fbpx

Persévérance et obstination : quelles différences ?

La frontière est mince entre ces deux notions. Pas facile de définir les contours de chacune car elles sont souvent employées comme synonymes.

  • Alors comment faire la différence entre persévérance et obstination ?
  • Qu’est-ce qui nous fait pencher plutôt d’un côté que de l’autre ?
  • À quel moment la persévérance devient de l’obstination ?

========

Pour recevoir l’HappyNews, cliquez ici (vous recevrez gratuitement mon livre au format PDF par la même occasion)

========

Obstination et persévérance 2 styles d’entêtés

Têtu.e” : voilà peut-être l’adjectif qui mettra tout le monde d’accord. Ainsi, que l’on se définisse persévérant.e ou obstiné.e, nous voilà lancés avec persistance et ténacité dans une idée, un objectif à atteindre.

Si on se réfère aux définitions respectives de la persévérance et de l’obstination, on peut retrouver l’une pour définir l’autre.

Toutefois, on sent bien qu’il y a une nuance subtile entre les deux.

Intuitivement, on comprend que la persévérance est plutôt connotée positive. Une sorte d’entêtement “bien placé”. Alors qu’on notera un côté excessif dans l’obstination.

Selon Lise Bourbeau :

“La PERSÉVÉRANCE, c’est la qualité ou l’action de quelqu’un qui demeure ferme et résolu dans une décision, une action entreprise; il démontre de la constance, de la ténacité. C’est l’état d’une personne qui, malgré les obstacles, continue à travailler et à poser des actions pour atteindre un but.”

Pourtant, cette description pourrait aussi tout à fait correspondre à l’obstination non ?

Sur quoi elle ajoute :

“L’OBSTINATION se retrouve chez une personne qui s’attache avec énergie à sa façon de penser, à ses croyances. Elle reste convaincue d’avoir raison.”

Persévérance et obstination seraient alors les deux faces de la même pièce où l’une serait considérée comme une qualité et l’autre un défaut ?

********

L’obstiné sous le masque du persévérant

Un obstiné ne serait-il pas un persévérant qui aurait glissé du côté obscur ?

Car à première vue, rien ne différencie clairement les deux attitudes. L’un comme l’autre poursuivent leur but sans relâche, en faisant preuve de ténacité censée les conduire vers le succès.

Alors, il est fréquent qu’une personne portée à s’obstiner s’affiche comme étant persévérante et qu’elle en soit fière.
Il est d’ailleurs plus acceptable et valorisant de se définir soi-même comme étant persévérant plutôt qu’obstiné : “je suis quelqu’un qui ne lâche rien !

C’est dans le comportement que va se révéler la nuance. 

********

Obstination et persévérance : tout est dans l’attitude

La différence de comportement peut s’observer au cours d’une discussion.

La personne obstinée ne lâchera pas tant que son interlocuteur n’admettra pas qu’elle a raison. L’obstiné guidée par son Ego va chercher à convaincre que sa vision est la bonne. 

De ce fait, communiquer avec une personne obstinée n’est pas très motivant, ni constructif. La personne obstinée accepte mal les avis divergents. Par sa ténacité, elle finit par avoir l’autre à l’usure.

“C’est le dernier qui a parlé, qui a raison.”

À moins que la “discussion” se déroule entre deux obstinés. Et dans ce cas, le débat ressemblera à une guerre d’Ego où chacun restera sourd au discours de l’autre et partira certainement fâché de son côté.

La personne persévérante, quant à elle, expliquera que ce qu’elle entreprend est bon pour elle-même sans vouloir à tout prix convaincre. Elle exprimera sa propre opinion et expliquera pourquoi elle diffère de celle de l’autre.


Néanmoins, face à un obstiné ou quelqu’un qui n’adhère pas à sa vision, elle finira par lâcher prise en acceptant qu’ils ont tout simplement des opinions différentes et que ni l’une ni l’autre n’est meilleure.

********

Obstination et persévérance : qu’est-ce qui motive l’un et l’autre ?

Qu’est-ce qui les pousse toutes deux à autant faire preuve d’opiniâtreté, d’endurance, à tenir bon et à ne pas lâcher ?

Une personne obstinée veut absolument avoir raison par peur de quelque chose :

  • de l’échec,
  • de décevoir,
  • d’avoir moins de valeur,
  • de ne pas exister, …

Il y a comme une notion d’urgence dans l’obstination, un acharnement malsain. C’est presque une question de vie ou de mort. L’obstiné poursuivra son but “envers et contre tout”, même contre le bon sens. Il peut foncer tête baissée poussé par l’esprit de contrariété ou de rébellion. 

Dans la persévérance, on trouve plus de souplesse et de patience.

Pour arriver à son but, une personne persévérante n’est pas guidée par la peur, mais portée par ses Essences. Elle persévère par amour pour elle, tout en sachant se remettre en cause lorsque c’est nécessaire.

Cela ne signifie pas pour autant que le persévérant a plus de chance de réussite que l’obstiné. Les deux peuvent tout aussi bien atteindre des succès comme ne pas arriver à leurs fins.

  • La différence est dans le prix à payer, la qualité de l’énergie dépensée. 

L’obstination est énergivore, épuisante, pour les autres et encore plus pour soi.
La persévérance est motrice, elle nous tire et nous porte.

  • Vous l’aurez compris, l’énergie de l’obstiné est la peur alors que le persévérant est guidé par l’amour.

Si vous menez un projet depuis un certain temps, prenez un moment pour faire un point afin de vérifier si une peur se cache derrière votre persistance :

  • Qu’est-ce qui vous pousse tant vers cette direction ?
  • Pourquoi, pour qui le faites-vous ?
  • Que cherchez-vous à prouver ?

Il est important de le savoir, car en prenant le dessus, la peur fait prendre les mauvaises décisions et vous finirez par vous épuiser ou aller droit dans le mur.

« Si la cause est bonne, c’est de la persévérance. Si la cause est mauvaise, c’est de l’obstination. » – Lawrence Sterne

********

Savoir quand c’est le moment de renoncer 

Pourquoi s’acharner à rester sur un chemin en sachant pertinemment que cette direction n’est pas la bonne pour soi ?

La vision de l’obstiné étant étroite et rigide, remettre en cause tout ce qu’il a déjà entrepris jusqu’à maintenant lui semble insurmontable.

En effet, il s’est fait un devoir d’aller jusqu’au bout de son engagement pour une question de :

  • fierté
  • honneur
  • éthique

Et ce, coûte que coûte, même si dans le parcours il réalise que le projet ne fait plus sens pour lui.

Poursuivre obstinément des objectifs pour de mauvaises raisons est malsain et peut  mener à sa propre destruction.

  • Il est temps d’arrêter de vouloir faire rentrer des ronds dans des carrés ! 

Dans l’obstination le lâcher prise est difficile. Si parvenir à en démordre vous apparaît comme une barrière infranchissable tant votre idée fixe est ancrée en vous, il devient nécessaire de vous faire accompagner.

Autorisez-vous une pause et prenez conseil auprès de personnes avisées.

En effet, si ce n’est votre Ego, rien ne peut vous empêcher de reprendre possession de votre destin et d’admettre que le chemin que vous suiviez jusqu’à maintenant, s’avère finalement ne pas être pas le bon.

Un mauvais départ ne vous oblige pas à rester dans le train jusqu’au terminus. Vous pouvez descendre au prochain arrêt !

Comme une personne persévérante, si la méthode habituelle ne fonctionne pas ou plus, changez tout simplement de stratégie.

Si on résume, persévérer c’est poursuivre son but tout en étant capable de modifier la trajectoire.C’est bien le manque de souplesse et de flexibilité qui transforme la persévérance en obstination.

Alors, persévérer « OUI », mais sans vous obstiner 😉

========

Pour aller plus loin dans votre progression :

========

En lien avec le thème du jour :

Faites-nous part de vos commentaires en bas de l’article.

Si vous pensez que cet article peut aider d’autres personnes, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *