fbpx

Le pouvoir de la gentillesse – Les conseils bien-être d’Ilios

Lorsque l’on parle de gentillesse, on pense à « amabilité », « bonté », « politesse », « douceur »… Mais malgré les qualités qui lui sont associées, on ne peut s’empêcher de la considérer comme une faiblesse, car nous avons tendance à croire qu’elle rend vulnérable.

La gentillesse est en fait un terme complexe, derrière lequel se cachent plusieurs facettes.
Le moment est venu de réhabiliter la notion de gentillesse.

  • Et pour commencer, voici une courte vidéo issue des conseils bien-être d’Ilios Kotsou.

Bon visionnage !

========

Pour recevoir l’HappyNews, cliquez ici (vous recevrez gratuitement mon livre au format PDF par la même occasion)

========

Le pouvoir de la gentillesse – Les conseils bien-être d’Ilios (05:26mn)

========

1. C’est quoi “être gentil(le)” ? 

Dans notre société moderne, la gentillesse est un mot qui véhicule de nombreuses images, pas toujours très positives.

Prenons par exemple, l’expression “trop bon, trop con” qui connote la gentillesse à une forme de naïveté et donc comme une faiblesse, ou un défaut.

Dans la croyance collective, une personne trop gentille se fera forcément “avoir” car elle fera passer les besoins et les désirs d’autrui avant les siens…

📌 …En fait, il est essentiel de différencier la gentillesse de l’affirmation de soi. 📌

En aucun cas, reconnaître ses propres limites et les exprimer fait de nous des personnes méchantes.

Il est tout à fait compatible d’être gentil(le) tout en sachant se respecter soi-même. L’absence de gentillesse n’induit pas nécessairement la méchanceté.

D’ailleurs, nous avons tendance à opposer la gentillesse à la méchanceté. Mais en observant de plus près, le manque de gentillesse est plutôt lié à l’état de colère.

Personne ne peut dire : “Aujourd’hui, je suis heureux, car j’ai commencé la journée en colère”

********

2. Un pouvoir exponentiel !

En psychologie, la gentillesse est un concept profond et complexe qui est associé à l’empathie, à l’altruisme ou encore à la générosité.

 

  • 🍀 Selon des études menées, les personnes les plus heureuses dans leur vie quotidienne sont également les personnes les plus gentilles. 🍀

Une personne gentille possède des qualités relationnelles souvent plus développées que la moyenne, lui permettant de créer des relations saines avec son entourage.

Dans la pratique, remémorez-vous un acte de bonté totalement désintéressé dont vous avez été l’auteur, que vous avez reçu ou auquel vous avez assisté.

  • Qu’avez-vous ressenti à cet instant ?

📌 En somme, être gentil(le) fait du bien : 

  1. à celui qui l’est,
  2. à celui qui en bénéficie,
  3. à celui qui en est témoin.

Ainsi tout le monde profite de l’énergie générée par les actes de bonté

C’est là le cercle vertueux du pouvoir de la gentillesse : son impact se propage par ondes qui n’épargnent personne sur son passage !

De ce fait et compte-tenu des bienfaits que procure la gentillesse, plus on est gentil, plus on est heureux, plus on a envie de l’être, et ainsi de suite…

Et non seulement réaliser régulièrement des actions par gentillesse va augmenter votre niveau de bonheur, mais cela élèvera également votre estime de vous !

********

3. Mais comment être gentil(le) ? 

Tout d’abord, une question se pose : la gentillesse est-elle une qualité innée ou acquise ? Et bien, la réponse serait “les deux” :

1. L’être humain est foncièrement gentil

Si l’on considère que la gentillesse regroupe les capacités à vivre en groupe (politesse, courtoisie, compassion…), nous pouvons arriver à la conclusion que l’être humain est fondamentalement bon.

À moins évidemment, de souffrir de psychopathie ou de sociopathie, c’est-à-dire d’être de nature trompeuse et manipulatrice et dénué(e) d’empathie, rappelons-nous que l’être humain est un être social : 🍀 il a besoin de vivre en société pour survivre. 🍀

Des recherches ont démontré qu’une vie sociale épanouie augmente l’espérance de vie

…Et d’après les enseignements bouddhistes traditionnels, la communauté est même au cœur d’une vie heureuse !

À ces fins, l’humain est donc naturellement doté des capacités du “vivre ensemble” pour sa propre survie et même pour son bonheur.

2. Être gentil(e), ça s’apprend aussi

Le potentiel de gentillesse existe déjà en chacun de nous mais elle fait également partie des apprentissages que l’enfant va acquérir durant les premières années de sa vie.

En cela, les parents jouent un rôle prépondérant, puisque ce sont eux qui vont inculquer les principes fondamentaux nécessaires aux relations sociales (cf. la méthode pour apprendre le développement personnel en famille – Code promo : maxime)

  • Mais peut-on véritablement améliorer ces différentes capacités pour devenir quelqu’un de plus gentil ?

Si être gentil(le) est un état quasi spontané pour les enfants, cela demande plus d’effort chez les adultes. Nos habitudes, nos croyances, notre état émotionnel sur l’instant, peuvent nous faire réagir avec manque de gentillesse.

📌 Afin de relever son niveau de gentillesse, il est possible d’exercer un travail sur soi.📌

Mais encore une fois, être gentil(le) ne signifie pas renoncer à ses convictions, ni à ses valeurs. Il s’agit simplement d’adapter son comportement afin de faciliter les interactions avec autrui, tout en veillant à respecter notre propre seuil.

********

4. Comment reconnaître un “vrai” gentil ?

Parfois, nous pouvons remettre en doute la gentillesse d’une personne. Si certaines se montrent faussement gentilles, d’autres en revanche, possèdent de réelles et profondes qualités humaines.

Et en y regardant de plus prêt, il est assez facile de discerner le “faux” du vrai :

  • Les premières vont avoir tendance à grossir le trait, à surjouer avec un objectif sous-jacent de manipulation,
  • Intuitivement on pourrait se dire que ces personnes « cachent bien leur jeu »,
  • Dans les faits, toutes les occasions seront propices pour mettre en avant leurs actes de bonté,
  • Envers autrui, nous les trouverons exagérément flatteuses ou généreuses,
  • Ici, c’est l’ego qui détourne la gentillesse pour se valoriser…

——

  • A l’inverse, Les vrais gentils sont à l’écoute des autres sans pour autant se renier ou faire passer au second plan leurs propres besoins,
  • On dira d’eux qu’ils ont « le cœur sur la main »,
  • En général, leur attitude est juste, équilibrée et pondérée. Ils ne s’effacent pas mais démontrent au contraire une certaine forme d’authenticité, de confiance en eux, ainsi qu’un profond attachement à la notion d’égalité,
  • En fait, ils sont gentils sans chercher à l’être…

En bas de cette page, dans la rubrique « En savoir + » , amusez-vous à faire le test « Êtes-vous vraiment quelqu’un de gentil? » pour déterminer quel type de gentil(le) vous êtes 😉
Partagez votre résultat dans les commentaires !

========

A travers la gentillesse, nous pouvons atteindre une haute satisfaction autant personnelle qu’à plus grande échelle.

Oui, soyons gentils ! Mais de manière authentique et sincère, dénuée d’attentes. Tout en étant respectueux envers autrui et envers nous-mêmes.

📌 Ne nous privons pas de faire preuve de gentillesse, quelle qu’en soit la forme.

La gentillesse est une arme imparable pour notre bonheur. 📌

« Je peux me défendre contre la méchanceté  mais je ne peux pas me défendre contre la gentillesse. »  – Francis Blanche

========

En savoir +

Pour aller plus loin dans votre progression :

========

En lien avec le thème du jour :

Faites-nous part de vos commentaires en bas de l’article.

Si vous pensez que cet article peut aider d’autres personnes, partagez !

9 réflexions sur “Le pouvoir de la gentillesse – Les conseils bien-être d’Ilios”

  1. Nomballier Isabelle

    Article très intéressant. Être gentil envers les autres nous fait du bien et inversement. Quand c’est sincère sinon la fausse gentillesse est une forme de manipulation pour obtenir quelque chose en échange et la ça fait du mal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *