur car il est en moi.

III. J’ai réussi ma vie parce que je me suis « éclaté » à faire ce que j’aime dans ma vie. J’ai pris plaisir à faire ce qui fait sens pour moi et à exprimer pleinement ce que je suis, mes dons, mes talents.

IV. J’ai réussi ma vie car j’ai tout fait pour la comprendre ! J’ai réussi ma vie car j’ai su l’écouter et me rendre compte qu’elle ne voulait que mon bien. J’ai réussi ma vie car elle m’a fait grandir, à mon rythme en me faisant vivre des choses qui étaient nécessaires à ma croissance et que je savais gérer.

V. Enfin, j’ai réussi ma vie car je me suis ouvert à « plus grand que moi ». J’ai contribué, aidé, à faire en sorte que d’autres vivent cette même vie heureuse. J’ai été, à ma petite échelle, utile, et j’en suis fier !

Pour finir, je suis capable de dire « merci » pour tout ce que j’ai vécu, alors oui, j’ai réussi ma vie !

Merci d’avoir lu cet article et dites moi ce que vous en pensez !

A lire également :

  1. Qui a peur d’apprendre ? Et en quoi tout n’est pas à apprendre !
  2. L’Echec : Une formidable opportunité !
  3. La zone de confort
  4. Face à une situation difficile ou désespérée, que faire ?!
  5. Des émotions pour quoi faire ? Les connaître, les reconnaître et les installer pour être heureux.
  6. Connaître ses limites personnelles et les dépasser pour être heureux(se)

Cliquez sur « j’aime » et partagez si vous aimez ! 😉


15 Comments to 5 étapes pour réussir sa vie

  1. Bonjour et merci pour toutes ces lueurs d’espoir dans la longue nuit qu’est la vie… pour moi et seulement de temps en temps. Je suis « à classer » dans les catégories « battantes », « galériennes », mais aussi : « rieuses », « conviviales », « sympathiques », mais aussi : « dispersées », « procrastineuses » (depuis une enfance TRES traumatiques et de diverses façons… Pour éradiquer la violence faites aux enfants, aux femmes et aux hommes (et oui, l’homme battu, çà existe vraiment…!), je milite dans divers mouvements d’entraides, je suis bénévole dans diverses association, car je ne peux plus travailler… Comme ceci, je me sens utile, c’est déjà çà de pris… et çà m’occupe l’esprit, je me suis créé, ainsi, une nouvelle famille véritable, où l’entraide et le partage est le maître mot… J’espère ne pas avoir été trop longue… Marie-Claire

    • Maxime dit :

      Bravo Marie-Claire.. Ce que j’entend dans tes mots c’est que tu cherches à mettre du sens à ta vie et notamment par la contribution à quelque chose..

      C’est beau je trouve.
      Bon chemin à toi, dans la joie… 😉

      • Bonjour Maxime, se sentir utile à 58 ans, quand on ne peut plus travailler, çà me semble tout simplement naturel de faire du bénévolat… Mes « collègues » bénévoles, beaucoup plus âgés que moi, la plupart, mais pas seulement, sont ma deuxième famille… Une famille de cœur et de partage, c’est déjà une réussite, en soi, car on ne choisi pas sa famille. Quant à mon caractère, j’aime rire et m’amuser, c’est pourquoi je vais changer ma photographie, … Quant à toi, Maxime, ton sourire et lumineux et est sincère. Bonne continuation à toi et à ton ou tes blogs.

    • HELENA dit :

      la vie na dimportance ke ce que nous voulons bien lui accordé

  2. Annie dit :

    J’adore le résumé des 5 étapes. Wow! Je n’aurais pu écrire mieux la réussite de ma vie. Merci Maxime! J’en profite pour te partager un petit texte sur le bonheur que j’ai composé l’an passé. Le bonheur… Le bonheur,c’est pleins de p’tits coups d’cœur. Le bonheur, c’est laisser parler son cœur. Le bonheur, c’est parler avec son cœur. Le bonheur, c’est faire avec amour dans la vie. C’est y mettre de la joie et du plaisir aussi. C’est tous ces instants remplis de magie. Le bonheur c’est aimer sa vie. Le bonheur, c’est s’aimer aussi. Le bonheur, c’est dire oui à la vie. Bonne journée :o)

  3. Bonsoir Maxime, j’ai pris connaissance « 5 étapes pour rèussir sa vie »…je te remercie pour tous ces précieux conseils….j’ai encore à progresser, mais en persévérant j’y arriverai…je te souhaite une belle soirée..A bientôt Maxime..

  4. Mike NK. dit :

    le bonheur, c’est le parcours de tout le jour, je rends chaque instant de ma vie, mon moment de bonheur. un travail dure, plein d’amour et satisfaction, un bonheur = un travail fait par amour. un bonheur n’est pas une destination.

  5. Delphine k dit :

    Bonjour, je prends enfin connaissance de ce qu’est la définition du vrai bonheur. J’ai toujours cru qu’il venait de l’extérieur mais surtout des autres, car moi seule ce n’était pas possible que je m’y connecte. Je comprends donc aujourd’hui que j’avais tout faux, c’est assez douloureux comme constat, mes croyances m’ont interdits l’accès au bonheur, alors le travail commence par cette prise de conscience, ça fait terriblement peur de savoir que nous seul nous sommes capables de nous rendre heureux mais je sents aussi un soulagement car si je suis la seule à pouvoir me le donner je ne dépend plus des choses extérieures. Merci Maxime pour cette lumière.

    • Maxime Gréau dit :

      Super Delphine !
      Bravo pour cette prise de conscience 😉
      Le plus dur est fait, il ne reste plus qu’à installer de plus en plus de ce bonheur dans votre vie.
      A bientôt !
      Maxime

      • Delphine k dit :

        Ce qui est difficile s’est de s’écarter de ses croyances surtout quand on les traînent depuis plus de 40 ans, j’ai compris et testé que de vivre dans l’instant présent nous permet de faire taire ces croyances mais des que je sors de ces méditations le brouhaha mental reprend…. Est ce normal et je ne peux être dans la méditation H24 ? Que faire ?

  6. Maxime Gréau dit :

    Oui, cela est normal.

    Méditer est un outil pour accéder au moment présent. Petit à petit, vous allez prendre cette nouvelle habitude de vivre dans le présent.

    Il vous faut un peu de discipline avec vous-même également pour rester fidèle à votre présence. Si vous retombez dans le brouhaha, ne vous en voulez pas et refaites appel à la présence..

    Petit à petit, l’oiseau fait son nid…
    On lâche rien 😉
    Maxime

  7. Marjolaine dit :

    En plein dans l’étape 3, on avance, on avance, on avance

  8. Henry DICKY dit :

    Il faut se battre pour reussir, la nature nous l’enseigne bien car la rose ne bourgeonne qu’au sommet d’un arbre épineux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion