fbpx

Comment prendre les “bonnes” décisions ?

Les changements font partie de la vie. Nous vivons de petits changements chaque jour et, de temps en temps, certaines situations nous mettent au pied du mur car elles nous demandent de savoir si nous voulons avancer ou rester là où nous sommes.

  • Le moment est donc venu de prendre une décision et d’agir !

Mais comment savoir si la décision que nous sommes sur le point de prendre sera la bonne ?

Plus on comprend le processus de la prise de décision, plus on a de chance que ces décisions correspondent à des souhaits profonds et alignés avec notre être.

========

Pour recevoir l’HappyNews, cliquez ici (vous recevrez gratuitement mon livre au format PDF par la même occasion)

========

1. Définir ce que vous voulez

Avant de prendre une décision, nous avons besoin de définir ce que nous voulons. Et pour cela, demandons-nous :

  • De quoi ai-je envie ?
  • Qu’est-ce qui me plairait ?

Cela paraît simple, mais prendre une décision, surtout “la bonne”, peut demander parfois beaucoup de réflexion :

  • Nous mesurons les risques,
  • Nous voyons si cela vaut la peine ou non.

Et c’est là que surgit le fameux conflit intérieur : chaque fois que nous essayons de créer un changement, nous devenons à la fois « juge et partie ». Alors comment gérer le dilemme en nous ?

🍀 Toutes nos décisions et nos actes sont guidés par deux énergies : celle de l’Ego et celle de l’Intuition

Voyons la mécanique de chacune afin de bien les identifier lorsque l’une ou l’autre se manifeste.

_____

– L’énergie de L’Ego – 

Généralement c’est lui qui se pointe en premier; il retentit comme une sirène d’alarme : “ALERTE” !
Chaque changement le met en panique car il se sent en danger.

Afin de lutter pour sa survie, l’Ego nous persuade que nous ne serons en sécurité qu’en contrôlant l’extérieur. Il guide vers la quête des plaisirs : argent, succès, biens matériels…

Son discours est contradictoire car :

 “l’Ego souffre de ses désirs non satisfaits et aussi par peur de souffrir si ses désirs se concrétisent” (Extrait de « La guérison des 5 blessures » – Lise Bourbeau)

Gardez à l’esprit qu’avec l’énergie de l’Ego, vous aurez davantage tendance à ne pas vous sentir vraiment satisfait(e), à ne pas atteindre un épanouissement constant et à avoir le goût d’une victoire amère et temporaire.

Il empêche notre libre arbitre et nous pousse à réagir dans la précipitation en créant des “fausses opportunités” : “Si je ne le fais pas tout de suite je vais rater le coche”. Ce type de croyance peut entrainer des comportements tels que l’achat compulsif ou bien l’entrée précipitée dans une relation, de peur que l’autre ne veuille plus de nous…

_____

– L’énergie de L’Intuition –

Sa voix est plus discrète et se manifeste plutôt dans le ressenti. Elle résonne à l’intérieur de nous. Vous ne pouvez l’entendre qu’en lui faisant de la place, et pour cela, il est nécessaire d’y porter une attention particulière. Son langage se traduit à travers nos émotions. D’ailleurs ne dit-on pas : « je le sens« , ou « je ne le sens pas » ?

C’est pour cela qu’il peut être assez perturbant de suivre son intuition, car elle ne peut pas se justifier de façon rationnelle et concrète. De ce fait, nous avons tendance à lui accorder moins de crédit et la laissons de côté…

  • Mais, l’Intuition ne se trompe jamais ! 

Et lorsque votre décision est la “bonne” pour vous, vous remarquerez que les émotions que vous ressentez sont agréables et durables ! Ce sont là vos Essences.

🍀 Sentez si vos Essences sont présentes en vous imaginant dans telle ou telle situation. 

Aussi, une fois que vous avez défini ce que vous souhaitez, posez-vous donc la question suivante : 

Si toutes les circonstances étaient parfaites, si j’avais tout le temps, l’argent, les moyens nécessaires et que je ne dérangeais personne, qu’est-ce que je voudrais pour moi ? Cela m’aiderait à être ou me sentir comment ?”

La “bonne” réponse doit vous enthousiasmer, ou tout du moins vous permettre de vous sentir mieux. 

En se fiant à notre Intuition, nous pouvons être tout à fait sereins sur notre décision, peu importe si celle-ci est validée ou non par l’extérieur (conjoint(e), famille, amis…).

  • Laissez-vous guider par votre intuition car elle ne souhaite que le meilleur pour vous.

Si au début, la distinction peut sembler difficile, autorisez-vous à expérimenter les deux voies et choisissez consciemment à chaque instant, celle qui vous convient le mieux.

Pour faire simple, dites-vous que l’Ego freine des quatre fers alors que l’Intuition encourage.

********

2. Qu’est-ce qui nous empêche de décider et donc d’agir ?

A la différence de “choisir”, qui est lié à une proposition de possibilités au nombre limité, parfois même subie (exemple : ultimatum, chantage), “décider” demande une réelle volonté et un engagement de soi.

Ainsi, prendre une décision est déjà un premier pas, mais totalement inutile si elle n’est pas suivie d’une concrétisation.

Cependant, à l’idée de tout ce que cela provoque en nous, les efforts et les autres actions que cette décision entraîne, on peut finir par se décourager d’avance…

C’est alors que nous nous trouvons tout un tas d’excuses, toutes aussi convaincantes les unes que les autres, pour finir par renoncer, persuadés de faire preuve de réalisme et de bon sens…

_____

– Quitter la zone de confort –

Les grands changements sont rarement simples. Même si nous sommes heureux et sûrs de notre décision, il y a toujours quelque chose que nous laissons derrière nous :

  • Une habitude,
  • Un lieu,
  • Une personne,
  • Un peu de qui nous étions…

Cela peut être inconfortable, douloureux et faire peur…

Mais le changement est bon, et surtout nécessaire. Changer apporte de nouvelles opportunités, de nouveaux apprentissages, de nouvelles expériences, de nouveaux défis. 

Si vous êtes déterminé(e) à le faire, vous êtes déjà sur la voie du changement !

_____

– Attendre “les conditions parfaites” –

Une chose est sûre : les conditions parfaites n’existent pas, car tout peut toujours être mieux ! Alors, soit vous prenez une décision, soit vous ne le faites pas. 📌 Mais décider d’attendre “le jour où”, revient à décider de ne rien faire.📌

Il arrive également que nous attendions un signe pour valider et cautionner notre décision.
Ce n’est pas nécessairement une mauvaise méthode, mais si l’Ego s’en empare, vous êtes quasiment sûr(e) de rester dans le statu quo, car il vous figera en créant des peurs irrationnelles.

Tout au mieux, il préfèrera ignorer le signe ou bien l’interpréter et l’arranger à sa sauce. Et vous passerez à côté de ce qui pouvait être une bénédiction… 

Sauf si nous changeons notre idée de la perfection en considérant que tout est déjà parfait maintenant, et que tout est déjà réuni pour vous permettre d’avancer !

********

3. Comment passer à l’action et garder le cap ? 

Fort heureusement, concrétiser une décision ne requiert pas nécessairement une grande révolution !

Poser une pierre à la fois est bien plus réalisable et efficace : une action en entraînera une autre, un rendez-vous entraînera des rencontres et …

Toutefois, il arrive que nous culpabilisions du fait de :

  • ne pas avancer assez vite
  • ne pas aller au bout des choses
  • ou encore de les faire à moitié…

Alors comment trouver le moyen de prendre l’élan d’avancer, et de maintenir le mouvement ?

Pour cela, il est important de bien distinguer le manque de motivation de la procrastination.

_____

– La procrastination –

Nous pouvons nous en vouloir de toujours repousser au lendemain ce que nous pourrions entreprendre le jour-même. Mais procrastiner est plutôt lié à ce qui nous semble contraignant et donc pas épanouissant. Comme faire les courses, les tâches ménagères…

Ce ne sont évidemment que des exemples car il est complètement concevable que certaines personnes trouvent une forme d’épanouissement dans ces tâches.

Mais en bref, ce sont tout ce qui ressemble à des corvées que nous repoussons volontiers à plus tard, et que nous finissons par faire, par obligation.

_____

– La motivation – 

Le manque de motivation est plutôt causé par le fait de ne pas savoir ce que l’on veut.
La motivation c’est ce qui motive un acte, un comportement, ce qui nous pousse à agir.

Partons du principe que, ça y est, la décision est prise et supposons que celle-ci est de vous mettre au sport.

Demandez-vous : “Quelle est ma motivation pour me mettre au sport ?” Est-ce pour :

  • être en forme physiquement ? 
  • perdre du poids ? 
  • avoir un beau corps pour être plus aimé(e), plus admiré(e)?
  • faire plaisir à mon/ma partenaire ?
  • tenir compagnie à un(e) ami(e) ?

Les réponses à ces questions sont vos motivations. Pour savoir si elles sont “viables”, vérifiez pour quoi et pour qui vous vous engagez.

Les vraies motivations sont celles qui viennent de votre Être. Vos décisions comme vos choix doivent vous aider à vous sentir mieux.

Soyez certain(e) que le changement vous convient à vous, et pas à quelqu’un d’autre.  Cela demande d’être honnête envers vous-même car vous êtes la seule personne qui déterminera votre chemin à suivre.

Faites ce que vous êtes en mesure de faire à chaque instant et voyez où cela vous mène.

********

4. Être tolérant avec soi-même et faire confiance en la vie

Le changement n’est pas toujours facile. Tout est question de confiance, pas uniquement en soi, mais surtout en la vie !

Si vous êtes déterminé(e) à changer, alors changez comme vous le pouvez. Vous êtes déjà sur la bonne voie.
Continuez à vous améliorer, car c’est en cela que consiste à prendre la décision de changer.

Lorsque nous avons pris la décision, il est courant de se focaliser sur la façon dont les événements vont se dérouler et de ne pas vouloir déroger à la vision que nous nous en sommes faite.

  • La peur de perdre le contrôle va réveiller des émotions comme l’angoisse, le stress etc… 

Avoir un côté trop rigide et perfectionniste peut créer ce comportement. 


Pour éviter cela, autorisez-vous un peu de souplesse :

  • Ne figez pas une image,
  • Oubliez les attentes,
  • Soyez ouvert(e) aux surprises et aux imprévus qui peuvent survenir, car ceux-ci peuvent s’avérer être encore mieux que ce que vous aviez pu imaginer !
  • Donnez-vous le droit à l’erreur…

En cours de route, nous pouvons nous sentir perdus… Mais être perdu(e) permet de vérifier notre boussole intérieure, et ainsi de savoir où nous voulons être et vers où nous voulons aller.
Et finalement, il se peut même que la destination se trouve modifiée ! Alors permettons-nous de faire quelques détours.

Plus que la destination, le plus important est le chemin que nous parcourons.
D’ailleurs la joie ne se trouve pas lorsqu’on finit une activité, mais bien pendant qu’on la fait n’est-ce pas ?

Faites preuve d’auto-compassion pendant que vous travaillez à reconstruire votre vie.
Pour le reste, nous n’avons pas à nous en faire car les décisions que nous prenons sont toutes utiles à notre croissance.

Et tout l’Univers se charge de cela, en nous menant là où nous devons être.

========

Pour aller plus loin dans votre progression :

========

En lien avec le thème du jour :

Faites-nous part de vos commentaires en bas de l’article.

Si vous pensez que cet article peut aider d’autres personnes, partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *