fbpx

La zone de confort : pourquoi en sortir ?

Sortir de la zone de confort… On en parle beaucoup, à plus ou moins bon escient.

  • Que contient-elle ?
  • Quelles sont ses frontières ?
  • Pourquoi sommes-nous tant incités à en sortir ?

Voyons cela ensemble dans cet article.

========

Pour recevoir l’HappyNews, cliquez ici (vous recevrez gratuitement mon livre au format PDF par la même occasion)

========

La zone de confort : c’est quoi en fait ?

Et bien, c’est l’espace qui englobe tout ce qui nous est familier. 

Femme détendu dans son fauteuilAutrement dit la routine, le train-train, dans lequel on se sent en sécurité par son côté “sans surprises”, ni mauvaises, ni bonnes…

Et bien que le mot “confort” soit employé, il n’en est pas moins que la zone de confort intègre aussi les habitudes, pas forcément plaisantes et agréables. Comme toutes ces choses que l’on fait parce qu’on les a toujours faites.

La taille de la zone de confort dépend donc de chacun. Elle est dimensionnée selon notre parcours de vie, nos besoins, nos envies, nos objectifs, etc…

Pourtant, même s’il n’y aucun mal à s’y sentir bien, vouloir y rester indéfiniment peut transformer cet endroit douillet en une prison dorée.

“Vous êtes maître de votre vie et qu’importe votre prison, vous avez les clés” – Dalaï-lama

********

Pourquoi devoir en sortir ?

C’est agréable et surtout rassurant de se trouver dans un cocon où tout nous est familier, où rien ne change. Un monde sans mauvaises surprises, et où même les bonnes peuvent être perçues comme des mauvaises, tant elles viendraient bouleverser notre équilibre…

  • Cependant, qu’on le veuille ou non, tout évolue. Le changement est INÉVITABLE et il s’imposera à nous.

Homme qui sort du cercle de sa zone de confortPar conséquent, afin d’évoluer et de progresser dans nos vies, il est nécessaire de sortir de sa zone de confort. D’ailleurs, chaque fois que nous faisons face à quelque chose de nouveau : une personne, une situation… Nous sortons inévitablement de notre zone de confort.

Et concernant toutes ces choses qu’on aimerait faire mais qu’on n’ose pas, quels sont les freins ?

Le mental –

Bien souvent, c’est cette transition entre peur et envie qui crée un conflit intérieur.

Car en effet, il n’est pas toujours facile de convaincre son mental qu’il y a des bénéfices au changement.

L’inconnu est forcément inconfortable et devoir s’adapter à la nouveauté demande trop d’efforts. Il crée donc une résistance à tout ce qu’il ne connaît pas.  

Et comme le mental s’inquiète en permanence, il va jouer de tous ses stratagèmes pour vous convaincre de rester dans votre zone de confort et de vous en contenter.

Il va se servir de vos peurs pour ne pas outrepasser les lignes.

“L’herbe n’est pas plus verte ailleurs” dit-on…

En fait, vous n’en savez rien et ne le saurez jamais si vous n’essayez pas. Ainsi, vous continuerez seulement à rêver ce que cela pourrait être et entretenir vos frustrations…

Les autres –

Tout le monde a le droit et a le choix de changer de direction à chaque instant de sa vie. Et là, vous sentez que c’est le bon moment pour vous. Mais voilà que vous devez faire face à des personnes qui vous font douter de la voie que vous êtes sur le point de prendre.

Portées par leurs bonnes intentions, elles tenteront de vous dissuader de vos décisions.

  • « Et tu n’as pas peur que… ? »
  • « Comment vas-tu faire si…? »
  • « Tu as pensé à ce que ça va entraîner ? »

Mais dites-vous bien que ces doutes, aussi légitimes et justifiables qu’ils soient, leur appartiennent.

Malgré leurs remarques, c’est votre décision et vous êtes le/la plus à même de savoir qu’elle est bonne et juste pour vous.

********

Sortir de la zone de confort : une question de feeling

Comme nous le disions, sortir de sa zone de confort est inéluctable pour grandir.

Mais pour que cet acte soit productif, il faut qu’il soit motivé par et pour vous-mêmes.

En aucun cas, quitter votre zone de confort ne doit vous être imposé.

C’est à vous d’en ressentir la nécessité, d’estimer si le moment est venu. Sortir de sa zone de confort ne doit jamais être ressenti comme une injonction de l’extérieur.

Si actuellement, votre zone de confort est alignée avec vos objectifs du moment, il n’y a pas d’urgence vitale à en sortir. Même si on essaie de vous convaincre du contraire, pour votre bien.

On peut encourager quelqu’un qui a envie, mais il est contreproductif de le pousser à aller à l’encontre de ses envies.

********

Comment dépasser les limites de la zone de confort ?

L’expression “sortir de sa zone de confort” est un peu galvaudée. Après tout, pourquoi devrions-nous quitter cet espace dans lequel nous nous sentons en sécurité ?

Il serait préférable de dire “agrandir son espace de bien-être”. En effet, nous ne sortons jamais vraiment de la zone de confort. Quand elle devient trop étroite, nous en repoussons simplement les limites. Et cela, tout au long de notre vie.

Vous pouvez aussi imaginer votre zone de confort comme un collier de perles, que vous souhaitez agrémenter avec de nouvelles perles. Chaque nouvelle perle viendra embellir votre collier.

Tout dépend de l’objectif –

Sortir de sa zone de confort est toujours propice à une meilleure connaissance de soi. Si on n’essaie pas, on ne peut pas savoir n’est-ce pas ?

C’est exactement comme découvrir un nouvel aliment : vous ne pouvez pas dire que vous n’aimez pas si vous n’y avez pas goûté.

Cela dépendra donc de votre objectif. Car si sortir de sa zone de confort ne se fait pas sur un coup de tête, il est également inutile de se mettre trop de pression. Il est même plutôt conseillé d’y aller progressivement pour ne pas se décourager.

Sauter du grand plongeoirSi l’objectif est de sauter du grand plongeoir devant des centaines de personnes, il vaut peut-être mieux commencer par le plongeoir moins haut, et à l’abri des regards.

Ou bien s’il est de pouvoir courir 5km, vous n’allez pas vous imposer l’entraînement d’un marathonien !

Le dépassement de soi doit être voulu et non pas pour épater la galerie, ou « faire comme les autres ».

De plus, baliser le parcours avec des étapes vous aidera à constater les progrès. Au fur et à mesure, vous y prenez goût et vous persévérez jusqu’à ce que cela devienne confortable.

Bravo ! Vous venez d’ajouter une nouvelle perle à votre collier !

Prendre le temps de s’adapter –

Il faut un peu de temps pour s’habituer à une nouvelle normalité, et des ajustements peuvent être nécessaires pour vous sentir à l’aise avec ce nouveau collier de perle.

En période de sortie de zone de confort, il est important de prendre soin de soi car cela peut être très sollicitant. C’est une phase d’évolution qui nécessite un temps d’intégration et de récupération. Un peu comme une grosse séance de sport.

Une chose est sûre, si cela a été motivé par votre propre décision, vous ne pourrez jamais regretter d’avoir osé dépasser vos propres limites.

Car vous n’avez certes rien à perdre en restant dans l’immobilité, mais vous passez incontestablement à côté de toutes les possibilités qui peuvent s’offrir à vous.

Femme portant un collier de perle à son couPar ailleurs, si vous savez qu’il y a une peur qui bloque votre réussite, ne tombez pas dans l’auto-sabotage. Il est nécessaire de vous faire accompagner. 

Si votre motivation est à la hauteur de vos ambitions, que vous êtes déjà conscients de vos blocages, le déclic peut s’opérer très rapidement !

Vous avez juste besoin de ce boosteur pour vous donner l’élan d’avancer 😉

Alors ouvrez la porte et sortez de votre zone de confort. Il y a un monde plein de belles surprises derrière !

========

Pour aller plus loin dans votre progression :

========

En lien avec le thème du jour :

Faites-nous part de vos commentaires en bas de l’article.

Si vous pensez que cet article peut aider d’autres personnes, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.