fbpx

L’Ennéagramme : Les bénéfices de la connaissance de soi et des autres

Voyons en quoi et comment l’Ennéagramme va nous permettre de découvrir :

  • Nos « forces » : point forts et dons innés, sources d’épanouissement.
  • Nos « limites » et nos « peurs » : sources de stagnation, de répétition et de souffrance.
  • Notre « rapport à l’autre » : l’amour de l’autre tout en maximisant le respect de soi.
  • Le sens de la vie et le « pourquoi » de ce qui nous arrive.

Dans l’article précédent nous avons vu :

  • La naissance et la manifestation de notre conditionnement.
  • Comment ce conditionnement (ou « vision du monde ») acquis et inné, influence directement notre vie.
  • Comment l’Ennéagramme permet de mettre en évidence ces parties inconscientes de notre « profil de personnalité » et de s’en libérer.

========

Pour recevoir l’HappyNews, cliquez ici (vous recevrez gratuitement mon livre au format PDF par la même occasion)

========

Nos forces et nos dons naturels

Nos « forces » sont nos talents, nos qualités ou encore nos aptitudes naturelles. Nous nous appuyons sur ces capacités pour avancer dans la vie et pour nous réaliser pleinement.

Elles sont à la base de la « réalisation de soi », car contrairement à ce que nous avons pu entendre ou apprendre dans notre jeunesse, la croissance personnelle NE passe PAS par le travail acharné de nos points faibles.

En effet, travailler un point faible est fastidieux, compliqué, contraignant. Cela ne donne pas envie. De plus, les résultats ne sont jamais à la hauteur de nos efforts.

NON ! Ce qui nous motive et ce qui nous propulse vers la réussite se trouve dans nos Forces !

——–

Quelques caractéristiques de l’utilisation des forces

  • Un vrai sentiment d’énergie et d’engagement,
  • La perte de la notion du temps car pleinement absorbés par notre activité,
  • Un apprentissage accéléré, une intégration rapide des informations, des activités et des approches associées à la force,
  • Une tendance répétitive à réussir,
  • Des niveaux de performances qui suscitent le respect et l’admiration de notre entourage et de nos pairs,
  • Une tendance à toujours achever la tâche,
  • L’envie ardente, le besoin impérieux d’utiliser la force. Nous nous sentons drainés lorsque l’on n’a pas l’opportunité de s’en servir.

Si vous connaissez ces sensations, il y a alors de grandes chances que vous soyez en présence de vos forces !

Il ne reste alors plus qu’à mettre des noms dessus.

——–

Comment identifier nos forces ?

  • « Quelles sont selon moi mes forces ? »
    Vous en connaissez peut-être déjà. Faites la liste.
  • Si vous ne trouvez pas, demandez-vous « Qu’est-ce que j’aime faire et pourquoi j’aime le faire ? »
    Vous devriez déceler des aptitudes naturelles que vous aimez manifester. Ce sont des forces.
  • Si vous ne voyez pas, faites donc appel à vos expériences passées et réussies : »De quoi suis-je fier•e et comment ai-je fait pour réussir ces activités ? »
    Cette question devrait vous aider à définir les qualités que vous avez sollicitées.
  • Enfin, si cela est toujours aussi flou, observez la réussite des personnes qui vous entourent, ou celle de vos mentors. Voyez ce que vous admirez le plus chez eux. Il y a de fortes chances que vous disposiez des mêmes talents.

À moins d’être trop jeune et de manquer d’expérience de vie, de ne pas faire l’expérience sérieusement ou de faire preuve de mauvais foi, vous devriez être en mesure d’établir une liste.

——–

Comment nos forces nous permettent de nous réaliser ?

Travailler une force rend heureux, cela nous fait plaisir !

Plus nous les utilisons et plus nous les perfectionnons.
Et plus nous les perfectionnons et plus nous sommes doués dans l’exercice de ces activités.

Nous devenons ainsi progressivement des Experts dans notre domaine. Ainsi naissent les vocations !

C’est comme lorsque vous avez un sérieux problème, vous ne vous adressez pas au généraliste mais bien à l’expert, celui qui excelle dans sa spécialité.

Et pour ne rien gâcher, un spécialiste est bien mieux rémunéré, tout en faisant ce qu’il aime. 😉

Dès lors, l’existence de ses points faibles vous est totalement indifférent.

Cette utilisation de nos facilités naturelles va donc à l’encontre du travail acharné de nos points faibles. Car même avec la meilleure volonté du monde, il ne pourra faire de nous que des gens moyens.

Professionnellement, vous attendrez généralement le vendredi avec impatience, et l’arrivée du lundi sans grande motivation…

Avoir un travail,  être une personne sérieuse et responsable, c’est bien.

Mais ne passez pas à côté de l’essentiel, à savoir votre épanouissement sans lequel votre travail manquerait cruellement de sens !

L’Ennéagramme nous propose également un décryptage des talents de chaque profil (revoir l’article sur les 9  profils) Ceux-ci sont liés les uns aux autres par « le chemin d’intégration ».

——–

Le chemin d’intégration de l’Ennéagramme :

  • Le Perfectionniste 1, discipliné et rigoureux trouvera chez l’Epicurien  7, davantage de la tempérance, du fun et de l’optimisme pour ne pas rendre sa rigueur morale dangereuse.
  • Cette joie et cet optimisme du 7 devront s’enraciner plus profondément en utilisant la connaissance et l’introspection de l’Obervateur 5.
  • Tout ce savoir et cette précision du 5 resteront lettre morte sans l’utilisation de la force du Protecteur 8 avec laquelle il agira dans le monde.
  • La puissance et le courage du 8 n’auront d’impacts positifs que s’ils sont utilisés avec l’amour de l’Altruiste 2.
  • L’amour du 2 ne sera authentique, sincère et désintéressé seulement lorsqu’il saura reconnaître et répondre à ses propres besoins, comme le Romantique 4.
  • L’intérêt du 4 pour son monde intérieur et son « sens du beau » auront besoin de la discipline et de la rigueur personnelle du 1 pour ne pas tourner à l’isolement et à la complaisance.

Ains, une première boucle est bouclée. Vient ensuite :

  • Le goût de la paix et de la stabilité du Médiateur 9 aura besoin de la capacité d’action et de réussite du Battant 3 pour ne pas tomber dans l’immobilisme.
  • Cette tendance du profit et de l’efficacité du 3, sans la loyauté du Loyaliste 6 restera égoïste.
  • Pour ne pas tomber dans le fanatisme loyal et engagé, le 6 devra ajouter plus d’harmonie globale avec les talents de médiateur et d’acceptation du 9.

********

Nos limites et nos peurs

Certaines de nos limites sont à dépasser. Sans cela, et de manière le plus souvent inconsciente, nous restons dans une zone de confort, à laquelle nous nous habituons. Nous nous approprions les conséquences de nos actions répétitives. Notre vie se crée sur cette base, souvent insatisfaisante mais sécurisante.

Heureusement pour nous, l’overdose de souffrance viendra mettre un grand coup de pied dans la fourmilière et nous ouvrira enfin à d’autres horizons. Les avantages de l’immobilité pèseront moins lourd dans la balance que la peur d’oser le changement.

——–

L’origine de la peur

En venant au monde, nous avons dû nous adapter à celui-ci et très certainement l’avons-nous trouvé risqué et dangereux comparativement à la douceur du ventre de notre mère.

Ce risque ressenti pour un bébé sans défenses, se traduit par une blessure, une douleur si puissante que l’enfant s’en souviendra toute sa vie.

En réponse à ces douleurs et difficultés, l’enfant va mettre en place des stratégies, des croyances des réactions, que l’on appellera plus tard « un mécanisme de défense ». Et dont l’objectif sera de ne plus jamais ressentir ces douleurs originelles.

Selon les principes de l’Ennéagramme, cela s’appelle « la compulsion » : ce que le profil veut absolument éviter, autrement dit, sa plus grande peur.

Cette fuite est à l’origine de nos schémas de répétition. À vouloir agir toujours de la même manière pour éviter toujours les mêmes choses, les conséquences en sont également toujours les mêmes.

——–

À chaque profil Ennéagramme sa compulsion

  • Perfectionniste 1 : Colère – Peur d’être mauvais, corrompu, d’être « le mal », défectueux.
  • Altruiste 2 : Reconnaissance de ses besoins – Peur d’être indigne d’être aimé.
  • Battant 3 : Echec – Peur d’être sans valeur (inhérente).
  • Romantique 4 : Banalité – Peur d’être sans identité, sans signification personnelle.
  • Observateur 5 : Vide intérieur – Peur d’être inutile, incapable ou incompétent.
  • Loyaliste 6 : Déviance – Peur d’être sans soutien ni guidance (direction).
  • Epicurien 7 : Souffrance – Peur d’être privé ou d’être enfermé dans la souffrance.
  • Protecteur 8 : Faiblesse – Peur d’être blessé (qu’on leur fasse du tort) ou contrôlé par les autres.
  • Médiateur 9 : Conflit – Peur de perdre le lien (la connexion), de la fragmentation.

Aussi longtemps que ces compulsions seront inconscientes et tant que nous ne les aurons pas « visitées », nous les revivrons inlassablement. Car à chaque fois qu’elles se présentent dans nos vies, nous agissons toujours de la même manière, à savoir, celle de les éviter à tout prix.

Les mêmes actions reproduisent toujours les mêmes conséquences.

Voilà comment en d’autres mots – ceux de l’Ennéagramme – se jouent les schémas de répétition.

Notre profil de personnalité, le faux-nous, est souvent content et se défend de cette compulsion. Elle lui confère une raison d’être : la fameuse identification.

Pour autant, l’éveil, le bonheur, la paix, l’amour, la réalisation de soi… consistent bel et bien à quitter ce faux-soi pour revêtir le vrai. Celui qui ressemble aux caractéristiques positives de notre profil et qui englobe toutes les caractéristiques positives de l’ensemble des profils.

********

L’Ennéagramme pour changer sa relation à l’autre

Fort de ces connaissances, vous pouvez maintenant imaginer de nouvelles relations interpersonnelles très différentes :
des relations harmonieuses.

Ce profil, on le retrouve partout :

  • avec nous-même,
  • au travail,
  • dans nos relations amoureuses,
  • en société,
  • avec les amis,
  • la famille…

En effet, sans même connaître le profil de notre interlocuteur, ni même le nôtre, le simple fait d’être conscients de l’inconscience que nous portons tous en nous, nous permet de faire preuve de plus d’indulgence et de compassion.

Comment reprocher à qui que ce soit – en commençant par soi-même – de manifester les caractéristiques de son profil ?

Toutefois, comprendre les autres ne signifie aucunement qu’il nous faut tout accepter d’eux. Une autre notion, celle du respect de soi et de ses Essences interviendra alors.

Ici entre donc en scène la communication. Elle va nous permettre de faire part à notre interlocuteur ce qui se passe en nous, ce que nous vivons et de lui d’expliquer nos besoins et nos limites.

Une communication efficace doit permettre de se comprendre mutuellement et à trouver une entente respectueuse de chacun.

Sachez que la naissance des conflits est essentiellement liée à une mauvaise connaissance de nos propres blessures et de celles de l’autre sur lesquelles nous appuyons involontairement.

********

Une communication dite « complète »

Lorsque vous vous exprimez, votre interlocuteur entend à sa manière ce que vous lui dites à travers  ses « filtres de perception« . Il interprète ce que vous lui dites en fonction de ses croyances, ses peurs, son conditionnement. Nous faisons tous cela.

Ainsi, votre « émission » sera « reçue » plus ou moins bien selon :

  • votre manière de vous exprimer : vos filtres,
  • a manière dont votre interlocuteur l’entend : ses filtres.

Imaginez à présent que, sans le vouloir, vous touchiez le « talon d’Achille » de votre interlocuteur, sa compulsion. Indépendamment de sa volonté, celui-ci ne peut que réagir, car cela le touche profondément et cette douleur ancestrale lui est insupportable.

Sa réaction risque d’être plus ou moins « chargée » selon le niveau de conscience dont cette personne. Le pire comme le meilleur est envisageable à ce moment, et cela se comprend.

Cela pourrait s’arrêter là…

Seulement, il est possible qu’involontairement lors de sa réaction, votre interlocuteur appuie à son tour précisément là où cela fait mal chez vous, votre compulsion.

Inévitablement, vous voilà à votre tour blessé•e, ne pouvant faire autrement que de répliquer. Une nouvelle fois, le pire comme le meilleur est envisageable.

Vous voilà en conflit !

Vous comprenez alors l’importance PRIMORDIALE de la connaissance de soi et de l’autre, ainsi que la mise en lumière de nos compulsions !

Avec cette hauteur, vous cessez les réactions automatiques qui nuisent profondément à votre bien-être.
Mieux encore, vous installez dans vos relations cette sorte de sagesse contagieuse. L’harmonie !

Ainsi, quand le cas se présente, vous serez en mesure de dire :

  • « Ah ! Excuse-moi, je t’ai touché•e. Ce n’était pas mon intention…« 

Ou encore :

  • « Ce que tu viens de me dire me touche. Je me sens mal. Posons-nous pour en parler…« 

Toutes les problématiques relationnelles débutent généralement par une mauvaise communication.

********

Le fonctionnement de la vie

Gardez à l’esprit que les relations sont des espaces de croissance privilégiés. En effet, l’effet miroir ou la résonance étant omniprésent, il va de soi que l’inconscient de votre interlocuteur activera régulièrement vos failles inconscientes.

Entendez que ceci est le principe même de la croissance et que ce phénomène nous permet de mettre de la conscience là ou nous en manquons. Ainsi, nous devenons plus « éveillés », plus conscients et plus heureux.

La différence entre les relations heureuses et les autres se situe dans leurs capacités à vivre cette résonance. Quand certains accuseront l’autre de les faire souffrir, d’autres remercieront leur relation de les faire grandir.

À nouveau, tout est question de point de vue et de conscience.

********

Pour conclure :

L’Ennéagramme permet donc de :

  • Connaître ses talents, ses forces et de les mettre en application dans le monde.
    Ils permettront à la personne qui en fait usage de s’épanouir au travers de ce qui la passionne. C’est la réalisation de soi.
  • Connaître ses compulsions, ses peurs les plus profondes et inconscientes afin de s’en libérer.
    C’est l’acceptation de soi et l’ouverture sur une réalité plus grande. La libération de notre potentiel.
  • Vivre nos relations d’une toute autre manière, en prenant en considération l’autre dans sa globalité, avec ses failles et ses limites.
    Nous serons alors en mesure de le comprendre et de l’accepter avec bienveillance et réciproquement. C’est l’épanouissement relationnel.

========

Pour aller plus loin dans votre progression :

========

En lien avec le thème du jour :

Faites-nous part de vos commentaires en bas de l’article.

Si vous pensez que cet article peut aider d’autres personnes, partagez !

6 réflexions sur “L’Ennéagramme : Les bénéfices de la connaissance de soi et des autres”

  1. comment ecouter les video, lorsque je clic dessu, on me demande mon nom et courriel malgré le fait que je suis abonné. merci

  2. Bonjour Maxime
    Comme tu donnes beaucoup…en échange je t’ai fais parvenir via ma boite email le document en PJ que j’ai complété entièrement.
    Je suis ébahie par l’enchaînement qui s’est produit et ce à quoi j’abouti.
    Je ne crois pas me tromper en disant que mon profil est le 4 celui du créatif.
    Cela me paraît évident maintenant mais je n’en n’avais pas conscience à ce point avant de faire cette exercice!!!
    Du coup, je sais maintenant où se situe ma force et mon travail va consister dès aujourd’hui à l’utiliser tout le temps…si possible.
    Bémol…les peurs, grrrr…Il faudra les dompter!

    Merci, un grand merci

  3. Bonsoir et merci,
    Mettre des mots simples, clairs, facilite déjà la relation envers l’autre. j’ai hâte de connaître la suite car avec cette méthode, tout semble couler de source.
    Encore merci.

  4. Bonjour Maxime,

    J ai encore plus appris avec cette seconde vidéo. J ai particulièrement été impactée d apprendre que la Vie n’était pas un combat. J ai envie de vous dire: « ah bon? ». Cà résume mon quotidien…
    D autre part la relation à l’autre fait grandir. J ai compris de quelle façon mais c’est à croire que pour cela il faudrait qu elle n’aille pas de soi, qu elle soit presque problématique pour soulever les vrais questionnements sur son inconscient et sur ce qui touche quand l autre « agresse ». Mais n y a t il pas de relations toxiques? Qu il faut fuir absolument ? A force d’être trop « touché » ne risque t on pas d’être fragilisée, de perdre l ‘estime de soi, d aller à la destruction? Surtout si l’autre n a pas conscience de ses propres blessures et ne se remet jamais en question? Peut on être seule à prendre de la hauteur dans une relation?
    J adore ce que vous dites sur les aptitudes naturelles à développer. J étais enseignante et avais du mal à convaincre mes collègues que l’épanouissement des élèves ne passait pas forcément par un bon bulletin scolaire mais aussi et surtout par un accord avec leur personnalité et leur potentiel. Je suis de celles qui pensent que même un « cancre » a forcément une aptitude à développer et qu il faut simplement qu il la trouve.
    Je me suis retirée de l’éducation nationale. J en aurai perdu la santé….et suis à la recherche de mes aptitudes naturelles!
    Merci encore pour votre travail. J adore!J ai hâte de visionner la prochaine vidéo.

    Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.