Comment prendre conscience de son « ÉGO » et de son « ÊTRE »


Être et Égo

Pour prendre conscience de son égo, il faut avant tout savoir de quoi l’on parle. Notre égo est une identité. Il est ce pour quoi nous nous prenons, il est notre personnage. L’égo est omniprésent, il est là tout le temps et prend plus ou moins de place au sein de  notre « conscience ».

Il est difficile de faire sans lui car nous croyons (à tort) qu’il est « nous » et nous ne savons pas faire la différence entre nous, et lui !

Se raconter des histoiresL’égo est de l’ordre du mental, il est : les histoires que nous nous racontons sur nous-même et les autres ou encore la vie, et auxquelles nous croyons.

Plus nous avons d’histoires en nous qui tournent en boucle et plus notre égo prend de la place. L’égo porte également le nom de « personnage ». Un personnage auquel nous nous identifions, nous sommes lui.

Par exemple, l’égo est la partie de nous qui sait ou croit savoir. C’est elle qui juge et se juge, c’est elle aussi qui critique et se critique, ou encore qui estime le « possible » de l’impossible, où prévaut des bonnes ou des mauvaises manières de faire…. C’est elle qui culpabilise et fait culpabiliser, c’est elle qui est fermée, qui a peur, qui se défend, qui doute….

Bref, c’est la partie de nous qui a toujours une histoire à nous raconter, qui a une opinion sur tout !

La reconnaissez-vous ?

Qui sommes-nous en réalité ? « L’être »

La présence

L’être est le vrai nous. Celui qui inclus toutes les autres parties de nous même. Contrairement à l ‘égo, l’être est accessible dans le présent, il est donc là tout le temps. Seul notre égo et notre non présence nous empêchent de le voir ou de nous y connecter.

L’être n’a pas de mécanisme de défense, il « est », point. Face à une situation, il n’est pas en réaction, il fait l’expérience de la dite situation, ne la juge pas, et agit ou pas dans le respect de lui-même. Il cherche à observer, comprendre et intégrer les expériences pour grandir davantage.

L’être est difficilement descriptible car il ne se trouve pas dans « le faire » mais dans « l’être ».

Seul vous savez si vous êtes présent à ce que vous faîtes, à ce que vous êtes véritablement. Avec la description d’un égo, vous pouvez déjà avoir une bonne idée de là ou vous vous trouvez la plupart du temps. Reste à chacun d’entre nous de faire de notre mieux en âme et conscience pour être heureux(se).

Nous sommes constitués de « 4 plans de conscience » :

Le mental :

C’est notre logique, notre raisonnement, notre compréhension. Ce plan est indispensable pour vivre sur la planète terre. C’est grâce à lui qu’il y a une continuité dans notre raisonnement. C’est aussi lui qui nous permet de nous faire comprendre.

Le corps :

Il est notre véhicule terrestre, c’est grâce et au travers de lui que nous faisons les expériences. Nos 5 sens : Le toucher, la vue, le goût, l’odorat et l’ouïe. Il est de ce point de vue un fidèle serviteur, toujours là pour nous si nous en prenons soin. Il nous protège et nous prévient également en nous avertissant par des sensations et douleurs corporelles. On dit que le corps parle, c’est une vérité à écouter sérieusement. Les malaises et les maladies ne sont pas des coïncidences ou des hasards, très loin de là. « Le grand dictionnaire des malaises et des maladies » (N°18) vous apportera d’avantages de précisions.

L’émotionnel :

C’est un des plus important. C’est notre guide, notre ressenti. C’est ce qui fait que nous faisons les choses ou non. « Je le sens ou je ne le sens pas ». Peut-être avez-vous remarqués que lorsque vous ne sentez pas les choses et que vous les faites malgré tout, le résultat va sans dire ! Je ne parle pas d’un a priori, mais d’un vrai ressenti 😉

Le bonheur est une émotion, vous pouvez donc en déduire l’importance cruciale de savoir reconnaître ses émotions pour apprendre à les installer chaque jour. C’est fondamental pour notre épanouissement.

Le spirituel :

C’est le sens que l’on donne aux choses et à la vie. Soit vous êtes là pour vous lever, aller travailler, manger et retourner vous coucher, soit vous réaliser qu’il y a autre chose…. Un sens plus profond de votre existence. Vos actions de tous les jours sont donc mises à profit de cette vocation aussi bien personnelle que professionnelle. La vie prend tous son sens, elle vous « remplie » vous rend heureux(se) et vous épanouie.

L’égo est donc une infime partie de nous-même. Importante certes, mais profondément insuffisante pour atteindre l’épanouissement. Les personnes heureuses en ont conscience et travaillent sur ses 4 plans de conscience de la nature humaine.

C’est un chemin épanouissant de jour en jour, le sens sûrement de notre vie 😉

Bricolage intellectuelLe reste…. : Du bricolage intellectuel 😉 😉 😉 😉

Donc plus nous sommes dans le personnage « mental » uniquement, notre égo, et moins nous sommes véritablement libres et heureux car nous « réagissons » (et non agissons), en fonction de paramètres limités et incomplets, plus que par réelle présence à la totalité de nous-même.

C’est un mode automatique qui se substitue au véritable « nous ».

Autrement dit, là où nous devrions « être » et agir de manière détachée et en conscience, nous sommes, par l’égo, en mode automatique « réactif » et principalement inconscient.

C’est à dire que nous ne cherchons pas à savoir pourquoi nous agissons de telle ou telle façon, nous considérons cela comme normal, faisant partie de nous-même et qui plus est, que nous justifions. « je suis comme ça », « moi je sais ce qu’il me faut »…. En fait, nous sommes alors identifiés à notre personnage, nous nous prenons pour lui et faisons preuve d’une grande fermeture à tout ce qui n’est pas nous !!! (de notre point de vue)

Dans cet état, nous ne sommes pas franchement libre puisque dépendant de cette façon unique et automatique de faire.

Comment : La naissance de notre « l’égo »

Avoir un égo est normal, il serait pleinement  constitué dès l’âge de 7 ans. Cela est donc logique, INCONTOURNABLE et là n’est pas le souci. Le souci vient de notre identification à lui et non de sa présence. La véritable problématique est de se prendre pour lui et de ne pas pouvoir s’en défaire. Le souci c’est de penser « être » une personne et de la défendre.

Notre égo se constitue donc progressivement dès notre plus jeune âge puis tout au long de notre vie par :

  • Notre éducation parentale et scolaire
  • Nos propres expériences qui font nos réussites et nos « non réussites »
  • Notre environnement sociale, professionnel que l’on appelle aussi « inconscient collectif » (Qui exige de nous des codes, des us et coutumes – En sommes, une bonne manière de faire)
  • Nos blessures acquises (ancestrales) ou créées (expériences douloureuses vécues et dont le deuil n’est pas fait)
  • Notre sensibilité personnelle
  • Nos peurs rationnelles ou irrationnelles
  • ….etc

Tous ces éléments influencent notre manière de penser de faire et d’agir. Nous croyons à des choses, vraies ou pas, puis, couches après couches, elles forment une identité : Notre égo !

Il se manifeste de manière spontanée et involontaire. C’est un mode automatique, presque indépendant et autonome.

Pourquoi : L’identification à son « égo »

MentalAinsi donc, l’égo/le mental naît, puis se construit.  Il se consolide par des couches successives d’expériences « jugées » et non remises en causes.

Certaines de ces expériences sont de notre fait, tandis que d’autres nous sont transmises ou inculquées généreusement et gracieusement.. 😉 !

Par exemple, dans le premier cas :

Certaines de nos expériences ont générés des conséquences que nous avons jugées en fonction de leur gravité (bonnes ou mauvaises) puis étiquetées. C’est à dire que nous pensons à présent que certaines choses sont bonnes pour nous et que d’autre non. Dans l’absolu cela pourrait être vrai, sauf que cette affirmation ne l’est que depuis un seul et unique point de vue : Le nôtre ! Cette même expérience, vécue par une autre personne, aurait pu avoir une toute autre interprétation. De plus cette expérience vécue à un instant « T » aurait pu être perçue différemment à un autre instant « T »

Les expériences sont ce que nous voulons en faire. C’est de notre pouvoir de faire d’une situation un désastre ou une opportunité !!…. Verre à moitié vide, verre à moitié plein / Pessimiste ou optimiste… 😉

Ceci est la preuve irréfutable qu’une partie de nous juge, étiquette et surtout GENERALISE ! La généralisation donne naissance à des a priori, une idée que l’on se fait des choses similaires, à ce que l’on a vécu……

Sans expérience personnelle, il ne nous reste que l’idée-reçue ! C’est mettre les choses et les gens dans des boîtes… C’est limitant et enfermant !

Dans le second cas….

L’expérience jugée N’à PAS été vécue, c’est un a priori, une idée reçue, C’est-à-dire que notre « personnage » anticipe et invente le scénario le plus probable de son point de vue. Pour ce faire, il se base sur la pensée majoritaire, l’idée la plus répandue, ce que font la plupart des personnes ou ce qui serait bien de faire…etc

La situation n’aura donc pas été testée, et pourtant, celle-ci est étiquetée, jugée et rangée ! On agit sans savoir, on parle sans connaître. C’est du mental, du non fondé… Bref, de la bricole !!!

Aussi, plus ces idées-reçues, a priori et préjugés sont nombreux, et ils le sont !, et plus nous sommes dans une pensée unique dont nous sommes sûrs et que nous ne voulons surtout pas remettre en cause ! 😉

Plus la certitude est grande et plus son inverse est impossible !!!

C’est ainsi que naît l’égo, par cette multitude d’opinions, fondées ou non, auxquelles nous croyons. Croyances après croyances, ces couches forment un personnage excluant ou rejetant tout ce qu’il ne pense pas être ou tout ce qui ne correspond pas à l’idée qu’il se fait de lui … C’est notre égo ! 😉

Se prendre pour son égo est avant tout inconscient mais reconnaissable par la souffrance et les schémas de répétition qu’il génère à celui qui le vit. Il est également à l ‘origine des conflits interpersonnels et empêche la paix intérieure.

La véritable liberté puis le bonheur passe par cette désidentification de nous-même. Il nous faut, pour être épanoui et heureux arrêter de se prendre pour quelqu’un ou quelque chose et ainsi laisser place à ce que nous somme VRAIMENT : « L’être »

La désidentification passe par trois étapes : L’auto-observation, la pleine acceptation, et la présence.

Si votre vie vous convient parfaitement et si vous vous sentez heureux(se), rien ne sert de chercher des poux là où il n’y en a pas. Continuez comme vous faites et laissez-moi votre témoignage de personne heureuse ou plus heureuse qu’avant… Merci d’avance 😉

Ce passage de désidentification est compliqué. Nos repères ne sont plus, c’est de l’inconnu. Nous sortons de notre zone de confort et de nos habitudes. C’est de la remise en question, une nouvelle ouverture…. Notre Égo en à horreur ;-).

Donc désagréable et perturbant. Même si au fond de nous, nous en connaissons les bienfaits, beaucoup (surtout les personnes isolées) s’arrêtent avant le changement… COURAGE !!! Ce n’est qu’un passage et le bonheur se trouve juste derrière ! 😉

Le fonctionnement de « l’égo »

Le mental et l’égo sont facilement reconnaissables. Il sont dans le jugement de ce qui est. C’est à dire que le présent les insatisfaits et ils recherchent ailleurs ce qui pourrait les contenter.

Horloge / Montre

Une autre piste, notre mental a toujours quelque chose à redire sur le passé ou le futur. La plupart du temps, le passé est utilisé pour se plaindre ou pour justifier du présent actuel (avec tout ce qui m’est arrivé, je n’ai jamais eu de chances, c’est de la faute de….). Le futur lui, prend souvent la forme de projections. Soit d’un avenir incertain et angoissant si vous êtes du genre pessimiste (c’est la crise, c’est pas facile, faut pas rêver…..), soit d’un avenir meilleur dans lequel vous serez heureux(se) plus tard….

Si vous êtes dans une de ces deux configurations, vous n’êtes donc pas dans le présent, vous êtes alors dans votre mental, et vous n’êtes pas épanoui. Revenez dans l’ici, maintenant ! Vous pourrez trouver des solutions à cette « problématique de présence » dans l’article Pourquoi méditeriez-vous ?

Le passé :

C’est fini ! Et ne sera plus jamais ! Avez-vous un avantage à « ruminer » inlassablement ? A quoi cela vous sert-il de rabâcher cette souffrance d’en temps ? Etes vous véritablement plus heureux(se) avec ? Dans quelle proportion vous ne voulez pas le lâcher ?

Pour notre égo, le passé est notre identité. Il nous permet de nous justifier sur ce que nous sommes devenus ou ce que nous vivons. Il est donc facilement compréhensible que dans certains cas, nous ne voulions pas la lâcher. Comment pourrions nous justifier notre vie sans cela !! 😉

Présent Passé FuturSans ce travail de deuil du passé, celui-ci se répète sous la forme d’émotions similaires. Souvent, les personnes cessent de vivre dans le passé lorsqu’elles en ont vraiment marre de souffrir d’une choses qui n’est plus et qu’elle font le CHOIX d’être heureuse. Sans ce choix, la déprime lancinante est omniprésente.

Pour dépasser ce cap, j’utilise personnellement l’accompagnement et la méditation pour accueillir et ressentir. Cet acte me permet d’accepter ce qui est, faire la paix et pouvoir vivre au présent. Même si, bien sûr, je n’y arrive pas aussi bien que je le voudrais 😉

Le futur :

On ne sait pas ! 😉 Le futur est une projection, une supposition créée par notre mental. Personne ne sait ce qui va lui arriver demain ou dans la seconde. On en a une idée bien sûr, on se doute de ce qui va se passer, mais fondamentalement, on n’en sait rien ! Et ça, pour le mental, notre égo, c’est insupportable ! 😉 Il veut savoir, contrôler et maitriser, c’est son job… ! Le bonheur ne se trouve pas dans le futur, il se trouve dans le présent.

Le bonheur est la capacité à vivre le moment présent. Si vous êtes dans le futur, le bonheur est inaccessible !

Je ne dis pas qu’il ne faut pas avoir de projets. Bien au contraire. Sans projets, sans rêves, sans but à atteindre, la vie n’a pas de sens. Mais ces projets se construisent depuis notre présent. Ce sont nos actions présentes de tous les jours qui façonnent notre futur. Donc oui ! Avoir des projets pour le futur, et mettre dans le présent, les actions concrètes correspondant à ce futur. Vous êtes donc ici et non ailleurs. Le futur n’est ni enviable ni inquiétant, le futur se créé de jour en jour, de seconde en seconde, d’instant en instant depuis maintenant. Le présent c’est aussi lâcher sur ce que nous ne maîtrisons pas !

Conflits interpersonnelsNotre égo se manifeste également dans nos relations interpersonnelles. Puisque nous nous prenons pour quelqu’un, nous avons une identité et une image à défendre !

C’est le règne du pouvoir et du rang social. On arrive même à tomber dans des clichés de réussite de la vie basée sur des conditions de vie, de la domination. La vie prend des allures de lutte contre l’humanité. Il faut être bon et le rester au risque de rater sa vie !!! Nous somme à ce stade bien loin du bonheur et de l’épanouissement recherché. Notre égo lui, est à 200% 😉

Notre mental est là en permanence et c’est normal. Qu’il ait le contrôle sur nous tout le temps est beaucoup plus gênant.

Il est important de l’observer et de le connaître car c’est également la seule solution pour en sortir. Cela est difficile car c’est notre façon d’être et de faire depuis tout temps ! L’égo ne fait hélas pas parti du programme scolaire (pour le moment). Il nous appartient à chacun de l’apprendre. Le bonheur c’est être libre de ses schémas inconscients, libres de ses réactions émotionnelles… Notre éveil et notre épanouissement en dépendent.

Aussi, pour savoir véritablement qui nous sommes, il faut aller au-delà de notre personnalité, de notre égo ou de notre mental. Il nous faut aller dans notre être, dans notre âme. L’idée n’est pas de choisir entre l’être ou l’égo mais de reconnaître et « mesurer » la proportion de chacun d’entre eux, en nous.

Conclusion :

  • L’égo est une identité, il représente « le faire », le passé et le futur. Il est également à la source des conflits interpersonnels, des peurs et de la résistance à la vie. (la non résilience).
  • L’être est dans le présent et est là tout le temps. C’est notre « VRAI nous » qui inclus les 4 plans de notre conscience : Le corps, le mental, l’émotionnel et le spirituel. Nous sommes ces 4 éléments et non un simple mental ou égo !!!!

Qu’en pensez-vous ? La parole est à vous….

  • Quels plans de conscience vous reste-t-il à travailler ?
  • Avez-vous certaines certitudes inconditionnelles sur vous ou sur la vie ?
  • Avez-vous l’impression d’être en mode automatique certaines fois et ne rien pouvoir y faire ?

Sur le même thème :

  1. 4 mots de vocabulaire indispensables !
  2. Essence | Qualité | Forme
  3. Psychologie positive : La vie nous veut du bien !
  4. Savoir gérer ses réactions émotionnelles et ne plus en être dépendant
  5. Comment nos propres visions du monde conditionnent-elles notre vie ?
  6. Pourquoi méditeriez-vous ? – Introduction

Cliquez sur « j’aime » si vous aimez. Partagez (bouton à gauche) cet article.


45 Comments to Comment prendre conscience de son « ÉGO » et de son « ÊTRE »

  1. kiribou dit :

    Bonjour, merci pour cet article il est facile d’accès et très intéressant. Toutefois j’ai du mal à comprendre quand le mental est évoqué ; parle-t-on de la même chose quand il est évoqué dans les 4 plans de conscience et quand il est affilié à l’égo ( « l’ego/le mental ») ? Si oui, cela veut dire que l’égo est intégré à l’être car il est lui même composé des 4 plans de conscience, donc il ne ferait finalement qu’un avec l’être ..? Ou bien est ce que le mental et l’égo sont juste rapprochés pat leur capacité à « juger » ?

    • Maxime dit :

      Bonjour Kiribou,

      Merci pour ce commentaire et pour votre question.

      Effectivement, notre « être » est composé de ces 4 plans de conscience : Mental, physique, émotionnel et spirituel. Nous sommes donc un mental, nous sommes un corps, nous sommes des émotions et nous sommes une âme. Tout cela est « nous ». Notre égo quand à lui est l’identification que nous-nous faisons de ces 4 plans de conscience et donc de nous-même. Nous-nous prenons pour un mental qui réfléchie et analyse, nous-nous prenons pour des personnes qui ressentent des émotions, nous les jugeons et les étiquetons, nous-nous prenons pour un corps, nous sommes brun, blond, petit, gros, et nous-nous prenons pour une âme. Pas que ce soit faux, mais c’est « figé » !

      Notre égo est indispensable pour nous construire afin de vivre et subsister sur le plan terrestre.

      Notre égo est le « chef » et lorsque à un certain moment de notre vie nous sommes dans cette phase où le besoin, l’envie, voire l’obligation d’évolution se présentent alors il nous dit : « évoluer ! toi ? il n’en est pas question » !

      Donc deux parties de nous luttent et souvent cela entraine, tristesse, échec,…
      Donner du sens à cela nous plonge dans le vide. Vide de sens, ou vide d’amis, de travail …. Ou tout à la fois en fonction de chacun, car chacun a son histoire !

      Alors « combattre l’égo » c’est oser en conscience rencontrer ce vide et au plus profond de ce vide rencontrer notre partie la plus lumineuse. Commence alors une partie de notre vie où l’on sait, où la joie est immense et très intime…
      Voilà le cadeau qu’amène l’égo, une dégustation de Soi à vivre….

      Si je parle souvent du mental comme de l’égo c’est parce que c’est souvent dans le mental qu’il se trouve le plus présent, c’est dans le mental qu’il s’identifie le plus.

      L’égo est la partie de nous qui identifie ce que nous sommes. Nous sommes donc encore bien différent de ce que nous pensons être ! Plus nous pensons être telle ou telle chose et plus nous nous trompons. La problématique liée à l’égo est d’exclure tout ce que nous pensons ne pas être.

      J’espère avoir répondu plus clairement à votre question

      Maxime

      • Bourgin Roger dit :

        Bonjour,
        Le problème est de croire que l’être humain doit être regardé comme un oignon : des couches successives qui se superposent les unes aux autres. C’est , en réalité, beaucoup plus simple que cela.
        L’être humain est composé d’une corps qui est visible (qui peut être appréhendé par les sens)et d’un esprit/âme qui est invisible (qui ne peut être appréhendé par les sens. C’est tout.
        Le corps relève de la matière blanche qui entre dans la composition de l’univers à hauteur de 5%. L’esprit/âme relève de la « matière » noire qui entre dans la composition de l’univers à hauteur de 25%. Je mets le mot « matière » entre guillemets, parce que ce n’en est pas une, mais il n’existe pas dans les dictionnaires de mots susceptibles de le qualifier. Du coup, les scientifiques l’appellent eux aussi, parfois, « corps subtiles », « corps éthériques ». Comme M. Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, les scientifiques font de la spiritualité sans le savoir ! Ce que l’on sait, en revanche, c’est que, contrairement à ce qui se passe dans la matière blanche, la « matière » noire n’est pas soumise aux lois de la physique et de la chimie, en particulier elle n’est pas soumise aux contraintes et aux limitations du temps et de l’espace. En outre, c’est elle qui structure l’univers : ressemblant à un réseau routier terrien, on s’est aperçu que les galaxies sont « agglutinées » soit en elle, soit « sur » elle.
        La « matière » blanche est regardée comme un « point de convergence », un point de conservation » et un « point de distribution ou de mise à disposition » pour toutes les informations qui circulent dans l’univers. N’étant pas soumise aux contraintes du temps et de l’espace, elle diffusent partout et instantanément dans l’univers toutes les informations qu’elle rassemble et lui venant de tous les points de l’univers également.
        Ceci ne rappelle-t-il pas quelque chose ? La « Conscience Universelle » dont parle les Traditions depuis des temps immémoriaux, « l’Akasha » ou la « Mémoire Universelle » portée par la Tradition Hindoue depuis des millénaires.
        L’esprit/âme humain, fait partie de la « matière » noire dont elle n’est jamais séparé, c’est pourquoi on dit de lui qu’il est un « individu », c’est à dire un « être » purement spirituel qui est « in divisio » « sans division ». En s’incarnant dans le monde de la matière blanche, il ne naît pas, il « n’est » … c’est du moins ce qu’on le pousse à croire. Et, à partir delà, tout est fait pour qu’il acquiert un ego « l’impression » que même en tant qu’esprit/âme il est « séparé », « impermanent », alors que seul son corps l’est.

        • mireilledebondt dit :

          Merci pour cette explication, j’ai beaucoup aimé :  » En s’incarnant dans le monde de la matière blanche, il ne naît pas, il « n’est » … c’est du moins ce qu’on le pousse à croire. Et, à partir delà, tout est fait pour qu’il acquiert un ego « l’impression » que même en tant qu’esprit/âme il est « séparé », « impermanent », alors que seul son corps l’est.

          • bourgin dit :

            Merci pour votre commentaire. Faute de place ici, mon exposé a été nécessairement court, donc incomplet, imprécis et maladroit . Accepteriez vous que je vous envoie un fichier de « pensées » beaucoup plus complet et explicite ? Si ouui, mon adresse mail est :[email protected]

  2. Sophie dit :

    Voici une citation de Michèle Guigon, artiste philosophe qui traduit bien ton article :

    « Le personnage en moi qui a toujours raison est celui qui me cause le plus de tort »

    et en voici une autre :

    « Avec l’humilité on devient grand, avec l’orgueil on se croit grand »

  3. Anne dit :

    Après avoir bien compris ces notions, commencé à y travailler pour les intégrer pleinement et donc entamé un combat en conscience avec lui (l’Ego), je vois qu’il s’est démultiplié, a pris encore plus de force et me terrasse complètement. En fait, plus je prends conscience de lui, plus il gagne du terrain…en réaction ?
    J’ai l’impression que c’est encore plus dur que lorsque j’étais dans l’inconscience, finalement…
    Ca me fait presque peur, je n’imaginais pas ça…

  4. Maxime dit :

    Bonjour Anne,

    Ne cherche pas à te débrasasse de ton Ego car c’est impossible. En fait, nous avons besoin de lui autant que le reste, nous sommes fait comme cela.

    L’idée n’est donc pas de le combattre mais de l’aimer et de l’accueillir. Tu es un égo, tu es un être, tu es une conscience.., tu es tout en même temps.

    Le problème n’est donc pas d’avoir un égo mais bien de se prendre exclusivement pour lui.

    Ton travail consiste donc à « observer » ces deux parties de toi-même. Personnellement c’est l’Ennéagramme qui m’a permis de faire ce travail de différenciation entre mon être et mon égo.

    Pour t’y aider, sache que l’égo fonctionne généralement avec le négatif, (les peurs et les doutes, la menace, les projections..) et l’être fonctionne dans l’Amour, (l’acceptation, le cœur, la présence..)

    Souviens-toi que tu es connecté en PERMANENCE avec ton être, mais que tu ne peux ressentir cette connexion qu’en état de « présence »… Aide toi de la méditation si besoin.

    Bon courage
    A bientôt
    Maxime

  5. Maximilien dit :

    Bonjour Maxime (on a presque le même prénom !), j’ai eu plaisir à lire cet article parce que je suis depuis quelque temps en train de comprendre l’implication de l’égo dans notre quotidien. Petite précision cependant, je ne suis pas d’accord avec le chapitre sur la généralité. Je pense que la généralisation est un outil intellectuel très important pour la prise de décision. C’est à dire qu’il faut à mon avis réserver le cas par cas pour les relations interpersonnelles uniquement, parce que le traitement des informations concernant les gens que l’on côtoie est un raisonnement à l’échelle humaine. Mais lorsqu’il s’agit de traiter un dossier collectif, la généralisation est nécessaire, sinon on tombe dans la relativisation de tout et on perd ses repères. C’est un raccourci naturel dont on ne doit pas avoir honte et qui nous protège.

    Au plaisir de vous lire,
    Maximilien

  6. ML dit :

    Bonjour,

    Je tombe sur votre article parmi d’autres alors que j’ai entamé une quête un peu particulière depuis quelques mois : celle du moi-même. Après des épreuves qui m’ont fait souffrir, j’ai décidé d’affronter toute la douleur et la rancoeur qu’il y avait en moi. Qui aurait cru que ce moi pouvait être si complexe et si profond. Ce qui m’intéresse dans votre article est la distinction entre l’être et l’ego. Je cherche à expliquer ces « absences » ou « automatismes » que je subis sans le vouloir. Je déteste cet état de non-contrôle sur moi même et surtout sur cette impression de ne pas être maître de mon temps.. Votre raisonnement se base sur des recherches ? Lesquelles ? J’aimerai lire plus sur ce sujet. Et comment lâcher prise par rapport au passé et au futur ? Deux choses qui m’empêchent de véritablement être ici …
    Merci en tout cas de m’ouvrir de nouvelles pistes de réflexion et en espèrant pouvoir avoir de précieux échanges avec vous.. ML

  7. Maxime dit :

    Bonjour ML,

    Ce que vous dites est un excellent exemple de distinction entre l’être et l’égo puisque la partie de vous qui « déteste cet état de non-contrôle » est justement votre égo, il est donc facile dans votre cas de le « repérer ».

    L’égo à peur de disparaître et la plupart du temps nous nous identifions à lui (c’est le penseur, le mental, l’intellect), sans lui, nous ne savons plus qui nous sommes (c’est en tout cas ce que nous croyons).

    En fait, sans lui, IL RESTE ce que nous sommes : Des êtres

    L’idée n’est pas de « tuer » l’égo, mais bien de faire en sorte qu’il ne prenne pas toute la place. Nous avons besoin de lui, certes, mais encore bien plus de « l’être ».

    Il serait intéressant dans votre cas de ne plus faire ce que vous dit Mr Ego, cela ferait de la place à Mr être… Commencez par accepter de ne pas tout contrôler par exemple et accueillez ce que cela vous fait.

    Cette vidéo devrait vous aider :
    http://heureux-dans-sa-vie.com/questionsreponses-comment-lacher-prise-et-faire-confiance-en-la-vie/

    Personnellement c’est l’Ennéagramme qui m’a permis de faire ce travail et les nombreuses formations approfondies dans ces domaines. Le suivie en accompagnement individuel également (depuis 2008).
    À ce jour, c’est la supervision qui me permet de « voir clair », sans tomber dans mes schémas.
    Tous mes témoignages, conseils et articles sont tirés de la psychologie positive adapté à l’expérience concrète et appliquée des évènements ma vie 😉

    Lisez ces livres :
    4. Mettre en pratique le pouvoir du moment présent
    5. Psychologie positive : le bonheur dans tous ses états

    Plus de livres ici :
    http://heureux-dans-sa-vie.com/des-livres-incontournables/

    A bientôt
    Maxime

  8. Lodela dit :

    En très grande partie d’accord sauf sur le rapport Ego/Être. Selon mon expérience, il n’y a pas d’opposition et de différence, comme les bouddhistes disent samsara et nirvana c’est la même chose, Ego et Être sont la même chose nourrit par une énergie différente. L’être est « piloté » par le centre cardiaque, par le coeur dans une dimension d’amour inconditionnel et l’ego est piloté par le plexus solaire d

  9. Lodela dit :

    …dans une dimension de « je veux, je désire, je choisis, j’aime, j’aime pas « …moi et l’autre …dans la dualité. Il a fallu des milliers d’années pour que cet ego se construise, c’est un plus dans le processus de l’évolution, et une petite partie de l’humanité est en phase de passer à l’étape suivante, ce qui est appelé « être dans l’article ». Lorsque l’on est plus identifié à ces énergies « cardiaques » on sort de beaucoup de souffrances.

  10. Virginie dit :

    Bonjour, j’ai 44 ans, depuis 1 an je vis une belle histoire d’amour avec un homme (anglais). Je vis avec lui, au Royaume-Uni, depuis 6 mois. J’étais très loin de penser qu’un tel bonheur était encore possible, surtout après un passé remplit de douleurs, de trahisons, de manipulation, de violences physiques et verbales, d’abandon. (Parents, ex-conjoint)
    J’ai commencé par essayer de comprendre pourquoi ? J’ai ensuite tenté de pardonner et oublier !!
    Aujourd’hui, avec cet homme gentil et bienveillant, qui est l’exact contraire de mes ex bourreaux…!!!! Plus d’insultes ni de violences, que de la douceur, de la gentillesse, de la patience, des encouragements…. et surtout une très grande liberté ! Le malaise est que je me vois baigner dans la peur, les doutes. Mon passé me revient à la face comme un boomerang ! Je suis assaillie de pensées négatives, d’angoisses terribles ! Cela commence à avoir un effet destructeur dans ma relation ! De ce fait, je panique, je suis très anxieuse, agitée, agressive et très en colère contre moi même. Après la lecture de votre article j’ai compris que cette fois je devais faire face à moi même et abandonner toutes ces souffrances, ces fausses excuses entrenues par mon égo !! J’ai vraiment cru que la résilience était atteinte mais cet immense bonheur qui m’est offert et que je suis en train de briser me prouve que le plus dur reste à faire !!! Je vous remercie maxime pour l’aide et la lumière que vous m’avez apporté ! Je crois que mon commentaire est hors sujet mais tant pis !! Bon weekend. Virginie.

    • melanie lafreniere dit :

      Bonjour maxime, très intéressant votre article. Un gros merci, j’en ai pris des notes. Virginie, ne seriez vous pas tombé sur un p.n par hazard? au début tout est merveilleux et ensuite c,est l’enfer… Vous avez tous les symptômes… voyez la vidéo: les manipulateurs sont parmi nous sur youtube… bonne chance xx

    • pascale dit :

      J’ai pensé en vous lisant que la gentillesse peut être l’opposé de l’agression mais être parfois une manipulation très subtile… le fonctionnement sain est un fonctionnement VRAI, honnête, pas forcément GENTIL. Qu’est-ce que vous appelez « gentil »?

  11. Yanick Tremblay dit :

    Allo Maxime!

    Je trouve très intéressant votre article qui confirme le travail que je suis en train de faire sur moi-même depuis plusieurs années.

    J’aimerais ouvrir une petite parenthèse sur la partie plus ésotérique de l’article, à savoir que nous sommes 4 plans de conscience: physique, mental, émotionnel et spirituel.

    J’adhère bien au concept, cependant mon travail m’a aussi amené à découvrir l’existence des chakras, (liés à 7 corps énergétiques): la Racine (force de vie et d’enracinement), le Sacral (enracinement et est également un centre émotionnel), le plexus solaire (lié au mental et à la volonté), le Coeur (centre émotionnel), la Gorge (centre de communication), le Troisième oeil (centre mental lié au fonctions cérébraux et également la clairvoyance) et enfin la Couronne (connexion au cosmos, chakra spirituel)

    Je me demande quelle est la corrélation entres les 4 plans de conscience que vous mentionnez dans votre article par rapport au 7 chakras du corps humain. Cela me mélange un peu, puisque je croyais exister au-travers 7 plans et non 4.

    • Maxime dit :

      Bonjour Yanick,

      En fait, ce n’est pas l’un ou l’autre mais bien l’un ET l’autre. Nous sommes fait de 4 plans de consciences mais nous avons également 7 chakras ou centres énergétiques. Nous sommes tout cela et encore bien plus.

      Dans certains autres enseignements, on parle des plans du corps, de l’âme, et de l’esprit, et on y retrouve la encore les 7 chakras…

      Tout cela n’est qu’une question de vocabulaire finalement et là n’est pas non plus le plus important. Les 7 chakras sont des « correspondances », l’idée est d’en avoir conscience SANS pour autant s’identifier à eux.

      Vous êtes bien plus que des chakras ou quoi que ce soit d’autre, essayer de ne plus chercher à « comprendre » mais « soyez », tout simplement 😉 (ce que vous vous appliquez à faire je n’en doute pas).

      A bientôt
      Maxime

  12. TALIVE dit :

    BONJOUR. JE PENSE QUE L EGO SE LIVRE A UNE LUTTE DE COMMANDANT DE NOTRE ETRE.A MON AVIS LA QUESTION FONDAMENTALE QU IL FAUDRAIT SE POSER EST LA SUIVANTE = QUI A LE POUVOIR A L INTERIEUR DE NOUS MEME.QUI A LE POUVOIR DANS NOTRE COEUR;DANS NOTRE ESPRIT si la reponsse est nos divertissements;nos plaisirs;nos passions etc;et bien on se trouve sous le pouvoir de. car en sachant qui a du pouvoir sur nous ;on peu mieux faire un travaille sur notre etre; en definitif c est une question de pouvoir. qui m attire a du pouvoir sur moi et notre ego adore ça .IL AIME PRENDRE LE CONTROLE.IL EN VEUT TOUJOURS JAMAIS NE S ARRETE. EN ETANT CONSCIENT DE CELA ON VOIT BIEN QUE L EGO N EST RIEN D AUTRE Q UNE SIMPLE ILLUSION

    • Gilles dit :

      @il n y’a aucune lutte, aucun combat à mener. Peux-tu te battre contre l’obscurité ? A coup sûr tu vas finir éreinté, tu es ce que tu fixe, fuis, perçois… Laisse faire et au lieu de combattre, de fuir, accueille et la vérité se présentera à toi de la façon la plus simple qui soit 😉

  13. Baptiste dit :

    Bonjour,

    Merci pour cette article, il m’a éclairé ! Mais il y a une question que je me pose.

    Une fois détaché de notre ego, à quoi nous sert-il ? Si nous somme complet et nous même lorsque nous ne nous identifions plus à lui, quel est sa fonction ? son but ? Est-il uniquement la pour nous permettre d’évoluer et atteindre cette état de bonheur ? Sa me semblerait un peu hasardeux, de mon point de vue ce n’est pas le genre la « nature » (Ou Dieu, la Vie, l’Univers.. Peut importe) de crée une fonction qui n’aurait qu’un seul et unique usage et qui serait obsolète une fois cette étape passé.

  14. […] seule chose qui nous retienne n’est autre que cette peur irrationnelle, principalement liée à notre égo, cherchant lui-même à tout […]

  15. carole lacroix dit :

    bonjour,,je vient de lire et je vous avoue que je suis mêlé avec l égo
    a titre d exemple ,,,si une personne vous blesse vraiment dans ce quelle dit de vous et quelle porte des accusation sur nous et qui son fausse et fait des ravage ,,,la personne blessé elle qui veux comprendre et demande et veux s avoir pour réglé la situation,,et quand bout de ligne la personne qui elle a accusé ce faufille et ne veux rien dire a tout ses propot,,,,,alors la personne blesser qui elle veux s avoir ça veux dire que ses l égo ???

  16. Gilles dit :

    @ Carole Lacroix : personne ne peut te blesser si tu es centré au soi (l’oubli du moi, la dissolution absolue). Ne projette rien en périphérie et tout ricochera pour être renvoyé. Rien ni personne n’est blessé dans l’AMOUR du Soi en majuscule pas l’amour du moi en minuscule hahahahahahaha… Méditation, méditation !

  17. Gilles dit :

    @Carole Lacroix : Pour faire plus simple. C’est comme au cinéma, ne prends pas part au film qui se déroule devant toi, ne cherche pas à t’impliquer en quoi que ce soit, sois spectatrice même si tu as vraiment l’impression d’être le film avec ses sensations, ses personnages, son récit… Regarde le film et dis toi une fois sortie que c’était un beau moment et que tu n’as pas été déçue, mais que la prochaine fois c’est toi qui décidera du film à aller voir, celui ci était peut-être un peu violent pour toi, mange des pop corn en attendant ça fait pas de mal hahahahahaha…

  18. Karine dit :

    Bonjour,ne pas s’identifier à l’ego, cela ne revient-il pas à être tous des « clones d’amour »? Si nous sommes tous des Êtres, qu’est ce qui nous différencie de l’autre?

  19. Karine dit :

    En faite je veux juste savoir si nos goûts, nos envies, nos plaisirs, nos centres d’intérêts, nôtres comportement, notre personalité ect c’est de s’identifier à L’ego? Ou est ce que l’ego c’est la non acceptation de la privation de certains de ces choses? Par exemple moi j’aime bien ma tranquillité et j’aime pas vivre en communauté familiale, c’est un goût spécifique à moi, est-ce cela en soi qui est l’ego? ou est ce le fait dans souffrir ou de me plaindre si j’étais confronté à vivre en communauté familiale? De ce fait je ne profite pas des moments présents et ne saisi pas l’opportunité d’évoluer car je me ferme en disant moi c’est comme ça que je suis…est que l’ego c’est vouloir contrôler les choses en se disant si moi j’ai décider de me remettre en question et d’evoluer l’autre doit en faire autant… Est ce que c’est l’ego de vouloir que l’autre réponde à mes standards? Est ce que l’Etre finalement c’est l’acceptation de n’importe qu’elle situation pour en retirer le maximum de bienfait? Et d’être satisfait et reconnaissant de chaque instant?

    • DIDIER dit :

      Salut Karine,
      Je vais faire simple: l ego te protège de tous ce qui peut etre considéré comme douloureux, invalidant émotionnellement. Non acceptable. À tes yeux.
      Ta personne se créer une éthique et des règles morales autour de ce que tu es capable d accepter, qui est considéré comme étant : une vérité absolue.

      Nous avons tous une vérité absolue. La nôtre individuellement.
      Je viens de créer mon monde à moi, celui qui me convient, pour être en sécurité. Confronté à ta famille ou à toutes personnes extérieures, leurs comportements mets en porte-à-faux ce à tu que crois, ce à quoi tu te conformes pour être en sécurité. Tes émotions, tes peurs sont là, pour te le manifester.

      La clef est de ne pas accuser l autre, mais d’observer cette déstabilisation pour regarder sur quoi je me base pour rendre vrai ces émotions.

      Le calme mental, la méditation, te permet de regarder sans juger, sans culpabiliser … Et tu vois petit à petit l’origine du pourquoi, la cause.
      L illusion, c’est juste le mentale qui fait que c est vrai.
      Je peux faire autrement!

      Une règle que je rends vrai et qui donne un sens à ma vie.
      Basé sur ce que tu veux voir, et non la réalité de ce qui est.
      Nous sommes très attachés à ce que l ego construit, la règle doit être vrai …
      J en suis l auteur. La remettre en question relève de la prise de conscience de la perception entre réaliste, vrai ou pas.

      Ce que je vois: c est la réalité ou je me donne raison ?. Quelle importance tout cela a t il vraiment?, puis je m’en séparer facilement ? Y a-t-il de la résistance ? Donc une règle, une croyance qui rends vrai qqc qui m’appartient
      Et j’ en suis le seul responsable

      Victime émotionnellement de ce que rends, crois pour vrai .

  20. Georgy dit :

    bonjour vraiment merci bcp pour votre article car il m’a permis de savoir que je suis trop egocentrique. et je compte maintenant tout faire pour que » mon ego ne soit pas moi » merci a vous..

  21. Bien le bonjour,
    Je m’intéresse à l’ego au cours des âges de la vie. J’ai publié un ouvrage qui sera lancé le 7 juin prochain à l’Université de Moncton (Canada). Gérontologue de formation et thérapeute en relation d’aide, je me suis longtemps posé la question: comment se fait-il qu’il y a des êtres qui vont dans la vie, au coeur de leur mission, avec conscience et liberté, et que pour d’autres, il semble y avoir des pauses-arrêts comme si un  »Avatar » s’était placé devant la porte de leur jardin intérieur. Lorsque les humains arrivent à se libérer de la tutelle de l’ego, et bien, il y a tous les possibles au rendez-vous.
    Valois Leon Robichaud, Nouveau-Brunswick, Canada

  22. Gérard dit :

    Bonjour,
    Cet article sur la prise de conscience de l’ego est fort enrichissant.
    J’ai lu pas mal sur la roue de médecine utilisée par les amérindiens et qui fait référence à ces 4 plans de conscience : Mental, physique, émotionnel et spirituel. C’est en corrélation. Comme quoi, tout est lié … Et le cerveau, malgré sa programmation initiale est ouvert aux ondes de l’univers.A bientôt pour une lecture d’un autre article.

  23. ulrich dit :

    Jolie interprétation du livre d’ekart Tolle,  » la pleine présence « .
    C’est juste dommage de laisser de côté l’aspect lié à l’inconscient qui a mon sens est une vraie source d’information. Voir pou cela le travail prolifique de Jung.

    Merci

  24. DIDIER dit :

    Bonjour Maxime, l auteur de ce site,
    Sur le sujet : l’Ego et l’Etre

    Toute mes félicitations sur ce que tu donnes et explique. Un grand bravo.
    Mon ami: pourrais tu pour moi et pour les autres faire un super post,
    non pas pour décrier l ego,
    mais pour expliquer de façon tangible et pas intangible ce qu’est la manifestation de l’Etre.

    Quand on voit, on n’en a la manifestation. C est intégré, pas analysé… On sait !

    Exemple: mon père, alors que j’aime inconditionnellement … A des actes ou des propos qui dans mon éthique et ma moralité non pas lieux d être. C’est juste blessant !, mais le conforte dans ce qu’il pense être vrai pour lui. Cette situation me fait souffrir d’une manière égotique…les émotions et les pensées, sont intangibles. Pourtant je rends vrai ma souffrance.

    Que ferait l’Etre ?

    Si les mécanismes de l’Ego, diagnostic, analyses, classement et étiquette …à des fins de protections, de sécurités.
    Comment je fais un quelconque choix, sans faire valoir ce mécanisme analytique, certes séparateur… Je dissocie ce qui est le bon du mauvais à mes yeux et que j’idéalise, mais qui rends vrai mon choix.

    Comment choisi l’Etre ? Sans dichotomie. Séparation entre bon ou pas.

    Comment choisir sans placer quelque chose au dessus d’une autre, et de ce fait avec des valeurs non analytique, egotique.

    Une valeur intuitive est elle vrai?
    L’intuitif ne relève pas de ce qui est vrai, mais du champ des possibles.

    Donc ressentis poubelle. De plus les ressentis peuvent de manières inconscientes me faire voir ce que j’ai envie de voir.

    L être est il capable à lui seul de faire un choix … Mais comment sans l’Ego ?’

    Donne nous des exemples concrets du bon comportements de l être,
    qui viendraient mettre à mal l ego dans son conformisme.

    Qu’est-ce qui a véritablement de l importance dans une vie.

    Donner UN sens à la vie, est se important ?

    Pourquoi vivre sans un objectif, qui en vaut la peine ?

    L échelle de valeur, qui est la vérité absolue …. C est quoi ?

    Donne moi les règles de ce qui doit être comme considérer, ressentis comme vrai.

    Pour vivre avec des choix qui n en sont plus, tellement je connais mon chemin.
    Le mien sans aucunes considérations extérieures. Je sais que c’est ça .
    Je vis chaque instant libre de tout et en complète acceptation de ce qui est.
    Ici et maintenant.

    A ce jour, c est pas le cas.

    Merci pour tout, au plaisir de te lire.

    Frédéric D

  25. Bushixiao dit :

    C’est un bon résumé du livre d’Eckhart Tolle « Le pouvoir du Moment Présent » dans lequel on trouve en plus des conseils pratiques immédiatement applicables et très bénéfiques.

  26. Adam dit :

    L’ego est né du péché originel quand l’humain c’est mis à « se penser » au lieu de continuer à suivre son instinct cœur,ainsi la dualité est apparue en lui,de degrés en degrés l’ego a aujourd’hui contaminé pratiquement toute l’espèce humaine,on peut constater les dégats fait par celui ci sur la planète par l’humain « moderne civilisé » ; les humains naturels n’ont pas d’ego !
    L’humain « moderne » est un malade mental contaminé par la grave maladie de penser tout le temps (ego) !

    http://i-love-amazonia.skyrock.com/3122719063-Les-indiens-Zoe-un-peuple-qui-nous-fait-reflechir.html

  27. Patrice Baribeau dit :

    L’égo peut-il nous nous fare faire des choses qu’on veut mais ils nous poussent a le faire

  28. Patrice Baribeau dit :

    qu’on veut pas faire excuser

  29. Valérie Grenier dit :

    Bonjour, j’ai lu l’article il est très bien écrit et il est très intéressant, j’ai une petite question: Avez vous des livres à me suggérez sur le sujet question d’en apprendre davantage.

  30. NIZON dit :

    Bravo pour la qualité de votre article accessible à tous. Bonjour, à 67 ans, après un gros chagrin d’amour, je m’apercois que mon égo m’ à encore joué des tours ! Nous sommes aimés pour notre être, ce que nous sommes et pas notre avoir ce que nous avons en patrimoine, à vouloir cacher des dettes pourtant minimes j’ai tout fait foiré.
    Marcel

  31. Sophie Tanguay dit :

    Bonjour, je suis a un tournant de ma vie avec la lecture  »et l’univers disparaîtra » et  » Un cours en miracles ».
    J’aime bien votre article qui aide a comprendre l’égo, les exercises du livres sont bien aidant a lacher prise sur cette illusion de la vie afin de s’éveiller a notre vrai nature.

    Ce que je trouve difficile est de trouver comment réagir au tracas quotidien important…réagir avec mes proches et les gens qui m’entour en pardonnant, me pardonnant et en laissant mon égo de côtés est de plus en plus facile grâce aux exercises du cours, par contre, lorsque, dans mon travaille, j’ai un trucs déplaisant a gérer, je pardonne, mais je me dois de réagir face a ce problème, si je nie, mon client, qui attend une réponse a ses insatisfactions n’aura aucune réponse!!??
    Je vais méditer la dessus d’ailleurs…

    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2017 Heureux dans sa vie | Theme design Par: D5 Creation, avec : WordPress | Mentions légales | Connexion