En quoi l’estime de soi est fondamentale dans nos relations amoureuses

De mon point de vue la véritable question de l’estime de soi est : Est ce que je mérite le meilleur ? Dans le sens : Est-ce que mon estime de moi-même me permet de me donner le meilleur ?

Aimer, estime de soi, respect de soi, amour

S’aimer, s’estimer, c’est se donner le meilleur !

Il ne s’agit pas du meilleur par rapport aux autres, qui serait une approche purement égocentrique et nombriliste, fruit de notre mental et de notre égo. Non je parle ici du meilleur de « son propre » point de vue, de son meilleur à soi-même, celui qui nous correspond à nous-même ! Le meilleur pour nous, celui qui est nécessaire à NOTRE bonheur !

L’estime de soi est avant tout une question de respect de soi-même, de ses valeurs, de ses convictions, de sa santé, de son amour, de son bonheur…

 

Se respecter pour « choisir » sa relation

Si vous ne vous donnez pas ce meilleur, vous êtes en droit de vous demander ce que vous vous donnez à la place !? Je vous donne des exemples : Le moins bien ? Le satisfaisant ? Le passable ? Le médiocre ? Pire encore…!?

Alors ?! Vous méritez quoi de votre point de vue ? Quelle relation méritez-vous d’avoir selon vous ? Vous avez droit à quoi ?!!

C’est primordial et extrêmement important.

Le respect : L’amour de soi et de l’autre

Le respect : L’amour de soi et de l’autre

Vous pouvez vous posez la question autrement : Si vous ne méritez pas ce meilleur, alors à quoi renoncez vous ? Quels sacrifices, avant même le début de la relation, êtes-vous prêt à faire ? Vous renoncez à quoi de la part de votre partenaire ? Sa gentillesse ? Sa compréhension ? Sa présence ? Au sexe ? Aux mots doux ? Aux moments privilégiés ? Aux petites attentions ?… A quoi ? A quoi êtes-vous prêt à renoncer ?….  A rien ?

C’est important comme question, car une fois le choix fait, et tant que vous resterez dans cette position, venir se plaindre ne sera plus possible ! Vous aurez choisi autre chose que le meilleur, il sera donc bien normal que vous viviez, pour ne pas dire subissiez, autre chose que le meilleur !

Ce qui est essentiel pour vous et pour votre bonheur à deux finira tôt ou tard par vous manquer, vous en serez fatalement malheureux(se).

Il sera trop tard pour se dire que l’autre n’est pas assez ceci ou pas assez cela, que c’est de sa faute ou qu’il exagère….

Ce sera le moment de se dire avec la plus grande honnêteté possible que oui j’ai choisi cette relation volontairement, et donc oui, je suis au moins à 50% responsable de ce qui m’arrive. Car c’est aussi cela la vérité !

Le but n’est pas d’enfoncer le couteau dans la plaie. Mais il est important de prendre conscience de certains de nos choix afin d’être plus heureux. Voilà juste l’intention.

Dorénavant, avant d’entamer une nouvelle relation, pourquoi ne pas prendre le temps de vous interroger.

Pourquoi ne pas se poser simplement la question de savoir si cette relation « humaine » – avant d’être amoureuse – vous respecte pleinement ?

En y réfléchissant bien, tout se joue au tout début de la rencontre, voir même, avant celle-ci car le succès de votre relation est intimement lié au respect de vous-même.

En effet, si vous décidez d’entrer en relation avec une personne ne correspondant pas en tout point à votre prince ou votre princesse, vous manquez dès lors de respect de vous-même. La suite est très logique et inéluctable ! Vous souffrirez tôt ou tard de cette relation. Et si vous vous respectez un minimum, un jour viendra où vous l’arrêterez.

A l’inverse, si vous ne l’arrêtez pas, cela signifie que vous vous autorisez sciemment à être malheureux (se). C’est un choix que seul vous, pouvez faire.

Se respecter pour NE PAS se « juger »

Le jugement n’est pas la croissance. Nous faisons de notre mieux là ou nous en sommes.

Vous aviez, à ce moment là, fait de votre mieux et avec ce que vous aviez comme expérience et connaissance. Vous aviez un certain niveau de conscience qui vous a permis à l’époque de vous engager dans cette relation. Et fondamentalement, vous avez bien fait car vous avez appris des choses.

Par exemple, vous avez peut-être appris à vous respecter davantage en étant avec une personne qui ne vous respectait pas, peut-être avez-vous appris à prendre des initiatives en étant avec une personne qui n’en prenait pas ou trop, peut-être avez-vous été inspiré par une personne très imaginative, peut-être avez-vous appris à être plus autonome au contact d’une personne qui ne l’était pas du tout ou trop, peut-être avez vous appris à aimer auprès d’une personne qui vous a aimé…. Ainsi de suite.

Cette expérience vous a donc permis de mieux comprendre et de mieux vous comprendre. Vous savez mieux à présent ce que vous ne voulez pas ou plus. Par conséquent, vous vous rapprochez également de ce que vous voulez vraiment !

Alors réjouissez-vous !!

Si aujourd’hui, les choses ont changé, si votre évolution ne suit pas la même voie que celle de votre partenaire, ce n’est nullement de votre faute.

Vos choix ont été vos choix et appartiennent au passé. La culpabilité et l’auto-flagellation sont totalement inutiles.

Vous devez vous respecter pour savoir faire les choix qui vous sont importants, ces choix d’amour, pour et envers vous-même. Votre bonheur dépend de ces choix. Vous méritez votre bonheur comme tout le monde, vous devez faire des choix respectueux de vous-même sans vous juger.

Se respecter pour « quitter » la relation

« Avec » ou « sans » !!

Matrix, choix, respect de soi

Savoir faire des choix respectueux de soi-même

Un choix où l’estime et le respect de soi-même sont importants. Le choix, de décider de rester dans une relation qui ne nous convient pas ou plus, ou, de sortir de cette même situation pour se donner la possibilité d’être plus heureux(se).

De manière logique et rationnelle, tout le monde ferait la même chose, à savoir quitter cette relation dans laquelle l’épanouissement « n’est pas », et dans laquelle je suis malheureux. Mais voilà, ce n’est pas si simple ! ….

Dans certaines situations c’est effectivement une partie de la vérité, c’est difficile.

Difficile surement mais certainement pas impossible. Il s’avère même que c’est finalement très rarement le cas. La plupart du temps, on se l’interdit soi-même par manque de courage, par manque d’estime de soi, par peur de l’autre ou de l’inconnu… etc. Mais c’est rarement par impossibilité environnementale.

Si vous savez avec intuition que votre relation n’est pas celle que vous voulez, que la seule vraie solution pour vous serait de partir, mais que vous ne le faites pas, vous faites alors partie de cette catégorie de gens qui renoncent à leur bonheur pour toutes sorte de raisons.

Ces raisons sont surement très valable d’un certain point de vue, mais hélas, il n’y a pas d’issus pour l’épanouissement par ici.

Vous êtes effectivement condamné à « souffrir » jusqu’à ce que vous en ayez VRAIMENT marre et que votre souffrance devienne trop insupportable. A ce moment là, vous prenez enfin conscience que vous avez bien plus d’avantage à arrêter cette relation qu’à la continuer, et enfin, vous trouvez des solutions.

Au fond de vous, vous saviez déjà que c’était possible mais vous aviez trop peur à ce moment là. Quand la souffrance est trop dure à supporter, peur ou pas, vous partez. Alors n’attendez pas, c’est inutile et vous perdez votre temps.

Plus nous entretenons cette croyance que le bonheur à deux n’est pas possible ou que le rêve à ses limites et plus nous le créons.

Il nous reste donc deux choix :

  • Celui de changer ce point de vu pour le moins radical et créer une autre réalité pour enfin être heureux(se),
  • Soit de conservez ce même point de vue et d’assumer en conscience d’être « peu heureux », au travers d’une médiocrité de relation complaisante et satisfaisante dans laquelle il est normal de ne pas être épanoui.

Ces deux choix se respectent…

Il s’assument également par votre impossibilité de vous plaindre ! Vous n’en avez plus le droit. Si vous souffrez, vous le ferez alors en silence et en laissant les gens qui croient au bonheur, le mettre en place dans leur vie. Vous ne chercherez pas à nuire à votre entourage heureux sous prétexte que vous n’y arrivez pas vous-même, vous ne ferez pas de votre manque de bonheur personnel une généralité.

Tout cela se résume donc à deux options seulement :

  • Choisir le meilleur pour vous, de votre point de vue, pour tendre vers l’épanouissement.
  • Renoncer à ce qui est essentiel pour vous. C’est l’autorisation par vous-même, de ne pas être pleinement heureux ou épanoui. A terme de souffrir.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaises solutions, ni bien-ni mal, pas de bon ou de mauvais choix. Il n’y a que des choix et des conséquences.

Se respecter pour amener « le changement »

Changer de point de vue, se respecter et se donner le meilleur !

Changer de point de vue, se respecter et se donner le meilleur !

Avez-vous un avantage à rester dans votre situation actuelle si vous êtres malheureux(se) ?

Le réflex nous dis que non, bien sûr ! Il faudrait être fou pour rester volontairement dans une telle situation ! Et pourtant… Ce n’est pas de la folie, du tout, c’est juste de l’inconscience. Un peu comme si on ne réalisait pas.

De manière plus ou moins inconsciente donc, nous avons tous un intérêt à rester dans une situation quelle qu’elle soit. Et je pense que l’on y reste tant que la véritable remise en question n’est pas faite.

Nous sommes dans ce que l’on appelle « une zone de confort ». Et comme toutes zones de conforts, en sortir, est inconfortable car inconnue.

Notre mémoire, emmagasine des informations au fur et à mesure de nos expériences, de notre éducation, de nos croyances… Elle classe ces évènements par degrés de plaisir, de risque, de dangerosité….

Ainsi, de manière logique et par mesure de sécurité – qui est le besoin le plus fondamental de l’être humain – nous agissons de manière à retomber systématiquement dans cette zone. De la sorte, il n’y a pas de surprise, nous nous sentons sécurisé par cet environnement et ces habitudes connues. Bref, c’est confortable.

Ainsi, rester dans une relation, heureuse ou médiocre, constitue une zone de confort. On sait que l’autre est là – avec plus ou moins de qualité – mais là quand même. On a un toit, on a une image sociale, on a un confort matériel, on a un confort financier et surtout un confort émotionnel… etc etc Il n’y a pas de surprise ni d’inconnue, tout est bien rôdé.

Vouloir arrêter cette relation ou en sortir engendre par conséquent une modification de ses habitudes de vie. Ce que j’appelle nos conditions de vie sont amenées à changer. Et dans certains cas et pour certaines personnes ce choix demeure très compliqué.

Pourtant, nous savons que ce non choix génère plus d’inconvénients que d’avantages. La médiocrité s’installe et le goût des choses s’estompe peu à peu.

Cette zone de confort devient finalement inconfortable de part son manque d’épanouissement.

Comme précédemment, nous finissons tôt ou tard par réagir et décider de changer. Cette zone de confort, à terme, s’appellera : Conflit, souffrance, destruction, violence, haine….

Et ce passage permettra « le changement ».

Encore une fois, il aura fallu attendre un certain seuil de difficulté, de violence ou de souffrance.

C’est le respect de vous-même, l’estime de vous-même qui déclenchera de manière plus ou moins rapide cette transformation.

Alors n’hésitez pas, respectez-vous !

Je mettrais en ligne prochainement des exercices tout simples pour renforcer jour après jour l’estime de vous-même. Mais vous l’avez compris : L’estime de soi repose sur le choix de se donner le meilleur. Et seul vous pouvez faire ce choix.

L’estime de soi – Christophe André. Médecin psychiatre et psychothérapeute

Exercices pratiques pour valoriser son estime de soi et mieux se respecter

Tous les jours:

Se positionner devant son miroir et dire chacune de ces phrases 3 fois :

  • (votre Prénom) je t’aime, je t’aime vraiment (3 fois de suite)
  • Je m’aime et je m’accepte infiniment (3 fois de suite)
  • Je m’aime et je me respecte (3 fois de suite)
  • Je m’aime et je me pardonne (3 fois de suite)

Cherchez à exprimer ses phrases avec votre coeur, de manière sincère et sans jugement. Une petite voix culpabilisant ou cherchant à démentir fera peut-être son apparition, si c’est la cas, observez là, simplement, et continuez.

Faites vous confiance et persévérez.

A lire également :

  1. Le prince et la princesse charmante, une question de point de vue !
  2. Essence | Qualité | Forme
  3. Changer de regard & Optimisme – Les conseils bien-être d’Ilios Kotsou (vidéo)
  4. Comment arrêter définitivement ses schémas de répétition
  5. Comment bien commencer sa relation amoureuse ?
  6. Psychologie positive : La vie nous veut du bien !

Clique sur « j’aime pour partager cet article 😉


14 Comments to En quoi l’estime de soi est fondamentale dans nos relations amoureuses

  1. vivi dit :

    Bonsoir a tous,
    quel bonheur de tomber sur ce site!
    Je suis aidé par une psy depuis un an maintenant après avoir eu le « fameux déclic » : envie d’être enfin responsable de ma vie!
    Mais j’ai été élevé dans les « peurs », avoir peur de tout et tout le monde.
    J’ai encore beaucoup de difficulté à avancer mais je crois que je ne suis pas d’une nature patiente!
    J’ai encore souvent peur de me tromper ou de ne pas être à la hauteur.
    J’apprends à me connaitre et à me respecter.
    J’ai encore du mal a déchiffrer ce qui est bon pour moi de ce qui ne l’ai pas. Tant au niveau pro que relationnel.

    bonne soirée à tous!

    • Maxime dit :

      Merci pour ce témoignage Vivi,

      Bonne continuation et souviens toi que le « chercheur sincère » trouve tout le temps ! Alors tu trouveras…

      Maxime

  2. Sior Daphné dit :

    Bonjour et tout d’abord merci pour vos précieux conseils.

    Je pense que je n’ai pas bien « saisi » la notion du « meilleur pour soir » au sein de cet article. Avant d’entamer une relation amoureuse, si on doit se poser la question de savoir si cette personne nous apportera le MEILLEUR pour nous, c’est impossible qu’on réponde oui. C’est à dire qu’il y aura forcément des choses ds la relation qui ne seront pas les meilleures pour nous. La personne parfaite n’existe pas en fait..
    J’ai peur d’être trop exigeante après avoir lu cet article dans mes futures relations amoureuses ?
    Mais je ne veux pas non plus ne pas être épanouie.
    J’aimerai trouvez un juste milieu, et je n’ai pas perçu la réponse à cela dans cet article.

    En attendant une réponse de votre part,
    je vous souhaite d’être pleinement heureux.

    • Maxime dit :

      Bonjour Daphné.

      Oui en effet. Ce n’est pas à la personne de nous donner le meilleur, c’est à nous-même de nous donner le meilleur. L’autre en face n’est pas responsable de notre bonheur et ce n’est d’ailleurs pas à lui de le faire.

      Le meilleur pour soi c’est le meilleur du point de vue de ses ESSENCES. Est-ce-que je me donne le meilleur : Est ce que je vis mes Essences dans cette relation.

      On ne demande donc rien à l’autre. L’autre est comme il est et il est très certainement la bonne personne au bon endroit et pour le bon moment, afin que notre évolution respective s’opère. Rien de plus

      J’espère que ces quelques lignes éclaireront votre chandelle. 😉
      Maxime

  3. Albane dit :

    Bonjour,
    votre article illustre parfaitement la situation dans laquelle je me trouve depuis plusieurs mois, à ne pas réussir à quitter mon copain dont je ne suis pas amoureuse, par manque de courage, peur, lâcheté… A vrai dire j’ai réussi à le quitter il y a deux semaines, j’ai pleuré pendant 2 jours puis ça allait mieux, j’avais l’impression de voir mon environnement sous un autre angle, mais il a voulu qu’on se revoir pour discuter et j’ai craqué (car je me demandais quand même si j’avais pris la bonne décision), je lui ai proposé qu’on se remette ensemble, et il a accepté, évidemment. Et à peine quelques jours plus tard j’ai compris que ma première décision était la bonne, mais je n’ose pas le quitter une nouvelle fois si rapidement… Satanée zone de confort!!…

    • Maxime dit :

      Satanée culpabilité surtout ! 😉
      Laissez-vous un peu de temps pour ressentir profondément ce qui fait sens pour vous.
      Laissez votre intuition profonde vous guider. N’hésitez pas à méditer pour faire cet exercice et ancrer tout cela.
      De la sorte, quelle que soit votre décision, ce sera la bonne car elle aura du sens et il n’y aura plus autant de doute.
      Vous êtes sur la bonne voie…

  4. Clotilde dit :

    Je dois avouer que j’ai pleuré en lisant cet article. Je viens, après une relation de 5 ans, d’enfin quitter cet homme. Et les mots de votre article m’ont profondément touchée, comme… une sorte de « tu as fait le bon choix ».
    Beaucoup de mes proches me l’ont dit quand j’ai pris ma décision, mais, je n’avais probablement pas encore intégré ce message et votre article me l’a enfin fait entendre.
    Merci.

  5. Elena dit :

    Merci d’avoir publié ces pages. Elles me rejoignent en tous points et elles seront l’aide que je vais utiliser pour passer au travers de ce que je vis présentement. La vidéo de Christophe André a si bien expliqué ce que je ressens en dedans et le fait que ce soit verbalisé plutôt que juste dans mes pensées ça aide à avoir une nouvelle vision des choses. Ça aide à comprendre mieux et à se positionner un peu différemment.
    Merci, merci infiniment.

  6. pascal dit :

    J’apprécie cet article mais je voudrais développer car il est un peu restrictif aux sens des relations de couple.Tu dis chercher encore et toujours ,se remettre en question ,d’accord!Par contre rien n’est dit sur la possibilité de trouver une solution aux problèmes du couple, pour toi j’ai l’impression que l’on jette le bébé avec l’eau du bain et on passe à autre chose .je me retrouve dans la video de C.ANDRE qui dit que nous vivons une pression du paraître et de l’immédiateté du plaisir sans concession d’une société basée sur le jeunisme avec la publicité et les médias en tête,les sites internet ;Mystic et autres soi disant faiseurs de couples plutôt fastmeet.Avec le temps moi-même je ne crois plus au mythe de l’amour et j’en suis plus heureux maintenant,je trouve simplement dommage que tu ailles dans ce sens.Il est bon aussi de rappeler que nous sommes des êtres de chair et de sang aussi.Notre cerveau et les production d’endorphynes et dopamine parmi d’autres gèrent notre état émotionnel dans les relations surtout au début et nous mettent des lunettes roses sur la relation durée 2ans et puis après ou l’on passe de la passion à l’expérimentation »au Je Nous Aime » sinon c’est l’option que tu décris retour à la case départ.A mon avis il ne faudrait pas que l’estime de soi exacerbée bloque l’harmonie ou crée une mésentente dans le couple.
    Merci

  7. TOMEI HUGON dit :

    Bonjour, j’ai bien lu et relu cet article, pourtant la décision est difficile dans la mesure où effectivement la relation amoureuse existe pour nous faire grandir. Quand on passe de l’inconscient au conscient et que les deux parties sont concernées, la relation est en pleine évolution, pourtant pas facile voir même désagréable les prises de conscience qui amène sa propre remise en question suite au schéma de croyance et quand la lumière est faite alors oui, je suis responsable de la situation que j’ai crée et merci. Merci à l’autre de m’avoir aider sur ce chemin. Le hic c’est le chemin car de prise de conscience en prise de conscience, de peur mise en lumière et bien on passe par des moments oufffff et je me dis souvent : j’arrête cette relation ?? pourquoi c’est si éprouvant? et là bing prise de conscience !! ah ben non effectivement cette expérience m’a fait grandir et c’est la raison d’être de cette relation !! mais pourtant ce n’est pas toujours facile d’être dans un bien être dans la relation quand on se remets en questions et que l’on se rends compte que cela faisait partie des schémas de répétitions et de croyances… et donc que l’on est responsable de se mal être … alors rester ou partir ??

  8. zoe dit :

    Bonjour !
    Quel plaisir de tomber sur ce site ! Que d’éclaircissements ! En fait je me rend compte que je savais déjà tout ça, une petite voix intérieure me parlait mais je refusais de l’admettre ! C’est difficile en effet de prendre la décision de partir, de dire qu’une relation ne nous convient pas… C’est difficile tout simplement de dire non ce n’est pas moi, ce n’est pas ce qui me rend heureuse », même si on le sait au fond. Merci d’avoir mis des mots clairs sur des sentiments difficile à comprendre. Merci mille fois !

  9. zoel dit :

    Bonjour !
    Quel plaisir de tomber sur ce site ! Que d’éclaircissements ! En fait je me rend compte que je savais déjà tout ça, une petite voix intérieure me parlait mais je refusais de l’admettre ! C’est difficile en effet de prendre la décision de partir, de dire qu’une relation ne nous convient pas… C’est difficile tout simplement de dire non ce n’est pas moi, ce n’est pas ce qui me rend heureuse », même si on le sait au fond. Merci d’avoir mis des mots clairs sur des sentiments difficile à comprendre. Merci mille fois !

  10. Af dit :

    Bonjour,
    Merci pour ces mots mis sur ce que je ressens… 30 ans d’un mariage houleux, et un dernier événement met à la surface un ‘non, maintenant je ne peux plus’ et puis, comme tous, l’hésitation, le confort, la crainte, l’inconnu, mon âge, 53 ans, comme la limite pour donner un coup d’énergie, la limite aussi entre la vie et la petite mort… et puis, des enfants sur le point d’obtenir un diplôme et se lancer dans la vie, et moi qui leur donne cette rupture en cadeau… que c’est dur ! je visite des appartements, parfois habités et je vois comme les gens peuvent vivre dans ce que j’appelle la désolation. Une projection de ce qui m’attend? car oui, avec un mari qui gagne bien sa vie et assume toutes les dépenses, mon salaire ne pourra pas m’offrir ce confort. Mais le bonheur, comme vous le disiez, de toute évidence ne se trouve pas dans ce confort non plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion