fbpx

Comment sortir de l’insatisfaction ?

Il n’y a rien de mieux pour « se tuer à petit feu » que de rester figé dans l’insatisfaction…

Derrière des apparences trompeuses, beaucoup de personnes se disent insatisfaites et ont toujours quelque chose à redire sur leur situation.

  • Comment se satisfaire de quelque chose d’insatisfaisant ?
  • Même si cette souffrance est supportable, en apparence, pourquoi se plaindre mais ne pas vouloir changer ce qui nous fait souffrir ?

========

Pour recevoir l’HappyNews, cliquez ici (vous recevrez gratuitement mon livre au format PDF par la même occasion)

========

Quand « insatisfaction » rime avec « frustration »

Pour certaines d’entre elles, c’est une simple façon détournée d’exister au travers du regard compatissant de l’autre. Une façon de se plaindre pour obtenir de l’attention. C’est le syndrome de « Caliméro ».

Pour d’autres, il s’agit d’une profonde frustration réprimée. C’est-à-dire que la personne sait, au fond d’elle-même que sa vie d’aujourd’hui n’est pas représentative de ce qu’elle est véritablement au fond d’elle ou, que le potentiel de cette personne n’est pas encore exploité.

  • Il en résulte bien évidemment un sentiment d’insatisfaction de ne pas être celui ou celle que l’on sait pouvoir être.

En même temps, on retrouve très souvent chez ces mêmes personnes beaucoup de culpabilité :celle d’oser se plaindre ou d’oser être insatisfait.e.

Un peu comme si c’était « honteux » d’oser
exprimer une situation non épanouissante et vouloir le meilleur pour soi-même ! Paradoxe…

Ces personnes se disent :

  • qu’il y a pire qu’elles,
  • qu’elles ne sont pas si malheureuses que ça,
  • et même qu’elles ont tout ce qu’il faut et de ce fait, qu’elles n’ont donc pas le droit de se plaindre !

Bien-sûr, ce qu’elles cherchent avant tout en disant cela, c’est de s’en convaincre elle-même ! Se donnant ainsi une bonne raison de ne surtout rien changer !

Parfois elles y arrivent.., mais jamais très longtemps… Et bien heureusement !

********

Les peurs cachées derrière l’insatisfaction

Entretenir cette croyance unique que les choses sont ainsi faites, qu’il n’est pas possible de faire autrement, est une croyance dite « limitante » dans le sens qu’elle n’inclue pas de potentiel. A chacun de valider le bien-fondé de cette vision du monde.

Une illusion très certainement portée par la peur de :

  • se remettre en question,
  • changer de point de vue,
  • d’échouer,
  • d’être jugé,
  • perdre certains acquis…

Ces personnes se retrouvent coincées dans un choix passé qui ne convient plus. Persuadées qu’il n’est pas possible de faire autrement, elles cherchent à se convaincre qu’elles sont heureuses.
Le résultat en est cette médiocrité ambiante, cette insatisfaction permanente et frustrante.

En discutant avec ces personnes, on se rend bien compte des failles, pour ne pas dire « crevasses » de leur discours… Certaines personnes avouent leur situation limitante et bridante qui se traduite comme :

  • une certaine tristesse,
  • une sorte de fadeur,
  • une envie d’être ailleurs ou de faire autres choses ou avec d’autres personnes,
  • Une forme d’incomplétude…

… mais ne changent rien pour autant !

********

Les fausses routes du bonheur qui mènent à l’insatisfaction

En fait, la plupart du temps, ces personnes confondent « plaisir » et « bonheur ». Elles s’accrochent à leurs conditions de vie, c’est à dire aux possessions et au confort de ce qu’elles ont, ou encore d’un certain rythme de vie qu’elles ne veulent pas perdre.

« Berceau d’illusion »… Ces personnes souffrent de part cette contradiction entre:

  • ce ressenti d’insatisfaction, de tristesse, de colère qu’elles ont en elles
  • et ces apparences faussement idylliques de leurs conditions de vie ! (mari/femme, maison, argent, voiture, bijoux, …)

📌 Pour mémoire, le bonheur se trouve EN SOI, pas à l’extérieur de soi.
Vous pourriez avoir tous les biens du monde et continuer à être malheureux.se, et ce, tant que vous n’avez pas trouvé ce ressenti en vous.

Le bonheur nait également d’un accomplissement de soi. Pour cela, il faut lâcher les faux-semblants et devenir LA personne que l’on est vraiment. Pour cela, il faut oser dire et faire ce qu’il y a au fond de nous et arrêter de se cacher. Affronter ses peurs et sortir de sa zone de confort.

Certaines personnes, ne le voyant pas, se contentent de dire que :

  • la vie est ainsi, c’est comme ça…
  • c’est pas tous les jours roses et qu’il faut faire avec…

Ces personnes auront d’autant plus de difficulté à trouver le bonheur sans le changement et la mise en place d’un autre point de vue.

Mais bien heureusement, beaucoup d’autres en ont conscience et sont en quête, plus ou moins active de réponses pour améliorer leur vie.

********

Sortir de l’insatisfaction : une décision en conscience

Tout d’abord, sachez qu’il n’y a pas d’échec pour le chercheur sincère ! Si vous êtes engagé.e dans cette quête, dans ce chemin d’épanouissement, peu importe vos choix, ils vous aideront à trouver le bonheur.

Posez-vous simplement la question de savoir si :

  1. vous en êtes un.e « chercheur.se sincère »,
  2. ou si au contraire vous avez « jeté l’éponge » et renoncé à votre bonheur !

C’est très simple comme question, sûrement plus dur à accepter !

Il y a donc un paradoxe, un combat intérieur. À la fois, bien que contraignante, la situation offre des avantages confortables liés aux conditions de vie, au fait de ne pas avoir besoin de se mettre en danger…

Et en même temps, c’est justement ce confort, trop petit, trop étroit et trop limitant qui nous bloque l’accès au bonheur et nous empêche de développer notre potentiel !

  • La solution réside dans le choix ! Il faut choisir de « vivre » ou de « survivre », il faut décider « d’être » et de se sentir en vie.

C’est la question existentielle de :

  • « Qui suis-je » ?
  • « Que suis-je suis venu faire ici ? »
  • « Qu’est-ce-que je veux vraiment?« 
  • « Est-ce-que je suis à ma place » et donc « suis-je pleinement heureux.se ?« 

Ces questions sont fondamentales, IL FAUT se les poser !

********

Quand l’insatisfaction permet de trouver le sens de sa vie

En somme, c’est mettre du sens à sa vie. Sans cela, c’est une vie fade, potentiellement remplie de plein de choses, mais vide de sens et donc non épanouissante.

Ce choix, nous le ferons tôt ou tard. Pour la simple et bonne raison qu’une vie sans sens est abominablement longue et difficile à supporter.

De plus, la vie nous veut du bien et ne nous laissera pas passer à côté de nous-même. Elle nous pousse sans cesse à tendre vers ce qui fait sens pour nous.

Notre résistance à ce flux, et ce que nous voulons nous-même au fond, provoque les complications et la souffrance bien connues dans ce monde.

Sortir de l’insatisfaction, c’est oser se mettre en chemin pour se réaliser et pour faire « ce pour quoi nous sommes fait. »

🍀 Cela fait peur, certes mais c’est le seul et unique chemin du bonheur. C’est un chemin épanouissant, merveilleux et exaltant !

********

Pour conclure

Si vous ne vous êtes jamais posé.e ces questions, demandez-vous simplement pourquoi certaines choses ou moments de vie sont compliqués.

Si vous êtes dans cette période d’insatisfaction, de réflexion, de changement, de vide, … Alors soyez en heureux.se, car cette période est justement la meilleure qui puisse être pour que vous vous posiez ces questions.

  • Partez du principe que rien n’arrive par hasard et demandez-vous comment avez-vous pu créer cette situation. (En partant également du principe que le problème n’est pas l’autre).

Si vous n’aviez pas rencontré ces difficultés, vous n’en seriez pas là et peut-être seriez-vous en train de passer à côté de cette chose qui, prochainement fera peut-être votre bonheur.

Soyez présent.e à ce que vous vivez et ressentez. Ne cherchez pas à ne pas voir ou ne pas ressentir, pour éviter d’être bousculé.e. Vous le serez de toutes façons.

📌 Et souvenez-vous que c’est la résistance à « ce qui est » (à savoir le changement) qui crée les turbulences, mais en aucun cas le changement en lui-même.

Soyez confiant.e, et rapprochez-vous de personnes capables de comprendre, de vous aider et de vous soutenir dans ce passage. Retrouvez des personnes impliquées, comme vous, dans ce travail sur soi en rejoignant le Club Happy-Box. 🍀

========

Pour aller plus loin dans votre progression :

========

En lien avec le thème du jour :

Faites-nous part de vos commentaires en bas de l’article.

Si vous pensez que cet article peut aider d’autres personnes, partagez !

14 réflexions sur “Comment sortir de l’insatisfaction ?”

  1. Bonjour,

    J’ai 29 ans, période charnière d’une femme qui cherche une vie de couple et des enfants , d’une stabilité approchant la trentaine mais qui s’éparpille, fiche sa carrière en l’air, se ridiculise, saoule ses amis et sa famille par ses angoisses, bref se met en aglère comme toujours alors qu’il n’y a pas lieu d’y être. Je fiche ma vie en l’air, le pire c’est que j’en ai conscience,et cela me ronge encore plus !
    Indécise, oui, non, oui, non, je me ridiculise, je me fais passer pour une personne stupide, que je ne suis pas habituellement, mais c’est l’image de mon comportement qui reste !
    C’est HORRIBLE !!
    Je gache ma vie !!
    Aider moi SVP !
    Je n’en peux plus !!

    Depuis que je travaille,j ‘ai ce que l’on appelle des TOC Trouble D’obcession compulsive, alors que je suis capable de surmonter des montagnes pour beaucoup de choses, tout les choix de vie pour MOI sont une véritable souffrance et crises d’angoisses infernale, à me rendre malade : choix d’un appart (des mois de réflexion), choix d’un compagnon ( est ce le bon? ) mais le pire et le plus grave ajd’ hui, quel choix dois je faire entre rester dans une ville ou j’ai perdu mon compagnon (mon exe que je n’arrive pas à oublier et que j’ai peur de recroiser dans la ville à la danse, en soirée.. et qui a refait sa vie sans moi! Cela fait 2 ans 1/2 que nous ne sommes plus ensemble et je n’arrive tjrs pas à l’oublier rongée par la culpabilité que c’était le bon et que j’ai tt gaché par mon instatisfaction, je n’entreprend rien à fond, ma négativité, etc), choisir un travail que je ne voulais pas, dans le quel je survi chaque jour et que j’ai ajrd ‘hui amélioré, ou j’ai crée mes repères mes habitudes (amis, sports, coiffeurs, médecins, mon appart et super beau et un vrai cocon, etc) après tant de tourmentes et d’instabilités (en 3 ans : 5 déménagements 2 mutations professionnelle, une rupture) ou retourner à Paris pour 3 à 4 ans !!!, pour un super job (qui je ne sais pas si il me plaira), mais rien que de revoir la foule, déménager encore pour un logement temporaire et donc re-déménager dans un an dans Paris pour un logement péren me met la boule au ventre, encore tant d’instabilité et d’insécurité !! Je suis usée, 6 mois( voir même 3 ans) que je cogite, que je ne vis plus beaucoup (uniquement qd je mets mon cerveau en pause), à m’en arracher les cheveux, à préférer être hospitalisée plutot que de souffrir et me tourmenter autant ! Mon cerveau tourne en boucle, avec lucidité certes , mais des journées entières ! Je perds l’appétit, j’approche de l’échéance je panique encore plus, je dit oui puis je suis contente et ensuite je regrette je veux dire non, mais je suis engagée, je passe pour une idiote au travail.. si je continue je vais finir SDF, sans emploi, sans ami, sans famille et encore plus malheureuse !!!

    Je me sens coincée entre aucun choix qui me convient!
    Si je dit non je vais regretter, si je dis oui je vais stresser.

    je sais qu’un choix signifie perdre, abandonner et gagner,
    je sais que la perfection n’existe pas et qu’il faut que j’arrete d’etre tjrs insatisafaite, à vouloir tjrs plus,
    Je sais que l’on ne peut pas tout avoir,
    je sais que je ne vais jamais au bout des choses,
    Je sais que je me pourri la vie, qu’il y a pire dans la vie,
    Je sais que je saoule mon entourage, que cette négativité me bouffe et enlève de moi tous mes cotés posutifs,
    je sais que les pers me disent comment je pourrai avoir des enfants étant donné que je ne suis pas mure !
    Mais si lorsque je serai chef de pole, avec une petite maison dans une ville moyenne, un mari, 2 enfants je serai enfin libre !! J’aurai réussi!!
    En attendant je perds du temps à cogiter, à me détruire, à me ridiculiser je n’avance pas alors que tt mes amis avancent et cela me stress d’autant plus !!!

    Que faire :
    – rester dans cette ville avec ce poste moyen encore 2 ans et trouver un copian
    – partir à PAris dans la foule, l’instabilité du logement, mais avec peut etre un poste de management et donc bien pour la carrière
    -mais la carrière est t’elle le plus important?
    – rester dans cette vie ou il y a mon ex, ou j’ai des amis mais sans plus, ou j’ai fait une grosse depression, est ce la solution ? en même temps je commence à avoir mes repères depuis 2 ans, tout chambouler encore me met la boule au ventre. ici je peux me projetter avec une vie de famille, j’ai tt pour réussir mais encore faut t’il que je cherche un copain plutot que me torturer avec un poste, il faut que j’apprenne à lacher prise !
    J’ai tt essayer : prier, sport, hypnose, vacances, RIEN ne vient la solution ne vient pas !!!

    Aidez moi
    je dois me décider ce soir,
    Je suis à bout.

    Merci.

    1. Bonjour, je sais que le message date de 2 ans mais je répond au cas où ça pourrais servir pour d’autres personnes.
      Je précise, je n’ai aucune connaissance là dedans, j’ai juste une idée qui m’est venu en tête et que je me dis qui peut peut être marcher.
      Peut être qu’il faut que tu te pardonnes de ne pas être aussi efficace que t’aimerais, et que tu baisses tes attentes.

      J’espère que c’est une bonne solution.
      Bonne continuation.

    2. Bonjour Anna, j’espère vous retrouver en bonne forme à la lecture de ce message. Je sais que ton message date de deux ans mais c’est étrange, aujourd’hui j’ai 29 ans et je me vois clairement dans ton histoire. Je veux vraiment savoir comment t’en es sortie. ça m’aidera beaucoup. Je suis complètement perdue

  2. Je répond ici à B. Qui sait vraiment ce que DIEU veut pour nous? Il y a que des écrits qui nous dictent le chemin à suivre en général. Mais notre vrai chemin , personnel il est plus difficile quand tout est dicté. Je suis croyant et je pense que notre vrai chemin est là où l’on se sent épanoui , rempli, satisfait…Que DIEU nous emmener dans ce chemin personnel que lui seul connait. Un chemin non dicté par des livres mais guidé par DIEU.

  3. Intéressant, mais la recherche uniquement du bonheur ne devrais pas étre une fin en soi, la preuve en est que une fois realisé cela on se rend compte il nous manque quelque chose. Comme Tolstoi le dis si bien: « Faire la volonté de Dieu procure le plus grand bonheur possible à un homme, et amène la vraie liberté »
    Il faut surtout pas que atteindre le bonheur deviennent une obsession ou encore le but de notre existence.

  4. Bonjour Maxime
    Cet article résonne en moi , je suis en recherche depuis longtemps , je sens que je me rapproche mais cela a du mal à sortir de mes tripes ! difficile de savoir pourquoi l’on est fait , surtout à 60 ans mais je me dis qu’il n’y a pas d’âge sinon on se met des barrières , et rester dans l’insatisfaction ne rend pas heureux , je relirais cet article en profondeur pour m(y imprégner . J’ai bien aimé celui aussi sur la dépendance affective , tout est lié , on se connait mal , mais petit à petit les choses s’éclaircissent ! merci pour cet article qui éclaire , qui met du positif dans la vie ! à bientôt Maxime si j’ai besoin d’aide

  5. Merci beaucoup pour cet article ! je ne manquerais pas de vous écrire si j’ai besoin d’aide , je suis un chercheur sincère , je cherche depuis un bout de temps , je sens que je me rapproche mais parfois c’est dur mais je ne lâche pas , je suis sur le chemin …

  6. Merci de m’avoir ouvert les yeux 🙂 je vais tout faire pour me sortir de cette période de totale insatisfaction, ne plus craindre mes peurs et OSER !

  7. Bravo pour cet article sortir de l’insatisfaction qui est direct et aide a mettre le doigt sur l’ambiguite de ne pas lacher et vouloir autre chose et de ce fait accuser la vie de notre insatisfaction Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *